En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir

Logement

La lutte contre les marchands de sommeil doit continuer

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France

1

Commentaire

Réagir

© Gilles Klein / Flickr CC BY-SA 2.0

Les sénateurs Evelyne Yonnet- Salvator et Jean-Pierre Sueur ont présenté le 7 juillet une proposition de loi visant à durcir les sanctions envers les marchands de sommeil. Une nécessité, alors que l’afflux de migrants contribue à l’essor de cette exploitation de la misère.

 

Après des années de signaux d’alerte lancés par les collectivités locales, l’appareil juridique de la lutte contre la lutte l’habitat indigne s’améliore doucement. Dernière étape en date, la loi ALUR du 24 mars 2014 est venue toiletter certaines procédures, créer le « permis de louer » ou des procédures adaptées pour le traitement des copropriétés dégradées. La lutte contre les marchands de sommeil progresse doucement, comme le notait en 2015 Sylvain Mathieu, le délégué interministériel à  l’hébergement et à  l’accès au logement, lors d’un colloque organisé sur le sujet.

Mais sur le terrain, les communes particulièrement touchées continuent à voir se développer cette exploitation de la misère, appelée à  perdurer avec l’afflux de migrants réfugiés politiques ou climatiques. Elles peinent toujours à voir les procédures contentieuses aller jusqu’au bout.

Aujourd’hui plus d’un million de personnes sont locataires de logements ne respectant pas les critères de la salubrité et/ou  de la dignité, un chiffre qui bouge peu malgré les multiples réformes de la réglementation sur l’habitat indigne. 60% de ces habitats sont en milieu urbain, 40% en milieu rural – il n’y a pas que les banlieues d’Ile-de-France qui sont touchées. En  Seine-Saint-Denis, des chambres de 20 m2 sont louées de 800 à 1000 euros, des pavillons sont régulièrement rachetés puis découpés pour être reloués pièce par pièce – quand ce ne sont pas des lits qui sont loués.

Accroître la répression contre les marchands de sommeil

C’est pourquoi la sénatrice de Seine-Saint-Denis Evelyne Yonnet Salvator, par ailleurs conseillère municipale à Aubervilliers, ville lourdement touchée par la problématique de l’habitat indigne, et le sénateur Jean-Pierre Sueur ont présenté une nouvelle proposition de loi, qui vise clairement à renforcer les sanctions contre les marchands de sommeil. « Ces gens sont de grands délinquants qui font du business sur la misère humaine. Nous avons mené une réflexion d’ensemble très précise, qui concerne tant le milieu urbain que rural : on y trouve aussi des logements indignes ou indécents, du fait de l’impécuniosité des propriétaires, du manque de services administratifs pour faire des contrôles », explique Evelyne Yonnet Salvator.

Le texte, court, contient six articles. Le premier propose la création, dans les départements ayant une proportion importante d’habitats dégradés, d’un sous-préfet dédié à la lutte contre l’habitat indigne, pour pouvoir aller au bout des procédures contentieuses qui s’étalent sur plusieurs années.

Protéger les locataires

Le second permet aux associations travaillant sur la lutte contre l’habitat indigne de se porter partie civile, car les locataires ont souvent peur – ou n’ont plus la force – d’attaquer eux-mêmes leur bailleur. Le troisième, mesure massue, propose de passer l’amende encourue pour divulgation de témoin de 75 000 euros à 375 000 euros, une autre façon de protéger  les locataires  contre les risques de représailles.

L’article 4, autre mesure massue, propose d’appliquer la peine de confiscation des biens aux personnes  physiques et morales condamnées pour avoir soumis une ou plusieurs personnes à  des conditions d’hébergement incompatibles avec la dignité humaine , une peine qui s’applique en principe en cas de blanchiment d’argent. L’argent ainsi récolté pourrait être mis à  la disposition de l’Agence nationale de l’habitat, très impliquée sur la lutte contre l’habitat indigne.

L’article 5 prévoit la création d’un  fonds d’intervention contre l’habitat indigne, chargé d’acquérir des biens immobiliers pour prévenir l’apparition d’habitats indignes et financer ou subventionner les travaux réalisés d’office, une façon de ne pas laisser seules les collectivités concernées face au traitement matériel de l’habitat insalubre.

Enfin l’article 6 vise à  un rééquilibrage de l’offre d’hébergement sur le territoire, afin que toutes les communes prennent leur part dans le le relogement des personnes une fois sorties de leur habitat indigne.

Ces dispositions pourraient être reprises dans le projet de loi Egalité et citoyenneté, par amendement, alors que son examen débute en commission au Sénat.

 

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Citoyenneté et droits de l'hommeJusticeLogementSocial

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. ratonus 12/07/2016, 15h27

    Il ne faut pas oublier les propriétaires qui louent de très petites surfaces, parfois inférieures à 9 m2, à des étudiants et ceci pour des sommes très élevées (500 à 700 € mensuels) notamment sur Paris. Pour eux, pas de sanction? Alors qu'ils sont faciles à repérer sur les sites d'annonces.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.