En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

International

Une demande d’action des collectivités à l’international

Publié le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

international © © Anton Balazh 2013

Une table ronde "Communes et intercommunalités : des actrices sur la scène internationale" a été organisée mercredi 1er juin dans le cadre du Congrès des maires. Un enjeu important qui n'a pourtant pas attiré beaucoup d'élus.

 

« Les collectivités territoriales peuvent faire pratiquement ce qu’elles veulent, quand elles veulent, où elles veulent. » Bertrand Fort, délégué à l’action extérieure des collectivités locales au ministère des affaires étrangères et du développement international, ne mâche pas ses mots quant aux possibilités d’action des collectivités sur la scène internationale.

Tout juste nuance-t-il, en expliquant qu’il faut « tout de même rester dans les limites de la politique étrangère de la France. Il n’est par exemple pas possible de travailler avec une collectivité située en Crimée. »

Car les domaines sur lesquels peuvent intervenir les collectivités locales françaises à l’international sont nombreux. Changement climatique, migrations, économie, attrait de la francophonie. Et les intérêts ne se limitent pas à ces enjeux. Cela peut aussi être des échanges culturels, sportifs… Des interventions qui se déroulent la plupart du temps sous forme de coopérations décentralisées, et notamment par le biais du jumelage.

Un enjeu de premier plan…

Ce thème de l’action internationale prend de l’importance. C’est même devenu, lors des dernières élections, un thème de campagne. Mickaël Vallet, maire de Marennes, président de la communauté de communes de Marennes et Pays Marennes Oléron, maire référent affaires internationales et coopération décentralisée à l’AMF, l’a constaté dans sa région. « Lors des élections régionales en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, un parti a d’emblée amené sur le tapis le sujet de l’intervention de la région à l’étranger, en expliquant que s’ils étaient élus, ils couperaient tout financement sur le territoire africain. »

Autre ambition pour les collectivités présentes à l’international : se faire connaitre. S’imposer comme une marque. « Les grandes collectivités font du marketing en étant présentes partout dans le monde, » estime Bertrand Fort. « Elles veulent notamment attirer de l’investissement et du tourisme. »

…mais pas prioritaire pour les élus

Et pourtant. Abordé dans le cadre du congrès des maires par une table ronde intitulée « Communes et intercommunalités : des actrices sur la scène internationale », ce thème n’a pas eu un grand succès. Seuls quelques élus déjà convaincus étaient présents. Car par les temps qui courent, l’action internationale n’est pas forcément une priorité pour les élus…

Une des barrières que rencontrent les élus sur le sujet vient de la difficulté de convaincre leurs administrés du bien-fondé de ces actions. Pourtant, selon Jean-Louis Testud, adjoint au maire à Suresnes (92), il est possible de faire adhérer ses administrés aux différents projets. « Dans ma commune, nous sommes fortement impliqué à Haïti depuis le séisme de 2010. Nous avons une coopération forte. Chaque année, nous organisons une exposition pour rendre compte aux habitants de ce que nous avons réalisé. Nous montrons les écoles que nous avons contribué à construire… Et quand ils sont bien informés, les gens adhèrent. Ils demandent même que l’on en fasse davantage. »

Une demande de savoir-faire français

Celui-ci estime d’ailleurs que les collectivités peuvent faire du meilleur travail que les organisations internationales dans l’objectif d’aider les territoires en difficulté. « Lorsque nous recevons des financements, nous sommes certainement plus efficaces que les ONG. »

Et cela se ressent. Philippe Orliange, directeur exécutif de l’Agence Française de Développement en charge des partenariats et de la stratégie, le confirme. « Il y a une demande de France. Les villes sont partout  reconnues pour les valeurs qu’elles portent et les savoir-faire qu’elles exportent. »

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Collectivités territorialesIntercommunalité

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.