Environnement

Loi biodiversité : les principales mesures à retenir du texte

| Mis à jour le 10/08/2016
Par
butterfly-1148848_960_720

Pixabay CC by Jessica Johnson

La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a été publiée au Journal officiel du 8 août 2016, après de multiples navettes entre l'Assemblée et le Sénat. Revue en détails des principaux points qui concernent, de près ou de loin, les collectivités territoriales.

Après avoir été adoptée par l’Assemblée nationale le 20 juillet dernier au terme de nombreuses navettes entre le Sénat et l’Assemblée, la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a été validé par le Conseil constitutionnel le 4 août dernier. Le texte définitif vient d’être publié au journal officiel du 8 août 2016. Au total, le texte comprend 174 articles. L’occasion de dresser un panorama des principales mesures à retenir pour les collectivités.

à lire aussi
Biodiversité : la loi votée, le désaccord persiste

Solidarité écologique (Art 2) - La loi instaure le principe de non-régression, selon lequel la protection de l’environnement dans les textes ne peut faire l’objet que d’une amélioration constante compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment (Art.2, 9°), ainsi que celui de solidarité écologique (Art 2, 6°) qui appelle à prendre en compte, dans toute prise de décision publique ayant une incidence notable sur l’environnement des territoires concernés, les interactions des écosystèmes, des êtres vivants et des milieux naturels ou aménagés. « Concrètement, une commune qui préserve un espace dont les autres communes bénéficient doit pouvoir obtenir une compensation. Cela pourra prendre la forme d’une dotation de fonctionnement différenciée. Ce point sera étudié dans le projet de loi finances » expliquait dans nos colonnes la rapporteure Geneviève Gaillard.

à lire aussi
Projet de loi biodiversité : ce qui va changer pour les communes

Préjudice écologique (Art 4) - La loi mentionne dès l’article 4 la notion de réparation du préjudice écologique, qui instaure le principe du pollueur-payeur dans la loi. Toutefois,  ce préjudice écologique ne résultera pas d’un dommage « anormal » causé à l’environnement, comme le suggéraient les sénateurs ; il est défini selon une formule inspirée de la jurisprudence « Erika » (Arrêt cour de cassation 25 septembre ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP