En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

 

Réagir

[EDITORIAL] Rapport « Laurent »

Temps de travail… et maintenant ?

Publié le • Par • dans : France, Toute l'actu RH

0

Commentaire

Réagir

Calendrier © Fotolia

Philippe Laurent, président du CSFPT et maire (UDI) de Sceaux, a remis le 26 mai à Annick Girardin, ministre de la Fonction publique, trente-quatre recommandations formulées dans un épais rapport sur le temps de travail dans la fonction publique.

 

Longtemps attendu, maintes fois reporté, le rapport sur le temps de travail a finalement été rendu public le 26 mai, dans la confusion médiatique. Une confusion à l’image d’un contexte social déjà très tendu avec la loi « travail ». C’est seule, donc, qu’Annick Girardin, ministre de la Fonction publique, est venue défendre ce rapport, en présence de son principal auteur Philippe Laurent, président du Conseil sup’, mais en l’absence du Premier ministre, un temps annoncé mais mobilisé sur d’autres fronts.

Un contenu explosif ?

Auditer le temps de travail des fonctionnaires en période de disette budgétaire, on peut comprendre… Vouloir plus de transparence et d’équité entre les fonctions publiques, on applaudit des deux mains… Mais opposer les régimes de travail public et privé comme le font les commentateurs de tout poil, on déplore. Premier enseignement de cet état des lieux « inédit », les cinq millions d’agents publics travaillent 1 584 heures par an, soit 1,4 % de moins que la durée légale de 1 607 heures. Une situation de prime abord anormale, mais qui repose, comme l’a souligné la ministre, sur des organisations propres aux missions de service public. Ainsi, 36 % des fonctionnaires travaillent le dimanche, 17,5 % la nuit et 40 % régulièrement le week-end. Pour cela, ils bénéficient de compensations légales et justifiées.

Dialogue ouvert

Faut-il pour autant ne rien changer dans l’application des 35 heures dans la fonction publique ? Laisser filer les dysfonctionnements ? Ce n’est certes pas la volonté affichée par Annick Girardin, pour qui les fonctionnaires et les employeurs publics ont une obligation d’exemplarité. Philippe Laurent, dans un souci d’objectivité et de pondération, a présenté 34 propositions dont la moitié sont, selon lui, applicables rapidement. D’autres nécessiteront un dialogue social plus délicat et plus long. La base de travail est là, le processus est enclenché et les partenaires doivent se revoir très bientôt. On adhère !

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.