En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Réforme territoriale

Intercommunalité : Le principe du délégué suppléant est-il automatique ?

Publié le • Par • dans : Réponses ministérielles

0

Commentaire

Réagir
 

L’article L. 5211-6 du code général des collectivités territoriales (CGCT), dans sa rédaction issue de l’article 37 de la loi n° 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l’élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, prévoit la création dans les communautés de communes et les communautés d’agglomération d’un conseiller communautaire suppléant lorsqu’une commune ne dispose que d’un seul conseiller communautaire.

Dans tous les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre, la suppléance ne relève donc plus des statuts de l’EPCI, mais est désormais encadrée par la loi. Dans le cas où une commune de moins de 1 000 habitants est dotée d’un seul siège au sein de l’organe délibérant d’une communauté de communes ou d’une communauté d’agglomération, dont elle est membre, celui-ci est occupé, en application de l’article L. 273-11 du code électoral, par un élu désigné dans l’ordre du tableau du conseil municipal fixé par l’article L. 2121-1 du CGCT, c’est-à-dire par le maire.

Lorsque celui-ci démissionne de toutes ses fonctions, le II de l’article L. 273-12 du code électoral précise que le nouveau maire qui sera élu à la suite des élections complémentaires, en application de l’article L. 2122-8 du CGCT, sera le nouveau titulaire du siège de conseiller communautaire. Le II de l’article L. 273-12 précité précise également que pendant la période comprise entre la cessation du mandat et le remplacement du maire dans le cadre de l’élection complémentaire, le conseiller suppléant remplace temporairement le maire et conseiller communautaire démissionnaire dont le siège devient vacant.

Pour ce qui concerne les communes de 1 000 habitants et plus, les modifications apportées à l’article L. 273-10 du code électoral, par l’article 62 de la loi n° 2014-873 du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, ont permis de mettre un terme à une difficulté d’application des dispositions législatives relatives au remplacement des conseillers communautaires ne comptant qu’un seul conseiller communautaire. En effet, l’article L. 5211-6 du CGCT précédemment cité prévoit que les communes membres d’une communauté de communes ou d’une communauté d’agglomération qui n’ont qu’un seul conseiller communautaire disposent d’un suppléant, qui assiste aux réunions du conseil communautaire à la place du conseiller titulaire en cas d’empêchement temporaire de ce dernier.

En application de ce même article, le suppléant est aussi le conseiller supplémentaire appelé à remplacer le titulaire en cas de vacance du siège pour quelque cause que ce soit et ce, jusqu’au remplacement définitif du titulaire. Pour respecter le principe de parité, l’article 62 de la loi du 4 août 2014 précitée a complété le premier alinéa de l’article L. 273-10 du code électoral en précisant que lorsqu’une commune ne dispose que d’un seul conseiller communautaire, le remplaçant du titulaire en cas de vacance définitive du siège est le suivant de la liste communautaire qui est donc de sexe opposé. Le premier candidat non élu au conseil communautaire, de sexe opposé à l’élu titulaire, qui est suppléant du titulaire, a désormais vocation à le remplacer en cas de vacance du siège du titulaire.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.