En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

3

Commentaires

Réagir

Congrès des maires 2016

[Vidéo] L’intercommunalité doit-elle remplacer la commune ?

Publié le • Par • dans : Dossiers d'actualité, France

3

Commentaires

Réagir

video-interco-congres-2016 © La Gazette

9 maires croisés dans les allées du 99è Congrès des maires de France répondent à la question, provocante, de la Gazette des communes : l'intercommunalité doit-elle remplacer la commune ?

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Congrès des maires 2016, l'année des bonnes nouvelles ?

 

A question provocante, comme la désigne l’un de nos témoins, réponse argumentée. Les neuf maires que nous avons croisés dans les allées du 99è Congrès des maires de France, dont Mamadou Drame, président de l’association nationale des communes de Guinée, défendent la place, aujourd’hui et demain, de la commune, malgré la généralisation du fait intercommunal. En substance, ils expliquent que les deux instances remplissent des rôles complémentaires.

La Gazette a interrogé :

  • François Ouvrard, maire de Grandchamp-des-Fontaines (5400 hab., Loire-Atlantique)
  • Michel Ferret, adjoint au maire de Revel, (9300 hab., Haute-Garonne)
  • Daniel Chavand, maire de Villars-Bonnot (7200 hab., Isère)
  • Rodolphe Amailland, maire de Vertou (22800 hab., Loire-Atlantique)
  • Noël Faucher, maire de Noirmoutier-en-l’Ile (4500 hab., Vendée)
  • Mamadou Drame, président de l’association nationale des communes de Guinée
  • Jean-Louis Rodier, maire de Saint-Martin-de Londres (2600 hab., Hérault)
  • Hubert Oudin, maire de Semide (200 hab., Ardennes)
  • Bernard Tanguy, président de la CC Pays de Lesneven et Côte des légendes (27000 hab., Finistère)


L’intercommunalité doit-elle remplacer la… par lagazettefr

Haut de page

3

Commentaires

Réagir
Publicité

En partenariat avec :

Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DécentralisationIntercommunalitéRéforme territoriale

3 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Henri Tanson 02/06/2016, 17h47

    @pov citoyen
    Oui pour les missions de proximité et de relation avec la population ?
    Mais qu'entendez-vous par non pour les services ? Et pour les finances ?
    Et pourquoi laissez-vous entendre que ce qui serait géré par les communes manquerait de bon sens, de cohérence et de bonne gestion ?
    En quoi une interco serait forcément vertueuse dans sa gestion ? Alors qu'elle n'est plus sous le contrôle des citoyens et que personne ne semble devoir y rendre des comptes...?
    Pas d'accord, donc...

  2. 2. Henri Tanson 01/06/2016, 21h36

    Quel est le but de cette inter-communalisation des territoires ?
    On nous l'a vantée comme étant source d'économies ou de meilleures performances, mais c'est loin d'être prouvé. Surtout si l'on compare aux anciens syndicats intercommunaux qui pouvaient être plus simples et plus performants.
    Cette loi NOTRe qui a déterminé toutes ces réformes territoriales correspond-elle à une demande des Français ou bien à des des injonctions du Conseil européen, obéissant aux Recommandations de la Commission européenne ?
    A-t-elle été élaborée avec des partenaires, discutée, amendée, approuvée, en toute connaissance de cause ?
    Comment se fait-il qu'une grande majorité de communes, qu'une grande majorité de Français soient contre ?
    Et surtout, qu'avons-nous réellement à y gagner ?
    Nous y perdons un échelon essentiel de la démocratie qui permettait une proximité entre les Français et leurs représentants...
    Il est amusant de mettre en parallèle cette loi NOTRe et les lois Macron et El Khomri : elles émanent chacune, de la volonté d'un pouvoir extérieur à la France, et ont toutes les peines du monde à être acceptées par les Français... Nous semblons à peu près tous convaincus qu'elles ne sont pas établies dans notre intérêt, et pourtant, nous devons nous y soumettre...
    Elles nous sont ainsi imposées en force, de façon anti-démocratique.
    C'est préoccupant, non ?
    Beaucoup de Français , comme les Anglais, semblent avoir compris ce que leur coûte leur soumission à ces règles européennes. Eux, ont la possibilité de le dire par référendum... Le Brexit.
    Et pourquoi pas un Franxit pour nous ?
    Je dis ça...

  3. 3. pov citoyen 01/06/2016, 17h52

    La réponse est évidemment oui, sauf pour des missions de proximité et de relation avec la population.
    Concernant les services et les finances, cela doit relever des interco, à moyens constants.
    C'est un principe de bon sens, de cohérence et de bonne gestion.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.