Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Emploi des jeunes

Les missions locales aux abois

Publié le 06/06/2016 • Par Michèle Foin • dans : A la une, France

Formation panneau
Phovoir
Alors que l’Etat multiplie les annonces pour la jeunesse et que la garantie-jeunes devrait être généralisée en 2017, les missions locales, acteurs majeurs de l’insertion des jeunes, lancent un manifeste pour alerter sur leur situation financière fragile.

Cette année, le gouvernement va consacrer un milliard d’euros pour financer le plan « 500 000 formations » des demandeurs d’emploi. Début avril, c’était à nouveau 500 000 euros que le Premier ministre mettait sur la table pour les jeunes, afin de calmer leur colère contre la loi « travail ».

Pendant ce temps, les missions locales, qui suivent 1,4 million de jeunes sans emploi et assurent une prescription sur trois de formation des demandeurs d’emploi, tirent la langue et licencient.

Une situation paradoxale que vient de dénoncer l’UNML dans un manifeste adressé au gouvernement, demandant de sécuriser les ressources « du premier service public national d’insertion des jeunes ».

« Beaucoup de missions locales sont dans une situation financière tendue, alors que la garantie-jeunes monte en puissance. En deux ans, le réseau des missions locales a perdu 60 millions d’euros si l’on met bout à bout la baisse des subventions de l’Etat, des régions, des départements et des collectivités locales », s’inquiète Jean-Patrick Gille, président de l’UNML.

Pour lui, « le gouvernement n’a pas vu » ces baisses de recettes. Certes, la dotation globale de l’Etat a augmenté de 1 %, mais les financements liés aux programmes portés par les missions locales ont subi des baisses.

Ainsi, l’accompagnement des emplois d’avenir est passé de 45 millions d’euros de subventions en 2014 à 25 millions en 2016.

Equilibre de façade

« L’Etat vient de nous imposer une diminution de budget de 83 000 euros, cette année ...

Article réservé aux abonnés gazette

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Les missions locales aux abois

Votre e-mail ne sera pas publié

Nanamisa

08/06/2016 10h39

Mission locale, insertion des jeunes ? Laissez moi rire ! Ils n’aident que les jeunes en décrochage scolaire ! Après validation de mon BAC + 5 en Droit des collectivités locales (6 ans à faire des jobs étudiants à côté de mes études, je n’ai jamais eu un seul été de libre pendant toute ma vie universitaire ! et je n’ai jamais rien demandé à personne), je me suis retrouvée au chômage (on passe sur les collectivités qui veulent un diplôme + 10 ans d’expérience à 25 ans) pendant 4 mois. Sans aucun versement de début septembre à fin novembre, malgré des frais à payer. Je suis allée demander de l’aide à la Mission locale de ma commune pour m’aider à financer un mois de pass’Navigo pour me présenter aux entretiens et déposer des CV. La réponse : Vous êtes diplômée, vous allez pas vous plaindre ! Y en a qui ont rien et qui galèrent pour trouver quelque chose, ce sont ces gens là qu’on aide, pas les diplômés qui toucheront 45K par an.
On me punit pour avoir été bonne élève, avoir poursuivi des études, pour ma volonté de réussir dans la vie ? Elle est belle la Mission Locale qui aide les jeunes !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement