Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

Logement social : « Le problème central est celui des discriminations discrètes »

Publié le 14/06/2016 • Par Delphine Gerbeau • dans : France

VaulxEnVelin_CCfral-torqui
Fral-torqui (Creative commons)
Le projet de loi Egalité et citoyenneté sera examiné à l'Assemblée nationale à compter du 27 juin prochain. Ses principales mesures visent à rééquilibrer le peuplement des quartiers via les politiques d’attribution, et une meilleure répartition de l’offre de logements sur le territoire intercommunal. Des principes qui posent question, alors que la question de l’emploi et du développement économique dans les quartiers prioritaires est totalement laissée de côté par le texte. Fabien Desage, maître de conférences en science politique à l’université de Lille, membre du CERAPS, et co-auteur avec C. Morel Journel et V. Sala Pala de « Le peuplement comme politiques » (Presse universitaire de Rennes, 2014), revient sur les principaux enjeux et lacunes du texte.

Pensez-vous que le fait de mener des politiques de peuplement est la solution aux problèmes sociaux des quartiers prioritaires, comme le sous-entend le projet de loi Egalité et citoyenneté ?

Cela n’a rien de nouveau, on le faisait déjà de manière plus ou moins licite et explicite dans les années 6O, et les premières lois « anti-ghettos » datent d’il y a 25 ans. Cette façon de penser les problèmes des quartiers comme un problème de peuplement, en insistant sur la « ségrégation », empêche toute autre vision, en termes d’inégalité d’accès à l’emploi ou à l’école notamment. Les discriminations dont sont victimes les populations de ces quartiers, bien documentées, sont largement absentes de la réflexion politique et des politiques publiques, alors qu’elles sont déterminantes dans l’expérience de ceux qui y vivent. Les réponses apportées aux problèmes de ces quartiers sont calquées sur la durée des mandats électoraux et la recherche de « visibilité » et de symboles.. Il est plus facile et ...

Article réservé aux abonnés gazette

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Logement social : « Le problème central est celui des discriminations discrètes »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement