Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Associations d'élus

Présidentielle 2017 : François Baroin dans la mêlée, l’AMF embrigadée ?

Publié le 07/06/2016 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Ouverture Congres des maires
GAUTIER Stephane
Le sénateur-maire (LR) de Troyes, président de l'AMF, s’engage derrière Nicolas Sarkozy. Le lieutenant de Manuel Valls, Luc Carvounas s'en alarme. Selon lui, François Baroin va « utiliser les réseaux de l’Association des maires de France » au service de l’ex-Président.

 

Une si longue attente. François Baroin (LR) devait initialement annoncer son ralliement à Nicolas Sarkozy (LR) plus tôt. Mais à cause du report du congrès des maires au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, le président de l’AMF a mis plus longtemps que prévu son drapeau dans la poche.

C’est seulement ce 5 juin 2016, dans l’émission sur Europe 1 de son premier mentor, Jean-Pierre Elkabach, que l’ancien journaliste a fait savoir son soutien au chef de l’ex-UMP. Un appui de poids dans le cadre de la primaire des Républicains. « Je m’engagerai pour Nicolas Sarkozy, a indiqué François Baroin, trois jours après la clôture du congrès des maires 2016. Mon choix est fait depuis longtemps. »

C’est précisément là que le bât blesse, selon le lieutenant de Manuel Valls, Luc Carvounas : « Tout cela confirme ce que j’avais dit en 2014. François Baroin, depuis son arrivée à la tête de l’Association des maires de France, est un cheval de Troie de Nicolas Sarkozy. Il va, maintenant, utiliser les réseaux de l’AMF dans le cadre de la primaire. »

Un avocat nommé André Laignel

Des accusations que repousse d’un revers de main, le vice-président délégué (PS) de l’association André Laignel. « L’engagement de François Baroin, président de l’AMF, auprès d’un candidat à la primaire de la droite ne saurait, ainsi que nous en sommes convenus, engager l’institution, juge-t-il dans un communiqué publié le 6 juin 2016. Il en sera bien évidemment de même quand je serai amené à faire campagne pour le candidat des socialistes. »

Si le parallélisme des formes apparaît incontestable, le rôle joué par les deux leaders de l’AMF ne sera, à l’évidence, pas le même. En cas de victoire finale de Nicolas Sarkozy, l’ancien ministre de l’Economie François Baroin pourrait bien entrer à Matignon.

Cette alliance est, pour Luc Carvounas, l’occasion de régler des comptes. Dans une tribune publiée sur notre site le 6 septembre 2014, il s’élevait, en compagnie d’autres maires proches de Manuel Valls, contre le ticket UMP-PS à la tête de l’AMF. Un tandem François-Baroin André Laignel « faisant fi, selon lui, d’une crise politique majeure où le Front national a remporté plusieurs collectivités locales en mettant dos à dos les partis de gouvernement ».

Une campagne musclée

Et le sénateur-maire (PS) d’Alfortville de pointer, aujourd’hui, « un grand écart entre, d’un côté, la campagne très virulente de l’Association des maires de France contre la diminution des dotations aux collectivités et, de l’autre, le soutien de François Baroin à Nicolas Sarkozy qui prône 100 milliards de dépenses publiques et 300 000 fonctionnaires territoriaux en moins ».

Dans ces conditions, l’AMF pourra-t-elle dégager un consensus en son sein ? Sera-t-elle à même de porter, comme elle l’a annoncé lors de son congrès, une « charte pour l’’avenir des communes de France » auprès des postulants à la magistrature suprême ?

Pour le secrétaire général de l’association des maires de France, Philippe Laurent (UDI), l’enjeu premier se situe là. S’il écarte tout risque de conflit d’intérêts dans les mois à venir – « François Baroin sera prudent » – le numéro trois de l’AMF se montre un peu moins optimiste sur le pouvoir d’influence de l’association. Faire admettre au candidat LR à la présidentielle de maintenir le niveau actuel des dotations durant la prochaine mandature pourrait en effet relever de la gageure.

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Présidentielle 2017 : François Baroin dans la mêlée, l’AMF embrigadée ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement