En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir

Analyse de la pauvreté

Pauvreté et inégalités : état des lieux dans les villes de plus de 20 000 habitants

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la une, France

1

Commentaire

Réagir

carte-inegalites-une © La Gazette

Quel est le niveau de pauvreté dans les communes de plus de 20 000 habitants en France ? Quels sont les revenus les plus bas, et les plus hauts ? Quels sont les écarts de revenus entre les quelque 380 communes concernées, y compris entre les arrondissements de Paris, Lyon et Marseille ?

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Pauvreté : en finir avec la politique de l'autruche

 

Pour mieux connaître la pauvreté, pour mieux la combattre, la Gazette poursuit l’analyse des données produites par Le Compas, bureau d’études spécialisé dans l’analyse des données sociales, sur la base des dernières données de l’Insee sur les revenus de la population.

Pour la première fois, l’établissement national de statistiques fournit en effet des données sur les revenus des habitants « calculés en enlevant les impôts directs payés et en ajoutant les prestations sociales », précise Louis Maurin, directeur d’études au Compas.

Ces données, plus précises, sont cependant basées sur les revenus 2012 de la population, mais elles ne remettent pas en cause les précédentes simulations que nous avions effectuées avec Le Compas sur le classement des villes les plus pauvres, en 2014.

Selon Louis Maurin, elles dessinent, avec d’autres travaux récents de l’Insee, « une carte de France de la pauvreté qui s’éloigne de l’image des plus pauvres regroupés en périphérie des villes ! Les communes très peuplées abritent bien des personnes en situation de grande précarité.

Carte des inégalités de revenus des villes de plus de 20 000 habitants

 

Ce qui apparaît nettement lorsque l’on se penche sur les revenus du 1er décile de la population : 3 arrondissements de Marseille, (le 1er, le 3ème et le 2ème) arrivent « en tête » avec un revenu annuel de la population la plus pauvre en dessous de 6319 euros. Le 18è arrondissement de Paris arrive en 28è position, avec 7992 euros de revenus.

Jusqu’à la 15è position, hors les arrondissements marseillais, toutes les villes concernées sont limitrophes de Paris. La première ville de province est Bézier, avec un revenu de 7539 euros, Roubaix arrivant au même niveau, avec 7540 euros de revenus. Mais l’indice Gini est plus fort à Bézier (0,33) qu’à Roubaix (0,29).

En se penchant sur les données par arrondissement des 3 villes concernées, on mesure également les grands écarts de revenus qui existent dans ces capitales, ainsi que la grande précarité d’une partie de sa population.

Paris, championne des inégalités

Les revenus du 1er décile de la population varient ainsi à Paris entre 7992 euros dans le 18è arrondissement et 13712 euros dans le 7è arrondissement. Les revenus du 9è décile s’étagent eux entre 41 089 dans le 19è arrondissement et 131989 euros dans le 7è arrondissement.

Globalement, Paris est ainsi une ville très inégalitaire. L’indice Gini des inégalités s’élève, pour l’ensemble de la capitale, à 0,43, et 0,53 dans le 7è arrondissement.

 

Marseille est une ville moins inégalitaire que Paris (indice gini = 0,33, proche de la moyenne nationale), mais certains de ses arrondissements enregistrent donc une très grande pauvreté.

 

A Lyon, la population la plus pauvre dispose de revenus plus importants qu’à Marseille (9318 euros pour le 1er décile dans le 9è arrondissement), mais les inégalités y sont plus fortes, avec 3 arrondissements (1,6,2) au-dessus de la moyenne nationale.

 

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Lutte contre l'exclusion

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. pov citoyen 25/06/2016, 06h38

    Tout ce dont on parle annuellement, ce n'est même pas le salaire mensuel d'un sénateur qui ne sert à rien. Et Laurent Blanc, sympa par ailleurs, qui touche 22 M€ pour rupture de contrat; c'est 20 fois plus que je ne gagnerai de toute ma vie de travail; et les PDG du CAC...
    Il y a vraiment qqch qui ne tourne pas rond, et j'espère toujours que cela va changer sans violence, sans passer par les extrêmes, qui se frottent les mains de tout cela (vous les avez vu jubiler ces derniers jours du départ de nos amis anglais, c'est une honte; combien gagne-t-ils ces 2 là? je veux dire tout compris, pas l'argent de poche).
    Si les leaders politiques voyaient autre chose que leur propre carrière...
    Allez je m'égare, je rêve tout haut.
    Bon WE.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.