Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sport et économie

Euro 2016 : premier bilan positif des villes-hôtes

Publié le 19/07/2016 • Par David Picot • dans : France

ok_saint-etienne-foot
Saint-Étienne Métropole
Sécurité, tourisme, hôtellerie, restauration… les villes-hôtes apparaissent satisfaites de leur Euro 2016. Après avoir été sous les projecteurs européens et mondiaux, elles espèrent désormais des retombées à long terme. Retour dans plusieurs d’entre elles, avant le carnage survenu à Nice, le 14 juillet.

« Paris a parfaitement relevé le challenge », soufflait Jean-François Martin, l’adjoint aux sports, le mardi 12 juillet, soit deux jours après la finale de l’Euro 2016. Avec le recul, la partie était loin d’être gagnée dans une ville qui a vécu ces dernières semaines, la plus importante crue de la Seine depuis 30 ans, les manifestations contre la Loi Travail et le blocage des sites de traitement des déchets. Le tout, dans un contexte de chute de la fréquentation touristique consécutive aux attentats de 2015.

« La sécurité était une priorité absolue » a d’ailleurs rappelé, au lendemain de la finale, Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, à la tête d’un dispositif « exceptionnel » : 42 000 policiers, 30 000 gendarmes, 5 000 personnels de la sécurité civile, 13 000 agents de sécurité privée et le renfort ponctuel des 10 000 militaires de l’opération Sentinelle.

Sans occulter les violences qui ont eu lieu à Marseille, le 11 juin, en marge de Russie-Angleterre, le ministre s’est félicité « du maintien des fan-zones dans les 10 villes-hôtes ».

Lire aussi :

Fan zones : la coordination des services de sécurité et secours à l’entraînement

Des fan-zones dont l’affluence a semble-t-il grandi au fil de la compétition. « Certains matches du premier tour n’ont pas mobilisé » concède Arielle Piazza, en charge des sports à la Marie de Bordeaux. Ce fut également le cas à Marseille et encore à Lille. Pour l’expliquer, elle cite « une météo défavorable mais aussi des grèves dans les ...

Article réservé aux abonnés gazette

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Euro 2016 : premier bilan positif des villes-hôtes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X