Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Culture

Projet de loi « création » : les principaux « points durs » de la CMP

Publié le 30/05/2016 • Par Hélène Girard • dans : France

Hémicycle du Sénat
Sénat
Les sénateurs ont adopté le 25 mai 2016 le projet de loi « liberté de création, architecture et patrimoine » en deuxième lecture. La version du Sénat et celle de l’Assemblée nationale se sont rapprochées. Cependant, les divergences restantes s’annoncent comme des « points durs ».

Le sénateur (LR) des Alpes-Maritimes, Jean-Pierre Leleux co-rapporteur du projet de loi avec sa collègue (UDI) de la Marne, Françoise Férat, avait vu juste : l’archéologie sera bel et bien un « point dur » de la commission mixte paritaire (CMP) à venir sur le projet de loi « liberté de création, architecture et patrimoine ». Et cela ne sera pas le seul.

A l’issue de la deuxième lecture – la version de l’Assemblée nationale adoptée le 22 mars 2016, et celle du Sénat adoptée le 25 mai -, les deux chambres butent toujours sur quelques divergences de fond, malgré un effort de rapprochement. Passage en revue des principales modifications des sénateurs en deuxième lecture.

Archéologie : le plus dur reste à faire

Contre toute attente (au vu des grandes divergences de vues entre députés et sénateurs lors des semaines précédentes), le texte sorti du Sénat en deuxième lecture marque un apaisement. Les archéologues territoriaux parlent d’ailleurs d’un « compromis équilibré » et d’un « texte acceptable ».

Exit (à nouveau) la maîtrise d’ouvrage scientifique

Les sénateurs ont rétabli quasiment à l’identique la rédaction adoptée en première lecture : ils ont supprimé l’alinéa confiant à l’Etat la maîtrise d’ouvrage scientifique des opérations archéologiques. Ils en ont en revanche précisé le rôle en matière de contrôle scientifique. De même, ils ont spécifié sa mission de régulation économique et financière. Ce, notamment, afin de vérifier la capacité financière des opérateurs privés lors de l’octroi de l’agrément.

Crédit impôt-recherche

Ils ont confirmé l’exclusion des activités archéologiques du crédit impôt-recherche, comme l’avaient fait les députés : ils ont estimé que les fouilles archéologies ne relèvent pas de la recherche proprement dite.

Habilitation des services territoriaux

Les sénateurs ont aussi précisé le contenu du projet de convention avec l’Etat, adjoint au dossier relatif à la capacité scientifique et technique du service que les services des collectivités devront ...

Article réservé aux abonnés gazette

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Projet de loi « création » : les principaux « points durs » de la CMP

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement