En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

 

Réagir

Evenement

« Il faut redéfinir le rôle du maire en matière de prévention de la délinquance »

Publié le • Par • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France

0

Commentaire

Réagir

Bernard Reynes © MEDIACAM13 / PHILIPPE MARC PHOTOGRAPHIE ARLES

Clarifier la gouvernance de sécurité et conforter le rôle pilote du maire dans le champ de la tranquillité publique. C'est le message que Bernard Reynès, député-maire (LR) de Chateaurenard (Bouches-du-Rhône) et président de l'Association nationale des villes dotées d'une cellule de citoyenneté et de tranquillité publique, veut porter le 27 juin prochain à l'occasion des Assises nationales de prévention de la délinquance qui auront lieu dans sa propre ville.

 

Vous organisez le 27 juin prochain à Chateaurenard (Bouches-du-Rhône), ville dont vous êtes le député-maire, les premières Assises nationales de la prévention de la délinquance. Quelle est votre intention ?

L’ambition de cet événement est d’interroger la loi du 5 mars 2007 qui a consacré le rôle pilote du maire en matière de prévention de la délinquance. Les maires sont pragmatiques et constatent que cette loi, dont le bilan est de l’avis de tous mitigé, a aujourd’hui besoin d’être toilettée.
Nous allons donc réunir des experts, des professionnels et, bien sûr, des élus locaux, de droite comme de gauche [téléchargez le programme], pour témoigner de l’évolution de leur rôle et de leurs préoccupations.

Faut-il, selon vous, donner plus de pouvoirs aux maires ?

Les maires le savent bien : dans une ville, ce n’est pas la grande délinquance qui créé l’anxiété des habitants mais plutôt l’accumulation des problèmes de tranquillité. C’est là que le sentiment d’insécurité prend racine.
Or, le maire ne dispose pas de toutes les compétences ni de tous les outils pour garantir la tranquillité publique. Les Assises nationales du 27 juin prochain permettront d’y voir plus clair sur les besoins. Chaque maire pourra y exprimer ses attentes et formuler ses propositions. J’ai pour ma part la conviction qu’il faut aujourd’hui redéfinir le champ de compétences des maires en matière de prévention de la délinquance.

Pensez-vous faire des propositions ?

Absolument. J’entends d’ailleurs traduire mes propositions dans une proposition de loi que je déposerai à l’automne au Parlement. Je crois nécessaire de clarifier qui fait quoi et de repenser les prérogatives des maires et par conséquent, celles des polices municipales. De même, il faut réfléchir aux pouvoirs judiciaires des élus locaux. Ne faut-il pas intégrer dans le champ contraventionnel certaines infractions, aujourd’hui qualifiées de délits, afin que les maires puissent les traiter ? Dans ce contexte, je plaide en faveur de la création d’un véritable code de la tranquillité publique, qui serait l’outil juridique de référence pour tous les maires.
A mes yeux, ces Assises doivent permettre de recenser toutes les propositions des élus. C’est pourquoi je les appelle à nous rejoindre le 27 juin prochain à Chateaurenard.

Haut de page

Cet article est en relation avec

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.