En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

1

Commentaire

Réagir

[opinion] Réserve opérationnelle

Les territoriaux réservistes répondent « présent ! »

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Actu prévention sécurité, France, Opinions

1

Commentaire

Réagir

© Ctruongngoc / Wikimedia commons CC 3.0

L’attentat de Nice, suivi des déclarations du président de la République en appelant à la rescousse les réservistes, ont réactivé auprès de l’opinion une certaine résilience sur la réserve militaire, que l’on pensait enfouie dans un coin de la mémoire depuis la suspension du service national en 1997.

François Villette

François Villette, lieutenant de vaisseau, officier de réserve traitant auprès de la délégation militaire départementale des Alpes-Maritimes, directeur général des services de la ville de Plan-de-Cuques

 

L’attentat de Nice, suivi des déclarations du président de la République en appelant à la rescousse les réservistes, ont réactivé auprès de l’opinion une certaine résilience sur la réserve militaire, que l’on pensait enfouie dans un coin de la mémoire depuis la suspension du service national en 1997.

Or toute armée à besoin d’une réserve, sous peine d’amputer gravement sa capacité opérationnelle et fonctionnelle. Même si l’emploi tactique de la réserve, en France, est encore très loin des exemples américain ou israélien, cette dernière a subi des mutations croissantes ces quinze dernières années, quant à son recrutement, sa mobilisation et son utilisation.

Engagement à servir dans la réserve

Les fonctionnaires territoriaux représentent une partie non négligeable dans le total des réservistes sous ESR, même si aucune statistique fiable ne peut, hélas, étayer cette affirmation (l’auteur se base sur son « vécu »).

Les trente jours accordés par l’employeur local (à la différence des dix jours accordés dans le secteur privé) et une certaine impression de « continuer sa mission de service public sous une autre forme » incitent souvent les agents à s’engager.

Il semble désormais loin le temps où les territoriaux cachaient leur appartenance aux forces armées, surtout en raison de la couleur politique de l’exécutif local… Avec les crises et les attentats à répétition, les élus locaux ont vite compris l’atout que pouvait représenter des militaires « à mi-temps » dans leur collectivité et les avantages qu’ils pouvaient en tirer.

Leurs réflexes issus de leur entraînement en situation de crise, les postures de vigilance naturelle lors d’attaques terroristes, permettent aux collectivités de mieux se préparer et d’affronter ces situations anormales et anxiogènes.

Mais cet échange n’est pas à sens unique. Les forces armées apprécient aussi la présence de territoriaux dans leurs effectifs réservistes : quoi de plus précieux que d’avoir des personnels sachant « parler » avec un maire ? Obtenir des hébergements pour les soldats déployés, ou du matériel, en passant par les bons canaux et réseaux ?

Défense et sanctuarisation du territoire

En outre, ce même type de réserviste connaît souvent bien la monographie du territoire à défendre et à sécuriser (opération « Sentinelle »), les endroits propices à de hauts risques naturels comme des feux de forêt (opération « Héphaïstos »), ainsi que, pour toute autre formation locale maillant le territoire national, les états-majors interarmées de zone de défense et la délégation militaire départementale.

Mais 29 000 réservistes, toutes armes confondues, sur un objectif attendu de 40 000, puis aujourd’hui de 60 000, c’est peu. Trop peu…

Il est important que nous, territoriaux, poussions les portes des Cirfa pour nous engager, mêmes quelques jours dans l’année, dans la défense et la sanctuarisation de notre territoire, par le biais de nos armées et de nos forces de sécurité.

Notre image n’en sera que plus positive auprès d’une opinion publique brocardant parfois certains abus, mais reconnaissant toujours notre dévouement sans faille et total lorsque la folie meurtrière frappe notre cité.

Enregistrer

Enregistrer

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Sécurité civile

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. typtop21 30/08/2016, 19h12

    Attention, si le politique fait de grands éclats en informant par voie de presse qu'il a signé une convention avec le Ministère de la Défense pour favoriser ces agents titulaires d'un ESR à les aider dans leur engagement citoyen, les petits chefaillons de service et autres Directeurs de proximité qui encadrent ces mêmes agents au quotidien n'acceptent pas leurs absences et le fait qu'ils vivent une vie plus riche de partages et d'échanges.
    Ils leur font payer sournoisement leur attachement dans leurs convictions : mise au placard, brimades, etc.
    J'ai donc choisi : j'ai changé d'employeur public passant de la FPT à la FPE en 2015, non sans mal car le détachement est aussi un combat avant l'intégration.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.