Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[OPINION] FORMATION

Imaginons un nouveau système de formation pour les territoriaux !

Publié le 14/06/2016 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Speaker at Business convention and Presentation
kasto - Fotolia
La baisse de 0,10 % de la cotisation versée par les collectivités au CNFPT a été décrétée par la loi de finance 2016. Comme en 2011, la polémique s’est limitée aux questions financières, importantes certes, mais sans recul sur le fonctionnement d’un système territorial resté, par bien des aspects, à l’écart de dix années de réforme de la formation professionnelle.

Guy Morvan

Ancien directeur de la formation tout au long de la vie au CNFPT

La baisse de 0,10 % de la cotisation versée par les collectivités au CNFPT a été décrétée par la loi de finance 2016. Comme en 2011, la polémique s’est limitée aux questions financières, importantes certes, mais sans recul sur le fonctionnement d’un système territorial resté, par bien des aspects, à l’écart de dix années de réforme de la formation professionnelle. N’est-il pas temps que les acteurs de ce système repensent ensemble la problématique « formation-RH-emploi » dans la FPT, au-delà d’une posture défensive ?

Un diagnostic partagé

D’abord, il s’agirait de partir d’un bon diagnostic partagé. Il semble prématuré de dire, par exemple, que l’effort de formation de la territoriale serait moindre que ceux des autres fonctions publiques ou du secteur privé. Les modes de calcul diffèrent, les estimations du CNFPT n’intégrant ni les rémunérations des stagiaires en formation, ni les coûts des services « formation ». Une autre source (ministère du Travail, Dares) placerait plutôt la FPT en tête des fonctions publiques, en ne prenant en compte que la formation continue et ses coûts directs. Il faudrait donc approfondir ces données en se dotant d’indicateurs comparables.

Mais ne devrait-on pas, surtout, élargir la réflexion aux choix d’organisation et d’usage des moyens mutualisés de la formation dans la territoriale ? Quel est « le commun » nécessaire à la branche FPT ? Depuis la loi de 2007 propre à la territoriale, le système général de formation continue a, lui, fortement changé en 2009, puis en 2014. L’obligation de résultats s’est substituée à l’obligation de dépenses.

Ce système offre aux personnes plus de responsabilités pour construire leurs parcours professionnel et de formation : orientation et formation tout au long de la vie, compte personnel de formation, conseil en évolution professionnelle, droit à une formation initiale (la vraie) différée et renforcement de l’alternance.

Une sécurisation des parcours professionnels

En priorité, il manque à la fonction publique territoriale, depuis ses origines, un dispositif clé afin de rendre possible, pour tous, une sécurisation des parcours professionnels, quelle que soit la taille de la collectivité. La territoriale ne dispose pas, contrairement aux autres branches, d’un fonds mutualisé afin de financer des formations longues et l’accompagnement des agents dans le cadre de la validation des acquis de l’expérience et autres bilans de compétences.

Les acteurs de la FPT auraient tout intérêt, selon une éthique de responsabilité, à engager d’eux-mêmes une réflexion sur les évolutions de la formation et de l’emploi territorial. Par exemple : imaginer une approche différenciée de services et du taux de cotisation selon la taille des collectivités ; bâtir, en lien avec l’introduction du compte personnel de formation, un système de définition et de certification des titres professionnels et de validation des acquis de l’expérience, plus réactif et complémentaire aux concours et examens ; se rapprocher des universités et de leurs activités de formation continue en pleine expansion ou développer des services mutualisés du CNFPT et des centres de gestion d’appui aux agents comme aux politiques « RH-formation » des collectivités face aux réformes territoriales en cours.

L’innovation doit dépasser les institutions et s’intéresser au cœur du système.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Imaginons un nouveau système de formation pour les territoriaux !

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement