Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité publique

Après l’attentat, le cri de colère de la police municipale de Nice

Publié le 20/07/2016 • Par Hervé Jouanneau • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, Régions

Police Municipale CAVAM
Bertrand Holsnyder
Alors que l'émotion reste vive après l'attentat du 14 juillet et que la polémique bat son plein sur les moyens policiers engagés sur la Promenade des anglais, les syndicats de police municipale de Nice s'en prennent au gouvernement et à son silence sur le rôle joué par les policiers municipaux le soir du drame. Dans une "lettre ouverte", ils demandent les mêmes moyens d'actions que la police nationale. A l'instar de leur ancien maire, Christian Estrosi.

En dépit de l’émotion et des polémiques, ils étaient restés silencieux pendant tout le week-end. Mais quatre jours à peine après l’attentat meurtrier du 14 juillet, les policiers municipaux de Nice, ceux-là même qui étaient aux avants-postes de la Promenade des anglais lorsque le camion terroriste a engagé sa course funeste, veulent faire entendre leur colère.

Union intersyndicale – Dans une « lettre ouverte » du 19 juillet adressée au Premier ministre, Manuel Valls,une intersyndicale inédite de policiers municipaux de la ville et de la métropole niçoise, réunissant le SAFPT, la CGT PM, le SANCA-UNSA, la FA-FPT, le SNPM et FOPM, s’en prend avec véhémence aux ministres de l’Intérieur et de la Défense et à leur silence concernant l’action des policiers municipaux, le soir du drame.

« Ce 14 Juillet de l’horreur, c’est ensemble que les policiers municipaux et les policiers nationaux ont procédé à la neutralisation du ...

Article réservé aux abonnés Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Après l’attentat, le cri de colère de la police municipale de Nice

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X