En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

 

Réagir

Finances

Quel avenir pour la Direction générale des finances publiques dans nos départements ruraux ?

Publié le • Par • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles finances

0

Commentaire

Réagir
 

La direction générale des finances publiques (DGFiP) veille toujours à adapter de manière pragmatique ses implantations à l’évolution des contextes socioéconomiques locaux et aux besoins des usagers. En effet, la méthode qu’elle applique est fondée sur le dialogue social et sur l’appréciation des besoins au plus proche du terrain. C’est dans ce cadre que s’inscrit la démarche stratégique, qui a pour ambition de conduire une adaptation du réseau permettant de mieux répondre aux exigences d’accessibilité et d’expertise caractéristiques de nos missions.

Les opérations de réorganisation du réseau sont réalisées avec l’accord du Préfet et à l’issue d’une concertation approfondie au plan départemental avec les élus concernés, les personnels et les organisations syndicales. Elles peuvent aboutir à la fermeture des structures les moins adaptées. En pratique, cette démarche est déconcentrée au plan local, sous le contrôle de la direction générale, qui veille à la cohérence des restructurations sur l’ensemble du territoire. Chaque opération de fermeture est ensuite présentée au ministre pour validation. Cette méthode est conforme à la démarche encouragée par la conférence nationale des services publics en milieu rural, qui a abouti à la signature de la charte nationale sur l’offre de services publics et au public en milieu rural.

Cette charte reste le fondement de la politique d’implantation des services de la DGFiP. Enfin, les services complémentaires, permis par les progrès de la dématérialisation et des téléprocédures, offrent aux usagers la possibilité d’effectuer de nombreuses démarches en ligne sans avoir à se déplacer. Ainsi, la DGFiP s’attache à maintenir sur l’ensemble du territoire national un réseau suffisamment dense au profit des élus, des contribuables et des partenaires du secteur local tout en développant la qualité de ses missions à destination de chacun de ces publics.

Concernant les emplois, la DGFIP, comme les autres directions, participe à la réduction du volume des emplois publics. Cette évolution s’inscrit dans les orientations fixées par le Président de la République qui conduisent à renforcer en emplois les ministères jugés prioritaires comme l’éducation, la justice et la police. Dans le même temps et pour maintenir stables les effectifs de l’État dans un souci de redressement des comptes publics, il est nécessaire d’être rigoureux dans d’autres départements ministériels. La loi de finances (LFI) pour 2015 fixe ainsi une diminution du plafond d’emplois de la DGFiP de 1 934 équivalent temps plein (ETP), et 2 130 ETP en LFI 2016.

Cependant, plusieurs orientations ont été données afin d’alléger la pression portant sur les services déconcentrés et, en particulier, celle des services chargés de l’accueil des usagers, il s’agit notamment d’accentuer le volume de suppressions pesant sur les services centraux. De plus, un effort particulier a été demandé à « l’état major » des directions départementales et régionales ainsi qu’aux services qui ne reçoivent pas d’usager. Ces dispositions sont de nature à répondre aux préoccupations exprimées.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.