Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Culture

Quimper perd son centre d’art

Publié le 16/06/2016 • Par Stéphanie Stoll • dans : Régions

380 X 253 Lequartier29000 expo ailleurs ici
LeQuartier29000
En septembre 2016, le Quartier, centre d’art contemporain de Quimper (Finistère) fermera définitivement ses portes. La ville a décidé de mettre fin à sa subvention annuelle. La mobilisation des autres contributeurs financiers publics (département, région, Etat), de l’association gestionnaire, et l'intervention publique de la ministre de la Culture sont restées vaines.

Il n’est pas fréquent qu’un ministre de la Culture s’exprime publiquement sur la politique culturelle d’une ville. C’est pourtant ce qui est arrivé, le dimanche 29 mai 2016 quand Audrey Azoulay indiquant qu’elle « déplore la volonté du maire de Quimper de mettre fin à la subvention du centre d’art Le Quartier ». Ouvert en 1990, Le Quartier, centre d’art contemporain de Quimper avait pourtant traversé plusieurs alternances politiques. A l’issue de son élection en mars 2014, le maire Ludovic Jolivet (LR) avait annoncé une diminution de la subvention municipale de 15% pour les trois années à venir ; celle-ci est donc passée de 352 145 euros en 2013 à 296 773 euros en 2015, puis 252 000 euros en 2016. L’association gestionnaire du centre d’art avait alors revu le périmètre de ses interventions et licencié une personne pour s’adapter à ce contexte budgétaire. Elle a aussi noué un partenariat avec le Fonds Hélène et Edouard Leclerc pour la culture (Landerneau, Finistère) pour monter une exposition, actuellement présentée au Quartier. Lors d’une réunion en bureau municipal le 6 juin, Quimper a décidé de ne pas reconduire la convention avec Le Quartier, mettant fin au versement de sa subvention et à l’occupation des locaux municipaux. Dans un communiqué, la ville fait valoir que « la part municipale du financement du centre d’art s’avérait trop élevée par rapport à des situations comparables à l’échelle nationale. (…). Cette décision, difficile, est aujourd’hui l’une des conséquences de la diminution drastique et continue des dotations de l’Etat aux collectivités ».

Aide de l’Etat

En mairie, on explique aussi que « les efforts de financement se portent sur le musée des Beaux Arts, le conservatoire de musique et le conventionnement avec des associations locales comme le Très Tôt théâtre ».

La municipalité de Quimper n’a pas jugé recevable la proposition d’Audrey Azoulay d’apporter une enveloppe supplémentaire de 20 000 euros au centre d’art contemporain. A laquelle s’ajoute, par ailleurs, la proposition d’une aide de 100 000 euros au conservatoire de musique. Au ministère, on se dit « étonné » du refus de la mairie.

Précédent

Pour Etienne Bernard, président de l’Association française de développement des centres d’art, la fermeture du Quartier marque « le refus de certaines formes de création et d’ouverture au monde ». Il s’inquiète que la décision quimpéroise crée un précédent dont pourraient pâtir d’autres centres d’art contemporains et s’alarme aussi du soutien que recueille Ludovic Jolivet dans la presse d’extrême droite (Minute, Breizh Atao).

Lors du vernissage de ce qui sera la dernière exposition du Quartier, le 10 juin, Jean-Michel Le Boulanger, vice-président (PS) du conseil régional de Bretagne a parlé de « la tristesse et la colère devant une décision injuste, brutale et méprisante ». « Toutes les collectivités sont concernées par la diminution des dotations, commentait-il plus tard. En 2016, nous avons diminué le budget de fonctionnement du conseil régional et nous avons décidé d’augmenter de 500 000 euros le budget du spectacle vivant (16 millions). Ce n’est ni négligeable, ni faramineux. C’est un geste politique. »

Selon la presse locale, une seconde association d’art contemporain, Art4Context, pourrait disparaître en 2017 en raison de l’interruption du financement municipal.

Thèmes abordés

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Quimper perd son centre d’art

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement