En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

3

Commentaires

Réagir

Finances locales

Baisse des dotations : le geste de François Hollande se précise

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, France

3

Commentaires

Réagir

HOLLANDE BAROIN CONGRES-H © GAUTIER Stephane

Un vrai secret de Polichinelle pour un enjeu à 3,67 milliards d'euros. Alors que le chef de l'Etat clôturera le congrès des maires, jeudi 2 juin, tout le monde s'attend à ce qu'il annonce un geste financier en faveur du bloc communal mais personne n'ose se prononcer sur sa teneur exacte. Plusieurs hypothèses plus ou moins crédibles se dessinent.

 

L’embargo tiendra-t-il jusqu’à jeudi après-midi ou François Hollande décidera-t-il de s’exprimer dans la presse quotidienne régionale d’ici là ? Une chose est certaine : la prise de parole du président de la République devant les maires de France est extrêmement attendue. Tous espèrent qu’il ne viendra pas les mains vides et qu’il annoncera, sous une forme ou sous une autre, un relâchement de la pression financière sur les budgets communaux.

Alors que les collectivités locales ont déjà été contraintes d’absorber une baisse de leurs dotations de 1,5 milliard d’euros en 2014 puis de 3,67 milliards en 2015 et 2016, plusieurs hypothèses sont sur la table en ce qui concerne la dernière tranche de 3,67 milliards programmée pour 2017.
Voici plusieurs hypothèses de la plus probable à la moins probable :

Outre le lobby mené depuis de longs mois par l’ensemble des associations d’élus locaux, le sujet oppose également au sein du gouvernement les ministres en charge des Collectivités – Jean-Michel Baylet et Estelle Grelier – plutôt favorables à un coup de pouce aux collectivités et les ministres de Bercy au premier rang desquels Christian Eckert, le secrétaire d’Etat au Budget, qui défend la rigueur alors que l’hémorragie de l’investissement local devrait s’estomper dès cette année et que le nombre de communes en difficulté financière n’est pas aussi dramatique que l’AMF ne veut bien laisser entendre.

Cet arbitrage délicat appartient donc à François Hollande ne devrait pas manquer de sens politique à douze mois de l’élection présidentielle.

Haut de page

3

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés DotationFinances locales

3 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. Henri Tanson 31/05/2016, 09h32

    Hollande...
    Ce n'est pas lui qui décide...
    Toutes les décisions économiques de quelque importance dans notre pays sont soumises à l'approbation de la Commission européenne...
    C'est écrit dans les traités, et notamment à l'article 121 du TFUE, mais pas que... C'est pourquoi ces réformes dont personne ne veut, que personne ne comprend, nous sont imposées avec tant de force et si peu de négociations...
    Hollande n'est que l'intermédiaire d'un pouvoir situé en dehors de nos frontières...
    Nous sommes sous domination étrangère et nous le supportons...
    C'est amusant, quand même, de voir se réjouir certains qui, après avoir été préparés au pire, voient la situation devenir légèrement moins pire que prévue...
    Juste moins pire...
    Ça ne veut pas dire tolérable.
    Je dis ça...

  2. 2. Pierre Cheminade (journaliste)
    31/05/2016, 08h51

    Bonjour,

    Oui c'est jeudi 2 juin 2016 !

    Merci pour votre vigilance

    La rédaction

  3. 3. samsam 31/05/2016, 07h41

    dans l'aticle il es dit 2 Mai en fait c'est le 2 juin non?

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.