Transports

Que pense le gouvernement d’une vignette dématérialisée pour financer les infrastructures routières ?

Par

L’État a été confronté à des difficultés insurmontables dans la mise en œuvre de l’écotaxe, même aménagée après le travail de mise à plat et de concertation des commissions parlementaires. C’est au terme d’un long processus de travail que le gouvernement a pris la décision de suspendre sine die ce dispositif car il suscitait de l’incompréhension, et les difficultés posées par sa mise en œuvre technique créaient un sentiment d’injustice. L’objectif du gouvernement était d’appliquer les principes de l’utilisateur-payeur et du pollueur-payeur.

Pour atteindre cet objectif, un consensus sur ses modalités d’application était indispensable. Or, le mécanisme de répercussion qui accompagnait le « péage de transit poids lourds » faisait peser la taxe sur toute la chaîne de production alors même que cette répercussion était difficilement applicable. Néanmoins, le Gouvernement reste attaché au principe dit de « l’utilisateur-payeur » comme source de financement des infrastructures. Ce principe est un élément d’accord avec les fédérations professionnelles de transport routier qui reconnaissent la nécessaire participation financière que les transporteurs doivent apporter à l’entretien des infrastructures de la France. Le transport routier de marchandise est vital pour l’économie, que ce soit en termes de volume ou de desserte des territoires.

Pour autant, la route est une ressource qui doit être préservée. Il faut donner une visibilité sur le développement du réseau routier, son entretien et son amélioration. C’est pourquoi, le Gouvernement a constitué un groupe de travail pour étudier les solutions alternatives à l’écotaxe. Dans un premier temps, afin de répondre aux besoins de financement des infrastructures, une hausse de 4 centimes de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) a été décidée et s’applique aux poids lourds depuis le 1er janvier 2015.

Au terme de 6 mois de travail et d’échanges contradictoires avec les parties, le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) a remis un rapport qui a fait l’objet d’une présentation et d’un débat au Conseil national de la transition écologique le 21 juillet. Compte-tenu des conclusions du groupe de travail, il a été décidé de maintenir la hausse de 4 centimes de la TICPE applicable aux transporteurs routiers. En effet, il s’agit d’une contribution qui s’appuyant sur une fiscalité existante, présente l’avantage d’être simple et d’avoir un faible taux de recouvrement. La TICPE a par ailleurs un système de répercussion éprouvé (l’indexation gazole). Une partie des poids lourds étrangers (22 %) acquitte cette taxe avec leurs achats de carburants en France.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • La méthanisation, une filière trop peu exploitée selon l’Ademe

    La méthanisation est une filière peu développée en France au regard d'autres pays européens. Son potentiel est pourtant important : l'Ademe vient  d'émettre un avis sur cette filière pour éclairer les acteurs locaux. Etat des lieux, rappel des objectifs, des ...

  • Les réseaux de chaleur se développent mais sont encore loin du facteur 5

    Les 12e Rencontres nationales des réseaux de chaleur ont permis de faire un point sur le développement et la compétitivité de cette forme d’énergie, grâce aux derniers résultats de l'enquête annuelle. L’occasion de constater que les objectifs affichés par ...

  • Socle : une stratégie pour préparer la Gemapi

    Pour intégrer le volet eau des lois Maptam et « Notre », le syndicat mixte des milieux aquatiques et des rivières de l’Aude a mené une réflexion pour la mise en place d’un schéma d’organisation des compétences locales de l’eau. Établie à ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP