En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

3

Commentaires

Réagir

Fonction publique territoriale

Île-de-France : Valérie Pécresse lance son plan de « départ volontaire »

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Régions, Toute l'actu RH

3

Commentaires

Réagir

© Jay Reed by Flickr CC

Les élus de la région Île-de-France réunis en plénière ont adopté vendredi 8 juillet un plan de « départ volontaire » contre indemnités concernant les agents travaillant au siège de la région, les fonctionnaires affectés dans les lycées n'étant a priori pas concernés par cette mesure. La ville de Poissy avait engagé au mois d'avril le même processus. Sans grand succès jusqu'ici.

 

Valérie Pécresse l’avait martelé tout au long de la campagne l’hiver passé , une fois élue à la tête de la région, elle mènerait la chasse « au gaspi » ! Dans le viseur – entre autres – de la présidente LR : les fonctionnaires territoriaux, trop nombreux à ses yeux.

Aussi, après avoir annoncé que ses équipes ne remplaceraient pas « un fonctionnaire sur deux partant à la retraite [à l'exception de ceux affectés aux lycées]« , Valérie Pécresse passe la seconde en faisant voter un plan de « départ volontaire » pour tous les agents du siège.

Déménagement et plan de départ

Selon la présidente de la région, entre 2010 et 2015, le nombre de fonctionnaires travaillant au siège a augmenté de 7,8 %, soit 135 nouveaux emplois. « La collectivité [...] est obligée de réduire les effectifs compte tenu de l’héritage laissé par la gauche. La masse salariale a progressé de près de 60 millions d’euros, et on doit faire face à une baisse des dotations de 140 millions d’euros, il faut faire des économies », explique-t-on dans l’entourage de Valérie Pécresse.

Cette annonce, couplée au projet de déménagement du siège régional à Saint-Ouen d’ici trois ans, passe mal dans les coursives du conseil. L’opposition dénonçant, d’après l’AFP, « une tentative de purge » selon Mounir Satouri, président du groupe écologiste, « un plan social déguisé » selon les mots de Céline Malaisé du Front de Fauche, le PS évoquant quant à lui une volonté « d’écrémer les services ».

Une démission contre une indemnité

Ce dispositif de « départ volontaire », ouvert pour les agents de la fonction publique d’Etat en 2008 et étendu aux territoriaux en 2009, permet à ceux ayant le souhait de redémarrer une carrière dans le privé, de démissionner en touchant une indemnité égale au maximum à deux fois le salaire annuel brut.

« La région modulera ce montant en fonction de l’ancienneté de l’agent. Il est toutefois plafonné à environ 106 150 euros brut pour les agents de catégorie A, 72 235 pour ceux de catégorie B et 57 850 pour les agents de catégorie C. L’entourage de Valérie Pécresse ne précise pas le nombre d’agents qui pourraient être concernés par cette mesure », peut-on lire dans Le Point.

Il est vrai que ce type de plan, déjà testé à Lyon et plus récemment à Poissy, ne connaît pas forcément un succès foudroyant. Deux mois après son lancement en grandes pompes, via notamment une annonce du maire LR Karl Olive sur Twitter, un seul fonctionnaire de Poissy avait finalement choisi le départ.

Selon les services de la mairie, une dizaine de dossiers étaient à l’étude. Très loin des espérances de l’édile, qui escomptait 200 départs volontaires sur les 1 000 fonctionnaires territoriaux de la commune. Idem à Lyon où les agents ne se sont pas précipités au comptoir.

Car en effet, ce « départ » contre indemnités n’est possible que si l’agent démissionne de son poste, le privant de ce fait des indemnités chômage. Un risque que seuls des fonctionnaires ayant un projet de reconversion solide sont prêts à prendre. N’en déplaise aux politiques.

 

 

Haut de page

3

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés EmploiFonction publique

Régions Île-de-France

3 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Idiot 08/07/2016, 15h45

    Les élus sont toujours aussi incorrigibles... Ils n'oublient pas de fustiger les entreprises privées quand ces dernières envisagent de "dégraisser" leurs effectifs.

    Mais ce n'est pas pour autant qu'elles n'appliquent pas la même méthode. Certaines collectivités le disent de manière ferme; comme celle dirigée par Mme Pécresse; d'autres de manière plus insidieuse en ne remplaçant pas la plupart des départs à la retraite.

    Mais pour les personnels, l'objectif reste le même: faire toujours mieux avec moins de moyens.
    Aller, le pas est franchi: dans les collectivités, tout comme dans le privé, le personnel est devenu un paramètre d'ajustement des dépenses. Pour les uns, on savait depuis longtemps que c'est ainsi, pour les autres, c'est nouveau et comme on dit: cela pourrait durer aussi longtemps que les impôts!!!

  2. 2. Thaddée 07/07/2016, 17h21

    J' ai bossé à 75 % chez Alcatel , et 18 mois avant la retraite .... j' ai fais partie d' une salve de 5 000 personnes à dégager . Néanmoins 18 mois payés à 50 % du salaire brut , plus les indemnités que je vais pas vous détailler . Vu l' ambiance détestable qu' il y avait en 2003 , ça m 'arrangeait plutôt bien . Globalement , Serge Tchuruk en a degagé 70 000 .

  3. 3. Thaddée 07/07/2016, 17h08

    J' ai l' impression que Valerie Pecresse a deux cailloux dans son cerveau . Elle veut faire démissionner volontairement des fonctionnaires , elle se prend pour une chef d' entreprise du CAC 40 , non mais , ça va pas !
    J' ai lu tout ses projets ... // Faut surtout pas que les fonctionnaires démissionnent même si l' indemnité peut paraître intéressante ..... Après un départ on ne peut plus se raviser . La crise financière est loin de se terminer .... vu le nombre de banques et entreprises qui font faillites et avec toute la clique de licenciements de part le monde .... suffit de lire le blog de Pierre Jovanovic ( journaliste économique et financier ) ....

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.