En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Associations d'élus

Présidentielle 2017 : François Baroin dans la mêlée, l’AMF embrigadée ?

Publié le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

Ouverture Congres des maires © GAUTIER Stephane

Le sénateur-maire (LR) de Troyes, président de l'AMF, s’engage derrière Nicolas Sarkozy. Le lieutenant de Manuel Valls, Luc Carvounas s'en alarme. Selon lui, François Baroin va « utiliser les réseaux de l’Association des maires de France » au service de l’ex-Président.

 

 

Une si longue attente. François Baroin (LR) devait initialement annoncer son ralliement à Nicolas Sarkozy (LR) plus tôt. Mais à cause du report du congrès des maires au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, le président de l’AMF a mis plus longtemps que prévu son drapeau dans la poche.

C’est seulement ce 5 juin 2016, dans l’émission sur Europe 1 de son premier mentor, Jean-Pierre Elkabach, que l’ancien journaliste a fait savoir son soutien au chef de l’ex-UMP. Un appui de poids dans le cadre de la primaire des Républicains. « Je m’engagerai pour Nicolas Sarkozy, a indiqué François Baroin, trois jours après la clôture du congrès des maires 2016. Mon choix est fait depuis longtemps. »

C’est précisément là que le bât blesse, selon le lieutenant de Manuel Valls, Luc Carvounas : « Tout cela confirme ce que j’avais dit en 2014. François Baroin, depuis son arrivée à la tête de l’Association des maires de France, est un cheval de Troie de Nicolas Sarkozy. Il va, maintenant, utiliser les réseaux de l’AMF dans le cadre de la primaire. »

Un avocat nommé André Laignel

Des accusations que repousse d’un revers de main, le vice-président délégué (PS) de l’association André Laignel. « L’engagement de François Baroin, président de l’AMF, auprès d’un candidat à la primaire de la droite ne saurait, ainsi que nous en sommes convenus, engager l’institution, juge-t-il dans un communiqué publié le 6 juin 2016. Il en sera bien évidemment de même quand je serai amené à faire campagne pour le candidat des socialistes. »

Si le parallélisme des formes apparaît incontestable, le rôle joué par les deux leaders de l’AMF ne sera, à l’évidence, pas le même. En cas de victoire finale de Nicolas Sarkozy, l’ancien ministre de l’Economie François Baroin pourrait bien entrer à Matignon.

Cette alliance est, pour Luc Carvounas, l’occasion de régler des comptes. Dans une tribune publiée sur notre site le 6 septembre 2014, il s’élevait, en compagnie d’autres maires proches de Manuel Valls, contre le ticket UMP-PS à la tête de l’AMF. Un tandem François-Baroin André Laignel « faisant fi, selon lui, d’une crise politique majeure où le Front national a remporté plusieurs collectivités locales en mettant dos à dos les partis de gouvernement ».

Une campagne musclée

Et le sénateur-maire (PS) d’Alfortville de pointer, aujourd’hui, « un grand écart entre, d’un côté, la campagne très virulente de l’Association des maires de France contre la diminution des dotations aux collectivités et, de l’autre, le soutien de François Baroin à Nicolas Sarkozy qui prône 100 milliards de dépenses publiques et 300 000 fonctionnaires territoriaux en moins ».

Dans ces conditions, l’AMF pourra-t-elle dégager un consensus en son sein ? Sera-t-elle à même de porter, comme elle l’a annoncé lors de son congrès, une « charte pour l’’avenir des communes de France » auprès des postulants à la magistrature suprême ?

Pour le secrétaire général de l’association des maires de France, Philippe Laurent (UDI), l’enjeu premier se situe là. S’il écarte tout risque de conflit d’intérêts dans les mois à venir – « François Baroin sera prudent » – le numéro trois de l’AMF se montre un peu moins optimiste sur le pouvoir d’influence de l’association. Faire admettre au candidat LR à la présidentielle de maintenir le niveau actuel des dotations durant la prochaine mandature pourrait en effet relever de la gageure.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Election présidentielle 2017ElectionsFinances locales

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.