Transports

Transports scolaires : régions et départements naviguent « à vue »

Par
young boy, kid getting on the schoolbus, ready to go to school

Olesia Bilkei - Fotolia

A un an du transfert des transports scolaires aux régions, les départements se préparent et s’interrogent. Mais les avis divergent sur la mise en œuvre du projet : faut-il continuer à s’appuyer sur les partenaires locaux - communes, EPCI, syndicats mixtes… - en écartant les départements ou les réintroduire dans le circuit ?

Le 1er septembre 2017, les transports scolaires, jusqu’ici gérés par les départements, relèveront de la compétence des régions, conséquence de la loi « Notre ». Les transports interurbains – c’est-à-dire les cars départementaux de voyageurs, qui assurent un maillage routier sur tout le territoire – seront, quant à eux, transférés avant le 1er janvier 2017. Problème : environ 30 % des transports scolaires s’effectuent par le biais des transports interurbains. En clair, un tiers des élèves empruntent des cars de voyageurs classiques pour aller à l’école. Parfois, les marchés publics associent les deux types de transport. Cette distorsion de calendrier est un premier obstacle. L’ADF a écrit à Jean-Michel Baylet, ministre de l’Aménagement du territoire, pour demander qu’une date unique de transfert soit fixée. Pas de réponse pour l’instant.

Si l’on se concentre sur les seuls transports scolaires, leur organisation est très découpée et très variée d’un département à l’autre : « C’est de la dentelle », commente Pierre Lascabettes, référent « transports » pour l’ADSTD.

A lire aussi

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
cet article est en relation avec
Commentaires

1  |  réagir

02/09/2016 10h15 - Nicolas

Bonjour,
Les 2 options de délégations envers les AO2 proposées sont la traduction d’une vision des choses qui ne sait pas « sortir du carré ».
Entre tout ou rien, entre Département AO2 et AO2 sans département, il existe une troisième solution pourtant simple et juridiquement très facile à mettre en œuvre.
A savoir :
La Région délègue à des AO2.
Le Département est une AO2.
Les SIRP, Communes et autres entités « micro-locales » sont aussi des AO2.
Tous les AO2 sont ainsi au même niveau juridique de délégation, pas besoin de légiférer pour inventer les « AO3 ».
Mais les missions déléguées des AO2 sont différentes selon le type d’AO2.
Le Département conserve ou se voit attribuer par la Région des missions « fédératrices ».
Les entités micro-locales conservent ou se voit attribuer par la Région des missions « locales ».
Est ainsi établi une hiérarchie et une complémentarité entre AO2 non pas juridique mais fonctionnelle, les uns et les autres ayant également obligation de travailler ensemble au terme des conventions de délégations.
Exemple, pour le Département, passer les procédures et mettre en œuvre les contrats publics, déployer les logiciels métiers, encaisser les recettes découlant des tarifs, instruire les dossiers d’inscription aux transports scolaires, définir la hiérarchie des lignes régulières, etc.
Les autres AO2 de la région effectuent les contrôles des services, gèrent les accompagnatrices, les discutions avec les écoles primaires, font l’accueil du public, etc.
La répartition fonctionnelle est ajustable à l’envie en fonction de l’histoire et des pratiques locales préexistantes.
C’est d’ailleurs ce que nous faisons dans mon Département envers nos AO2, tous n’ont pas les même missions.
Trop simple ?

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP