En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir

[EDITORIAL] Burkini

Les feux de l’été… et les braises qui couvent

Publié le • Par • dans : France

1

Commentaire

Réagir

burkini © Giorgio Montersino (Flickr by CC)

C’est tranché. Le Conseil d’Etat a décidé, par une ordonnance rendue le 26 août, de suspendre l’arrêté municipal « antiburkini » de Villeneuve-Loubet. Il évoque notamment le fait que le maire doit concilier sa mission de maintien de l'ordre public dans la commune avec le respect des libertés garanties par les lois.

 

Le Conseil d’Etat a donc rendu sa décision le 26 août : l’arrêté pris par le maire de Villeneuve-Loubet doit être suspendu, aucune menace de trouble à l’ordre public ne résultant de la présence de femmes en « burkini » sur une plage. Une réponse juridique qui n’éteindra certainement pas le feuilleton surmédiatisé et particulièrement clivant de cet été. D’autant qu’en cette période de rentrée politique, il a le don d’aiguiser les postures électoralistes.

Réponse juridique

La question posée au juge était classique. Le maire a-t-il correctement évalué le risque de trouble à l’ordre public et envisagé tous les moyens à sa disposition avant d’opter pour l’interdiction ? Sur les bancs des facs de droit, c’est un sujet de commentaire courant (arrêt « Benjamin » (1933), plus récemment affaire « Dieudonné »). La première question est de savoir si cette décision sera efficace. Sur le court terme, oui : les maires ne pourront prendre de nouvelles interdictions qui ne seraient automatiquement annulées. Politiquement en revanche, rien n’est réglé.

Les feux allumés ont été attisés par le vent de la peur. Pour le Conseil d’Etat, « l’émotion et les inquiétudes résultant des attentats terroristes ne sauraient suffire à justifier légalement la mesure d’interdiction ». Les politiques en campagne ne manqueront pas de souffler sur les braises. La solution doit se trouver ailleurs, ne serait-ce que parce que le rôle du juge n’est pas d’écrire la loi, mais de la faire respecter.

Questions politiques

Faut-il, pour éteindre l’incendie, une nouvelle « loi de circonstance » ? Quel en serait alors le contenu ? Le pacte social doit-il autoriser l’affichage public de ses croyances, quitte à favoriser le prosélytisme et les excès communautaristes ? Doit-il permettre l’ingérence pour lutter contre l’asservissement de la femme et pour son émancipation ? En creux, la loi fondatrice de 1905 sur la laïcité est-elle encore en mesure d’appréhender les phénomènes de radicalisation, les dérives sectaires et les appels à l’intolérance auxquels toutes les religions peuvent succomber ? Assurément oui, pour peu que le politique ne la fragilise pas, et l’utilise, dans toute sa force.

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés CulteJusticeLaïcité

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. pov citoyen 04/09/2016, 08h05

    Vous ne vous lassez pas de ce sujet franco-français de circonstance? Les autres pays nous regardent comme une bête curieuse avec cela. Tout ceci sent (mauvais) le "Trump" à la française (oui, chacun sa croix mais nous ne sommes pas en reste, nous avons les nôtres).

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.