Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Attentats

Affaire « Sandra Bertin » : les syndicats de la police municipale de Nice réagissent

Publié le 25/07/2016 • Par Hervé Jouanneau • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité

Bertin
Youtube
Alors que le ministre de l'Intérieur a déposé plainte pour diffamation contre la responsable de la vidéosurveillance à Nice qui l'accuse de pressions suite à l'attentat du 14 juillet, les syndicats de la police municipale niçoise refusent de cautionner la démarche de leur collègue qu'ils jugent "personnelle" mais évoque une "fonctionnaire irréprochable".

Quelques jours après leur « cri de colère » diffusé au travers d’une « lettre ouverte » au Premier ministre, les syndicats de la police municipale de Nice ont pris leur distance ce lundi 25 juillet avec les accusations proférées la veille par leur collègue cosignataire du Syndicat autonome de la FPT, Sandra Bertin, contre le ministre de l’Intérieur.

Depuis ce week-end, cette chef de service de la police municipale de Nice, responsable du centre de supervision urbain niçois, a fait monter d’un cran la tension déjà vive qui oppose depuis l’attentat du 14 juillet la municipalité de Nice, incarnée par son premier-adjoint, Christian Estrosi, et le gouvernement, sur les moyens policiers engagés le soir du drame.

Les accusations – Selon Sandra Bertin, un membre du cabinet du ministre de l’Intérieur aurait exercé de multiples « pressions », l’enjoignant à modifier son rapport sur l’attentat perpétré par Mohamed Lahouaiej Bouhlel, notamment concernant la position des policiers nationaux ...

Article réservé aux abonnés Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Affaire « Sandra Bertin » : les syndicats de la police municipale de Nice réagissent

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X