Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Données publiques

Passons de l’ouverture de la donnée à la gouvernance

Publié le 08/06/2016 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

management-pilotage-une
Phovoir
L’ouverture des données en France fêtera cette année ses cinq ans. Probablement l’âge de raison, mais pas encore celui de la majorité…
Bertrand Serp

Bertrand Serp

Président d'Opendata France

L’ouverture des données en France fêtera cette année ses cinq ans. Probablement l’âge de raison, mais pas encore celui de la majorité…

Nous l’avons déjà dit dans ces tribunes, l’open data s’est définitivement installée dans nos pratiques mais elle doit se généraliser de façon mieux organisée : plus de données, plus de réutilisation, plus de synergie entre les acteurs.

Il n’est plus possible d’envisager des projets open data dispersés, menés séparément par des acteurs publics, rejoints demain par la publication de données d’acteurs privés, plus ou moins ouvertes, avec des formats, des plateformes techniques et des animations différentes voire concurrentes.

Il sera nécessaire d’apporter de la cohérence aux gisements de données d’un territoire (leur normalisation par exemple), de soutenir collectivement l’appropriation des données par des dispositifs pédagogiques, de se mettre au service des réutilisateurs, que ce soit pour le développement des nouveaux services ou pour mieux rendre compte de l’action publique.

Les usagers au coeur de la démarche

Elinor Ostrom (prix Nobel d’économie 2009) avait bien analysé la gouvernance des biens communs : pas de modèle unique, des formes variées d’alliances originales entre acteurs publics et privés, spécifiques selon chaque contexte mais toujours collectives, ont permis d’organiser la protection et le partage des ressources naturelles (lire également le post d’Henri Verdier sur l’économie politique des communs).

C’est une telle démarche que nous devons inventer. Appelons-la comme on voudra, gouvernance ouverte des données, projet de territoire, régie publique des données ou d’autres termes anglo-saxons, le constat et les ambitions sont souvent les mêmes : remettre les usagers au cœur de la démarche et organiser collectivement la production et l’exploitation des données.

Cette approche ne peut pas être normalisée et plaquée quel que soit le lieu. Les cultures, les acteurs, les histoires, les moyens, les objectifs finaux sont différents selon chaque territoire. La capitale n’a pas les mêmes enjeux qu’une ville moyenne, toutes les collectivités n’ont pas la même maturité au regard de la participation citoyenne. Peu importe, j’espère que des projets très différents de renouvellement des politiques d’ouverture et de réutilisation des données verront le jour ici ou là et que de nouvelles dynamiques vont s’engager.

Plusieurs métropoles entament cette démarche sur des bases historiques et méthodologiques différentes : Lyon, Rennes, Toulouse… L’association Opendata France favorisera la capitalisation de telles initiatives afin de valoriser les meilleures pratiques. Cette étape de l’open data va être passionnante : il faudra encore innover, re-questionner nos pratiques, nos institutions, nos outils.

Au fond, a-t-on vraiment le choix ? La France, l’Europe, a perdu quelques batailles économiques, géopolitiques, technologiques. Sur le sujet de la souveraineté et de la préservation des services publics, nous devons nous battre et nous gagnerons ensemble.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Passons de l’ouverture de la donnée à la gouvernance

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X