En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

 

Réagir

Patrimoine

Reims : opération de mécénat en nature et en compétences à grande échelle

Publié le • Par • dans : Actualité Club finances, Régions

0

Commentaire

Réagir

Reims_fontaine Sube © PHOVOIR

Trente-cinq entreprises restaurent la fontaine Subé, dans le centre de Reims, à titre gracieux. Elles participent à hauteur de plus de 400 000 euros.

 

Chiffres-clés

  • 650 000 € de travaux
  • 130 000 € collectés en mécénat financier
  • 423 000 € en nature et en compétences

[Reims, 182 600 hab., Marne]. « Ce n’est pas la première fois que nous faisons du mécénat de compétences ou en nature, mais le réaliser à cette échelle est une première. Sur un budget total de 650 000 euros, à la mi-janvier, ces deux types de mécénat représentaient plus de 423 000 euros », souligne Laura Exposito del Rio, responsable de la mission « mécénat et financements extérieurs » à la direction des finances de la ville de Reims.

La remise en eau de la fontaine Subé, sa restauration, la reprise de la statuaire mais aussi l’éclairage du bassin et de la victoire seront réalisés courant 2016 par 35 entreprises qui fourniront le matériel et/ou mettront à disposition leurs équipes gracieusement. Seule la voirie, qui n’est pas éligible au mécénat, sera financée par la collectivité.

Il a fallu trois mois pour rédiger une convention qui inclut toutes les garanties et précise les modalités de coordination des chantiers, les moyens mis à disposition (nombre d’hommes, de machines, etc.).

Les exigences de la ville sur la garantie décennale ou la garantie fourniture sont exactement les mêmes que si elle avait passé un marché. « Nous avons aussi dû réfléchir à un formulaire de réception du matériel et des travaux, permettant ensuite la délivrance d’une attestation de travail fait et d’un reçu fiscal », explique Laura Exposito del Rio. Six mois ont été nécessaires pour construire des cahiers des charges très précis afin de cibler les bonnes entreprises et leur permettre de calculer le coût de cette opération.

Une première

Chaque ligne budgétaire a été examinée afin de s’assurer qu’il y ait bien un ou plusieurs mécènes en face et, si besoin, prévoir les appels d’offres complémentaires (ce qui ne s’est pas avéré nécessaire). « Il a fallu revoir les pratiques en interne, car les services n’ont pas l’habitude de travailler autant en amont », remarque Laura Exposito del Rio.

Ce type de mécénat exige également davantage de travail lors de la réalisation des travaux : « Si nous avions organisé un marché, nous n’aurions eu probablement qu’une ou deux entreprises. Là, nous en avons 35 à gérer en direct », précise la responsable.
La plupart des PME qui interviennent sur ce chantier font du mécénat pour la première fois.

Mais la demande de la ville de Reims a été très bien perçue: « En moyenne, pour dix rendez-vous, nous avons concrétisé neuf accords, car nous avions ciblé très précisément les entreprises. D’habitude, nous avons plutôt trois accords pour dix entretiens », poursuit Laura Exposito del Rio.

La fierté des entreprises

Lors d’un premier rendez-vous, elle a présenté aux entrepreneurs le projet de façon globale, leur a demandé s’ils connaissaient le mécénat, a examiné ce qu’ils pourraient éventuellement prendre en charge et leur a remis la charte éthique du mécénat de la ville. Elle a d’ailleurs veillé à ce que les entreprises futures partenaires ne soient pas en train de répondre à un appel d’offres ou en cours de renouvellement.

Avec cette opération, les sociétés pourront valoriser leur savoir-faire: leurs logos figurent sur les bâches pendant les travaux, la presse locale en parle, la ville va réaliser un film. C’est aussi un outil RH pour elles. En effet, les équipes sont fières de contribuer à la restauration de la fontaine Subé, ce monument emblématique de Reims.

« Un vrai potentiel à développer »

Laura Exposito del Rio, responsable de la mission « mécénat et financements extérieurs » à Reims

Même si gérer du mécénat de compétences est beaucoup plus compliqué que de recevoir un chèque, c’est un vrai potentiel à développer. Pour les entreprises, effectuer un don financier pèse souvent trop lourd sur la trésorerie, alors que faire intervenir leur personnel sur une période d’activité calme est tout à fait envisageable. Pour le projet de la fontaine Subé, chaque contribution en compétences est comprise en moyenne entre 10 000 et 15 000 euros. En contrepartie, les entreprises bénéficient d’une valorisation de leur savoir-faire et d’une déduction fiscale. Cependant, cette déduction est limitée à 0,5 % de leur chiffre d’affaires HT, ce qui est très vite atteint par une PME.

 

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Conservation du patrimoineFinancements

Régions Grand Estmarne

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.