En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Culture

Archéologie préventive : les 5 changements majeurs introduits par la loi « CAP»

Publié le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

credit JuhaHuiskonen - Istock © JuhaHuiskonen - Istock

La loi sur la liberté de création, l’architecture et le patrimoine (loi « CAP ») a été promulguée le 7 juillet 2016. Le chapitre 2 du titre II, consacré à l’archéologie préventive vise à tendre vers un équilibre délicat entre les différents opérateurs.

Lors du débat parlementaire sur la loi du 7 juillet 2016 sur la liberté de création, l’architecture et le patrimoine (loi « CAP»), l’archéologie préventive a constitué une véritable pomme de discorde entre les deux assemblées. C’est pourquoi les dispositions adoptées relèvent du compromis, cherchant à concilier renforcement des services territoriaux, préservation des marges d’intervention de l’Institut national d’archéologie préventive (Inrap), et respect du jeu de la concurrence sur le marché des fouilles, tout en essayant d’endiguer les dérives du moins-disant observées ces dernières années… L’avenir dira si le compromis obtenu correspond à un point d’équilibre durable.

Dans ce contexte, les collectivités, tantôt aménageurs, tantôt opérateurs, vont devoir tirer le meilleur de la loi pour marier aménagement du territoire, développement économique, sauvegarde, étude et promotion des vestiges du sol. Tour d’horizon des principales nouveautés.

1-Les services territoriaux sous le régime de l’habilitation

Désormais, on ne parle plus de services territoriaux « agréés », mais « habilités ». En effet, la loi distingue entre opérateurs privés et opérateurs publics. Les premiers continuent de relever de la procédure d’agrément. Les seconds passent sous le régime de l’habilitation, délivrée après examen de « la capacité scientifique et technique du service et son organisation administrative. »

Le dossier de demande d’habilitation devra comporter un projet de convention avec l’Etat fixant les modalités de sa participation à l’exploitation scientifique des opérations d’archéologie préventive. Les deux parties, si elles en sont d’accord, pourront élargir le champ de la convention à d’autres sujets.

Autant de précisions qui permettent aux ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Nouvel utilisateur ? Créez votre compte

Offre pour l’ensemble des agents de votre collectivité, demandez un devis

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

VOUS ÊTES ABONNÉ AU MAGAZINE LA GAZETTE DES COMMUNES

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Le numéro d'abonné se trouve sur l'emballage plastique du magazine. Il s'agit de la série des 8 ou 9 premiers caractères du code présent au-dessus de l'adresse postale. Il peut comporter un / ou une lettre.

Dans les exemples ci-contre, les numéros d'abonné sont :
1/1234567 ou A1234567

J'ai jeté l'emballage du magazine. Comment retrouver mon numéro ?

Demandez votre numéro d'abonné auprès du service abonnement : 01 40 13 50 65

VOUS ÊTES ABONNÉ A LA GAZETTE OU AU CLUB PREMIUM

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Votre numéro d’abonné vous a été envoyé par e-mail.
Il est composé d’un chiffre puis d’un slash (/) suivi d’une série de 7 chiffres
(exemple : 1/2345678)

Vous ne retrouvez pas votre numéro d’abonné ?

Demandez le auprès du service abonnement :
0 820 320 901 (Numéro Indigo : 0.12€TTC/min)