Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Prévention de la délinquance

« La tranquillité publique est une notion complexe » – Aurélien Dyjak, sociologue

Publié le 11/07/2016 • Par Hervé Jouanneau • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

Aurelien Dyjak
Dyjak
La demande de tranquillité publique, intimement liée aux notions de civilités et d'incivilités, est au coeur des revendications exprimées par les habitants. Dans un entretien au Club prévention sécurité, Aurélien Dyjak, directeur pédagogique et formateur à l'Institut de criminologie méditerranéen, livre une approche sociologique de cette notion de tranquillité dont le maire est en principe le garant.

A l’occasion des Assises nationales de la prévention de la délinquance, organisées le 27 juin à Châteaurenard, vous êtes intervenu sur la relation entre le maire et la tranquillité publique. Comment définir cette notion, parfois galvaudée, de tranquillité publique ?

Il s’agit d’une notion complexe. Malheureusement, de nombreux textes traitant de ce sujet ne définissent pas préalablement cette notion comme si la maîtrise en était par avance acquise. Les limites en sont pourtant floues, chargées de représentations sociales. De plus, cette notion se conçoit principalement de manière négative. En effet, dans la mesure où nous sommes tous les spectateurs ou les télé-spectateurs d’actes pouvant être qualifiés de violents, d’indécents, ou encore d’immoraux, nous pouvons tous avoir une connaissance plus ou moins maîtrisée de ce que nous pourrions appeler l’intranquillité publique.

En revanche, la tranquillité est plus difficile à saisir. Pour aller à l’essentiel, nous dirons ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« La tranquillité publique est une notion complexe » – Aurélien Dyjak, sociologue

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X