En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

2

Commentaires

Réagir

[Opinion] Finances locales

Investissement public local : la France a-t-elle déjà perdu ?

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Billets finances, France, Opinions

2

Commentaires

Réagir

Robin Reda, maire de Juvisy-sur-Orge (Essonne) Robin Reda, maire de Juvisy-sur-Orge (Essonne) © Ville de Juvisy

La France a-t-elle déjà perdu ? L’Euro 2016 ? L’avenir le dira ! En revanche, dans le match des infrastructures, la France est déjà mal en point !

Robin Reda, Maire (LR) de Juvisy-sur-Orge (Essonne, 16 000 hab.) et conseiller régional d'Ile-de-France

 

Le président de la République a fait un geste envers les collectivités locales en annonçant, en clôture du dernier Congrès des maires de France, la division de moitié des 2 milliards initiaux du plan triennal de baisse des dotations ainsi que la mise en place d’un fonds de soutien à l’investissement, dans lequel est prévue une hausse de la dotation d’équipements. Aussi modeste que salutaire pour nos territoires, bien mal en point.

Il n’est pas trop tard ! D’un côté, la France dégringole d’année en année dans les classements internationaux qui analysent la qualité des infrastructures, de l’autre les collectivités locales contraignent fortement leurs investissements en la matière, sous la pression des baisses successives des dotations de l’Etat.
En tant que jeune maire, le casse-tête est d’autant plus difficile à résoudre : quel avenir pour nos territoires dans un tel contexte ?

Ne renonçons pas à investir dans les infrastructures

Alors que le budget de ma commune a été amputé de 800 000 euros cette année et perdra 1,2 M d’euros l’année prochaine suite à la réduction des dotations de l’Etat, nous avons voulu maintenir le niveau de nos investissements dans les infrastructures. Pourquoi ? La réponse est simple : sans infrastructure, point de cohésion sociale et d’activité économique.
Au côté de la région et du département, nous avons ainsi investi à Juvisy-sur-Orge (Essonne, 16 000 hab.), dans la construction d’un pôle multimodal de grande ampleur adapté aux passages quotidiens des 60 000 voyageurs, des 1 200 trains et 28 lignes de bus dans les trois gares routières pour faciliter les déplacements des franciliens. Ces investissements bénéficieront également largement aux quartiers alentours par un important effet de levier.

Rappelons-nous que les communes représentent seulement 4 % de la dette de l’Etat et il leur est demandé aujourd’hui de contribuer à hauteur de 25 % de l’effort de réduction des dépenses publiques. Les maires ne mettent d’ailleurs pas en cause le fait qu’il faille baisser la dépense publique, nous sommes tous d’accord là-dessus. Le problème réside bien dans le rythme des baisses de dotation, de plus en plus difficile à suivre.
Rappelons-nous aussi que les projets d’investissements ne sont ni de droite ni de gauche, ce sont des projets concrets, pour améliorer le quotidien des habitants de nos territoires.

Investir, c’est assurer l’avenir de nos territoires

Alors pourquoi les communes devraient continuer à investir maintenant face à de telles contraintes budgétaires ?
Il ne faut pas se voiler la face : la France, et plus près de nous le Grand Paris, ont besoin d’infrastructures de haut niveau pour rester attractifs et compétitifs à l’échelle mondiale. Et les Français ont en besoin tous les jours, tout simplement.

Les situations à risque ne doivent pas être occultées : les actuelles intempéries, le drame de Bretigny-sur-Orge, dans mon département, démontre l’importance de la qualité et du besoin d’entretien des infrastructures face aux différents aléas, climatiques comme techniques.

Au-delà de ces éléments, si nous ne le faisons pas aujourd’hui, les générations futures hériteront de ce que les experts décrivent comme une lourde « dette grise ». Dans un récent article, Yves de Kerdrel exposait d’ailleurs à ce sujet que « le sous-investissement actuel se transforme en « dette invisible » qui devra être assumée par les générations futures. » Et de chiffrer l’ensemble de cette dette à près de 2 000 milliards d’euros !

Alors ne cédons pas à la tentation d’aggraver le déjà lourd tribut qui pèse sur les prochaines générations. Un sursaut d’investissement est indispensable. Il est vital pour notre économie comme pour la sécurité des usagers des transports et pour la protection de notre environnement ! Alors chers collègues élus, n’hésitons plus : investissons aujourd’hui dans les infrastructures de demain.

Haut de page

2

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés BudgetsDetteFinances localesTransport public

2 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Fonctionnaire 91 24/06/2016, 00h35

    Mais que de mauvajse foi
    Notre bon Robin Reda oubli un peu vite le rôle de l'agglomération dont sa commune est membre, de la redistribution dont elle a ainsi bénéficié
    Tout comme il passe sous silence le rôle de l'Etablissement territorial dont elle fait maintenant parti
    Autre oubli : son camp politique, tout comme le Ps, sont à la manœuvre depuis 40 ans, il devrait donc se garder de faire la morale : tout jeune soit il , il porte la responsabilité des désastres de 40 ans de libéralisme
    Enfin commie il est étonnant de ne pas voir de commentaire sur la désastreuse réforme de la Tp conduite par "son Président "
    Au final on peut être jeune, sortir de sciences po, et faire preuve des mêmes travers que ses prédécesseurs politiques

  2. 2. ratonus 23/06/2016, 08h37

    Oui, il faut investir mais aussi se rappeler que chaque équipement créé nécessitera de l'entretien. Il n'est pas forcément très bon de faire grossir un patrimoine que l'on ne sera pas en mesure d'entretenir. La rénovation est sans doute à développer notamment pour le logement.
    Enfin, réfléchissons à une redistribution de l'emploi et donc de la population sur le territoire national. La concentration actuelle oblige à toujours plus d'infrastructures et accroît le risque.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.