Urbanisme

Mort de Jean-Claude Decaux, sa longue histoire avec les collectivités…

Par
Abribus JCDecaux Paris

JCDecaux

Le fondateur de l'empire JCDecaux s'est éteint vendredi à l'âge de 78 ans. L'homme, volontiers qualifié de « visionnaire » par certains, aura au cours de sa vie profondément modifié le mobilier urbain et la publicité en France. Un modèle aujourd'hui contesté par certaines villes et collectivités. Retour sur une success story à la française...et ses limites.

Les sanisettes, les abribus, les panneaux publicitaires animés, les Velib’ : l’empreinte laissée par Jean-Claude Decaux sur le paysage moderne est aujourd’hui indélébile. Trop pour certains.

Autodidacte, fils de modestes commerçants, Jean-Claude Decaux est en effet parvenu à créer, au fil des ans, un véritable empire financier quasiment incontournable dans les domaines de l’affichage et du mobilier urbain.

Des idées en scooter puis en voiture…

Et la légende veut que le patriarche ait eu ses plus brillantes idées… en roulant !

C’est comme cela, qu’à 15 ans à peine, le garçon juché sur un scooter aurait décidé de créer sa propre société de placards publicitaire après avoir sillonné tout Paris à la recherche d’espaces libres pour coller des affiches de pub destinées à faire connaître le magasin de chaussures de ses parents.

Idem quelques années plus tard, c’est au volant d’une voiture que l’industriel aurait imaginé les abribus publicitaires après avoir remarqué que les gens attendaient les transports agglutinés sous la pluie… Nous sommes en 1964. Lyon sera alors la première ville à être séduite par ce concept, permettant de faire financer ce nouveau mobilier urbain par l’entreprise JCDecaux qui se paye, elle, grâce aux revenus générés par les annonceurs.

Le business model JCDecaux est né !

Une entreprise, qui soucieuse de garder sa place de leader sur ce marché de la publicité d’extérieur, n’a de  cesse d’innover… Elle travaille ainsi ces dernières années sur des concepts nouveaux, comme celui de la « villes intelligente » afin de s’adapter aux nouvelles demandes émergeant des collectivités.

Vélib’ : coup de maître ou coup de trop ?

Mais outre l’invention des abribus et des sanisettes -installées pour la première fois à Paris dans les années 80- Jean-Claude Decaux est aussi le « papa » des vélos en libre-service.

Un concept qui a essaimé un peu partout en France et en Europe… avec comme slogan le « Zéro euro à verser pour les collectivités ».

A Paris par exemple, ville-phare avec son célèbre Velib’, JCDecaux, fidèle à son business model originel, a donc pris en charge l’installation et la gestion du système de vélos en libre-service (en 2007) contre l’abandon par la municipalité des 60 millions d’euros annuels générés par les 1628 panneaux publicitaires… jusqu’en 2017.

Mais les actes de vandalisme constatés contre les Velib’ (obligeant l’entreprise à réparer entre un et deux tiers du parc de vélos chaque année pour un montant de 5 millions d’euros ) ont rapidement poussé  le groupe JCDecaux – inquiet pour ses marges- à faire signer plusieurs avenants à la mairie de Paris.

Désormais, cette dernière, en plus de reverser une partie des recettes produites par la location des vélos au groupe JCDecaux, participe également aux frais de réparation des bicyclettes endommagées, et ce à partir du millième vélo. En 2013, ce surcoût, non-prévu dans le contrat initial, a été évalué à 1,6 million d’euros !

Un modèle de plus en plus contesté

Des pratiques qui en agacent certaines municipalités, qui lassées par cette course aux profits et cette privatisation de l’espace public, ont donc décidé de s’attaquer à la publicité et à la place prise par celle-ci dans la ville. C’est notamment le cas de Grenoble mais surtout de Villeurbanne, pionnière en la matière.

Mais ce mouvement de « révolte » des collectivités, n’a pour le moment pas vraiment de quoi inquiéter le groupe. L’année passée, l’entreprise JCDecaux, entre les mains des trois fils du fondateur depuis 2013, a dégagé un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros. Présente dans près de 70 pays, elle emploie aujourd’hui plus de 12 300 personnes dans le monde.

Le modèle inventé il y a plus de 50 ans par le patriarche Decaux a encore de beaux jours devant lui.

 

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Conversion des « Intercités » en TER : la pompe s’amorce du côté des régions

    Après la Normandie en avril, Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté il y a dix jours, c'est au tour de Nouvelle Aquitaine d'accepter de prendre sous son aile des lignes de « Trains d'équilibre du territoire » (TET) pour en faire des TER. La feuille de route de ...

  • L’Essonne met le tri sur la place publique

    Le syndicat intercommunal pour le recyclage et l'énergie par les déchets et les ordures ménagères (Siredom), qui regroupe 140 communes d'Essonne (818000 hab.), déploie des plateformes de proximité, à l’esthétique et aux services soignés, qui collectent les ...

  • Dix conseils pour… donner un coup de jeune à la collecte

    Conversion à la tarification incitative ou au tri à la source des biodéchets, fin de contrat de délégation ou nécessité d’harmoniser un service impacté par la réforme territoriale, les occasions ne manquent pas pour revoir son dispositif de ramassage de ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP