En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

 

Réagir

RÉFORME TERRITORIALE

En Bourgogne Franche-Comté, Dijon et Besançon s’organisent en bi-sites

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Régions, Toute l'actu RH

0

Commentaire

Réagir

besançon_1 © Exalta

Un état des lieux mené en 2015 sur l’organisation des services des deux futurs mariées a permis à la Bourgogne Franche-Comté d’associer les organisations syndicales à un protocole de travail. La présidente de la nouvelle région, qui avait promis de ne pas imposer de mobilité forcée, doit encore faire valider son choix d’installer le siège à Besançon ce 24 juin.

Dès l’annonce du projet de fusion entre Bourgogne et Franche-Comté, en 2014, la ville de Besançon, capitale franc-comtoise, s’était inquiétée de sa possible perte d’influence au profit de Dijon, capitale bourguignonne plus centrale et au plus fort poids démographique. C’est cette crainte qui avait en partie motivé un projet de pôle métropolitain qui réunirait les deux villes (toutes deux pilotées par des maires PS reconduits en 2015) et qui ferait office de capitale.

Ce projet fédérateur n’a jamais été enterré officiellement mais il est moins plébiscité aujourd’hui, des tensions étant apparues entre les deux villes, notamment depuis la volte-face du gouvernement au sujet de la localisation du tribunal de commerce spécialisé, fin février.
La ministre de la Justice d’alors, Christiane Taubira, l’avait promis à Besançon, mais François Rebsamen, maire de Dijon, aurait finalement obtenu d’un courrier à l’Elysée son implantation à Dijon, déjà désignée comme chef-lieu provisoire et de toute façon accueillant la préfecture de la nouvelle région.

Prévue par la loi

De Besançon, Marie-Guite Dufay se savait attendue au tournant sur la question de la répartition des directions et des services. La présidente PS de Bourgogne Franche-Comté avait promis l’équilibre et a fait connaître son choix d’organisation le 30 mai dans un long communiqué de presse, sous le titre : « Organisation territoriale de la nouvelle région : le choix de l’équilibre et la priorité à l’action ».

Un choix qu’il lui reste à faire valider le 24 juin, en assemblée, et que devraient soutenir de nombreux conseillers franc-comtois, quelle que soit leur couleur politique… Cette répartition (chef-lieu et hôtel de région dans deux villes différentes) étant prévue par la loi, sauf à réunir l’avis favorable des 3/5e de l’assemblée régionale.

L’équilibre, selon l’exécutif régional, consiste à confirmer Dijon comme chef-lieu de Région et donc comme capitale régionale, qui accueillera les assemblées, tout en désignant ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Nouvel utilisateur ? Créez votre compte

Offre pour l’ensemble des agents de votre collectivité, demandez un devis

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

VOUS ÊTES ABONNÉ AU MAGAZINE LA GAZETTE DES COMMUNES

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Le numéro d'abonné se trouve sur l'emballage plastique du magazine. Il s'agit de la série des 8 ou 9 premiers caractères du code présent au-dessus de l'adresse postale. Il peut comporter un / ou une lettre.

Dans les exemples ci-contre, les numéros d'abonné sont :
1/1234567 ou A1234567

J'ai jeté l'emballage du magazine. Comment retrouver mon numéro ?

Demandez votre numéro d'abonné auprès du service abonnement : 01 40 13 50 65

VOUS ÊTES ABONNÉ A LA GAZETTE OU AU CLUB PREMIUM

Où trouver mon numéro d’abonné ?

Votre numéro d’abonné vous a été envoyé par e-mail.
Il est composé d’un chiffre puis d’un slash (/) suivi d’une série de 7 chiffres
(exemple : 1/2345678)

Vous ne retrouvez pas votre numéro d’abonné ?

Demandez le auprès du service abonnement :
0 820 320 901 (Numéro Indigo : 0.12€TTC/min)