En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

 

Réagir

Fonction publique territoriale

Poissy : un premier fonctionnaire choisit le départ… le seul ?

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Régions, Toute l'actu RH

0

Commentaire

Réagir

Jay Reed © Jay Reed by Flickr CC

Au début du mois d'avril, Karl Olive, le maire (LR) de Poissy, utilisait les réseaux sociaux pour annoncer avec fracas sa stratégie pour réduire le nombre de fonctionnaires territoriaux travaillant dans sa commune. Activant un décret datant de 2009, l'édile escomptait, avec ce plan de départs volontaires, dégraisser de 20 % sa masse salariale. Pour quels résultats ?

 

Tout ça pour ça ! C’est un peu le sentiment que l’on a lorsque l’on lit cet article du Parisien dédié à Jean-Christophe Perrin, le premier agent communal de Poissy à avoir fait le choix du départ volontaire en contrepartie d’une indemnité, comme le permet le décret du 18 décembre 2009.

L’homme quittera donc la fonction publique territoriale en juin prochain, après 15 années de bons et loyaux services pour monter sa propre entreprise d’entretien d’espaces verts.

Jean-Christophe Perrin empochera un chèque de 22 000 euros, nous apprend Le Parisien. D’ailleurs selon le journal, une dizaine d’autres dossiers comme celui de Jean-Christophe seraient en ce moment même à l’étude à la mairie de Poissy.

Encore loin du compte…

10 dossiers au maximum donc… et ce alors qu’il y a deux mois à peine, le maire de Poissy communiquait tous azimuts sur sa volonté de dégraisser ses services d’au moins 200 fonctionnaires sur le millier actuellement au service de cette commune de 38 000 habitants.

Et certains de se réjouir : quelqu’un avait enfin trouvé la solution pour se débarrasser des fonctionnaires sans grève ; il suffisait d’un peu d’astuce…

Sauf que toutes les villes ou collectivités ayant tenté l’expérience par le passé (Conseil départemental de l’Essonne, Lyon ou encore Villeurbanne) avaient déjà constaté le faible engouement que provoque cette mesure chez les agents potentiellement concernés.

Le départ volontaire des fonctionnaires… un miroir aux alouettes.

Et la raison qui explique cette défiance est sans doute le fait que les agents territoriaux – contrairement aux salariés du privé avec la rupture conventionnelle - doivent eux démissionner de leurs fonctions pour empocher leur chèque. Une démission qui leur ferme a priori la porte de Pôle Emploi et de l’indemnisation chômage.

Bref, seuls les fonctionnaires ayant un projet de reconversion très bien ficelé s’engagent sur cette voie, et ce d’autant que le marché du travail actuel est loin d’être encourageant.

L’enveloppe votée par le conseil municipal de Poissy pour couvrir les frais liés aux futures indemnités de départ s’élevait pour 2016 à 70 000 euros. Vu l’engouement suscité, il y a fort à parier que cette somme devrait finalement largement suffire !

 

Salaires des fonctionnaires : comparez, simulez, partagez !

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Finances localesFonction publique territoriale

Régions Île-de-France

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.