Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Fiscalité locale

La taxe balayage, un impôt local rare mais pas anecdotique !

Publié le 16/06/2016 • Par Frédéric Ville • dans : A la Une finances, Actu experts finances

© fanfan - Fotolia.com_28148682_M
fanfan - Fotolia
Instaurée dans trois communes françaises, Paris, Huez et Levallois-Perret, la taxe balayage permet de dégager des recettes non négligeables, même si quelques adaptations seraient sans doute souhaitables.

Alors que le gouvernement avait annoncé en 2014 vouloir supprimer 192 petites taxes, seules quelques-unes ont finalement disparu depuis. La taxe balayage demeure, elle, fermement défendue par les trois seules communes françaises qui l’ont instituée : Paris en 1873, Huez (1 400 hab., Isère) en 1979 et Levallois-Perret (65 000 hab., Hauts-de-Seine) en 2009.

Une taxe ancienne et perfectible

La taxe balayage a été créée par une loi de 1873, en lieu et place de l’obligation imposée aux riverains de balayer le sol au droit de leur immeuble. Elle est perçue auprès des propriétaires qui peuvent la répercuter sur leurs locataires. A Huez, elle couvre également le déneigement(1), y compris des parkings et voies d’accès privés.
Son montant est calculé en multipliant la superficie balayée sur la longueur de la façade jusqu’au milieu de la chaussée(2), par le tarif d’imposition au m2 (art. 1528 du CGI). A Paris, les huit catégories antérieures (de 1,17 à 9,22 €/m2/an) ont été ...

Article réservé aux abonnés Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La taxe balayage, un impôt local rare mais pas anecdotique !

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X