Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Haute fonction publique

« L’Inet a la volonté de former des profils différents »

Publié le 17/06/2016 • Par Laurence Denès • dans : Dossiers d'actualité, France, Toute l'actu RH

INET
INET
Véronique Robitaillie, la directrice de l’Institut national des études territoriales dresse un bilan des différences de ce dernier avec l’Ecole nationale d’administration

Peu de stagiaires de l’Ena en collectivités mais 26 % de fonctionnaires d’Etat à la tête des départements et 65 % à celle des régions. N’est-ce pas un paradoxe ?

D’abord, les stagiaires de l’Inet ne sont pas plus nombreux à l’Etat. Que chaque formation se centre sur son univers ne me choque pas. Ensuite, les territoriaux restent très majoritaires à la tête des grandes collectivités. De plus, ces chiffres ne sont pas pertinents statistiquement. Enfin, fonctionnaire d’Etat ne signifie pas énarque et ces profils divers sont moins à considérer sous l’angle du braconnage que sous celui d’une diversité à laquelle la FPT puise sa richesse.

Depuis 2000, la convention liant l’Ena et l’Inet vise « l’acquisition et le développement d’une culture commune ». Mais il semble qu’un fossé culturel persiste…

Dans les dix-huit mois impartis, trop courts pour davantage d’immersion, les deux écoles font donc le maximum pour que les uns et les autres se comprennent, ce qui n’est pas gommer les différences car chacun doit conserver ses spécificités.

L’Ena bénéficie d’une image que l’Inet peine à obtenir. Cela sera-t-il gagné quand les administrateurs territoriaux se définiront comme « inétiens » ?

Avec une logique de corps progressivement délaissée au profit de celle des cadres d’emplois qui prévaut déjà dans la territoriale, il semble bien que ce soit plutôt les énarques qui se présentent demain comme administrateurs de l’Etat ! Plus généralement, l’Inet n’a pas l’ambition d’être une formation ultime qui ferait sens tout au long de la vie, et peut-être d’ailleurs est-ce là sa principale différence avec l’Ena. Il se veut, pour ses stagiaires, un centre de formation tout au long de leur carrière. Pour être fondateur, l’Inet n’est donc pas dans la volonté de former un club, mais de former des profils différents, à l’opposé de toute catégorisation.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« L’Inet a la volonté de former des profils différents »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X