En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

 

Réagir

Attentat de Nice

Sandra Bertin : une lanceuse d’alerte ?

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, Actu experts prévention sécurité, Actu juridique, France, Toute l'actu RH

0

Commentaire

Réagir

© VALERY HACHE / AFP

Sandra Bertin, policière municipale en charge de la vidéosurveillance le soir de l’attentat de Nice, affirme avoir reçu des pressions du ministère de l’Intérieur pour modifier son rapport sur le dispositif policier le 14 juillet. En l’état des informations disponibles, et au-delà de son aspect éminemment politique, Samuel Dyens, avocat (Cabinet Goutal Alibert et associés) souligne le caractère exceptionnel de cette nouvelle polémique, et identifie un vide juridique, en tout cas une situation juridiquement non prévue.

Découvrez le club

Cet article est paru dans
Le Club Prévention Sécurité

Sandra Bertin, policière municipale en charge de la vidéosurveillance, était bien dans l’exercice de ses fonctions et accomplissait bien une mission confiée par son employeur, la ville de Nice. Mais il s’agissait d’informations relatives à une autre administration que la sienne ! Un cas encore jamais vu et non prévu par la loi, qui pose en creux une question très importante : quel est le périmètre du lanceur d’alerte ? Autrement posée : le lanceur d’alerte agit-il uniquement dans le cadre de son administration ou peut–il agir contre une administration « extérieure » ? L’alerte est-elle légitime en fonction de la nature de l’information dont on dispose, ou bien parce qu’elle concerne son employeur ?

La policière municipale est-elle dans le cas d’un lanceur d’alerte ?

Compte tenu du caractère extrêmement récent, et d’une connaissance très réduite des éléments de la situation, la prudence s’impose. Ce que l’on peut toutefois avancer, c’est qu’un lanceur d’alerte doit, d’une part, exercer son droit sur des faits ou situations connus dans un cadre professionnel. D’autre part, ces informations ou situations doivent menacer ou porter préjudice à l’intérêt général. Enfin, sa révélation ne doit sous-tendre aucune intention de nuire.

Au-delà de l’appréciation que chacun portera pour savoir si ces critères sont respectés ou non en l’espèce, l’originalité de la situation niçoise (si l’on devait intellectuellement admettre qu’elle relève de l’alerte éthique) réside dans le fait que l’agent ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Nouvel utilisateur ? Créez votre compte

Offre pour l’ensemble des agents de votre collectivité, demandez un devis

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Domaines juridiques Sécurité - Police

VOUS ÊTES ABONNÉ AU MAGAZINE LA GAZETTE DES COMMUNES

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Le numéro d'abonné se trouve sur l'emballage plastique du magazine. Il s'agit de la série des 8 ou 9 premiers caractères du code présent au-dessus de l'adresse postale. Il peut comporter un / ou une lettre.

Dans les exemples ci-contre, les numéros d'abonné sont :
1/1234567 ou A1234567

J'ai jeté l'emballage du magazine. Comment retrouver mon numéro ?

Demandez votre numéro d'abonné auprès du service abonnement : 01 40 13 50 65

VOUS ÊTES ABONNÉ A LA GAZETTE OU AU CLUB PREMIUM

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Votre numéro d’abonné vous a été envoyé par e-mail.
Il est composé d’un chiffre puis d’un slash (/) suivi d’une série de 7 chiffres
(exemple : 1/2345678)

Vous ne retrouvez pas votre numéro d’abonné ?

Demandez le auprès du service abonnement :
0 820 320 901 (Numéro Indigo : 0.12€TTC/min)