En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir

Vieillissement

La silver économie fait son premier bilan

Publié le • Par • dans : France

1

Commentaire

Réagir

soutien des personnes agées © Fotolia

Se servir du vieillissement de la population pour créer de nouveaux - et nombreux - emplois. C'est le pari de la silver économie, lancée en grandes pompes fin 2013. Près de trois ans plus tard, les premiers retours sont tirés, en demi teinte.

 

Lancée en décembre 2013, la filière « silver économie » est supposée porteuse d’un avenir qui chante pour les territoires : développer une activité économique non délocalisable tout en répondant aux besoins des personnes âgées en perte d’autonomie. L’adjectif « silver », argent en anglais, se rapporte en effet à la couleur des cheveux des aînés.

Interrogée en amont de la présentation du projet de loi d’Adaptation de la société au Vieillissement, Laurence Rossignol, alors secrétaire d’Etat aux Personnes âgées et à l’Autonomie, expliquait ainsi que la filière est « une opportunité formidable de croissance, estimée à 0,25% par an, et, par là-même, d’emplois ».

Selon un étude de la Dares, aides à domicile, aides-soignants et infirmiers figureraient ainsi parmi les métiers qui gagneraient le plus d’emplois à l’horizon 2020, avec près de 35 000 créations nettes en moyenne par an. Les collectivités, et au premier rang les régions, s’investissent donc de plus en plus dans le secteur de la « silver éco ».

Le retour sur investissement sera-t-il au rendez-vous ? « Les collectivités nous demandent un retour sur investissement », expliquait le 30 juin Benjamin Zimmer, directeur de la Silver Valley, réseau de plus de 200 acteurs franciliens de la filière, soutenu par la région Île-de-France, le conseil départemental du Val-de-Marne et l’ EPT 12 « Grand Orly Val de Bièvre Seine-Amont ». Près de trois ans après son lancement, les acteurs commencent donc à faire le bilan.

Premier baromètre

En Île-de-France, un premier baromètre a été réalisé auprès d’entreprise de la Silver Valley entre janvier et avril 2016. 49 des 232 structures ont été étudiées pour voir leur évolution depuis 2013 et la création de la filière (les entreprises plus récentes ne font pas parties de l’échantillon).

En 2015, 7932 emplois ont été créés, et 425 embauches sont prévues en 2016. « Ce ne sont pas seulement des emplois dans les services à la personne, précise Benjamin Zimmer. Il y a aussi des ingénieurs, des commerciaux… » Preuve selon lui de la consolidation de la filière.

Le directeur de la Silver Valley reconnaît néanmoins que les entreprises sont majoritairement des start-up ou des PME, qui ont donc peu de salariés. « Pour nous, une entreprise qui a réussi est une structure qui est parvenue à développer son projet et commence à le commercialiser. »

Il envisage donc de réaliser à nouveau, chaque année, un baromètre pour l’Île-de-France pour suivre les évolutions et espère que les autres régions impliquées dans la silver économie reprendront l’étude pour pouvoir faire des comparaisons.

Disparités entre les régions

Les initiatives sont en effet nombreuses : dès le lancement de la filière, les régions devaient mener la barque de la silver éco. Toutes les collectivités devaient ainsi s’être lancées pour début 2016. Mais le suivi n’a pas été fait et les situations sont très disparates d’un territoire à l’autre.

C’est ce que montre le rapport de Luc Broussy, président de France Silver éco, une association qui a pour objectif de rassembler et animer l’écosystème national. Début juin, il a publié un rapport dans lequel il dresse le bilan du développement de la filière dans les 22 anciennes régions métropolitaines :

  • 5 ont un système organisé qui a été directement impulsé par la Région (Basse Normandie, Aquitaine, Midi Pyrénées, Lorraine et Corse tout dernièrement) ;
  • 4 ont un système organisé où la Région a aidé ou impulsé mais ne joue pas le rôle central (Limousin avec Autonom’Lab, Pays de Loire avec la CCI et le Gerontopole et Bourgogne – Franche Comté avec le PGI) ;
  • 4 ont des pôles qui structurent les acteurs sans que la Région ait pris d’initiative forte (Ile de France, Nord, PACA, Champagne – Ardenne) ;
  • Enfin on peut considérer que dans 9 régions, rien de significatif n’existe (Rhône – Alpes, Alsace, Picardie, Haute-Normandie, Bretagne, Centre, Poitou-Charentes, Languedoc-Roussillon, Auvergne).

Un bilan en demi-teinte donc que France Silver éco veut voir s’améliorer. Le rapport fait ainsi neuf recommandations pour que la filière prenne son envol et devienne réellement le pourvoyeur des emplois promis.

Les neuf recommandations

  • Constituer un comité régional de filière ;
  • Faire présider le comité de filière par un élu régional ;
  • Harmoniser la composition des comités de filière ;
  • Rédiger un contrat de filière régional ;
  • Organiser un lien entre le comité national de filière et les comités régionaux ;
  • Créer un lieu de coordination des silver régions animé par France silver éco ;
  • Connaître les subventions européennes pour les obtenir ;
  • Instaurer un interlocuteur unique pour les entreprises ;
  • Créer un lien avec les conférences départementales des financeurs de la prévention.

Références

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Développement économiqueGrand âge

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. aquarius74 05/07/2016, 15h23

    La silver économie, n'est-ce pas également, avant même de parler de retraite, le monde du travail qui doit s'adapter à des salariés de plus en plus âgés, non seulement en terme de santé au travail, mais également sur le plan de la déconnexion culturelle et empirique vis-à-vis des nouvelles générations ? C'est un enjeu important pour nos collectivités en matière de GPEEC.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.