En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

 

Réagir

Handicap

Emploi et handicap : 6,22 %, un taux record pour la fonction publique territoriale

Publié le • Par • dans : France, Toute l'actu RH

0

Commentaire

Réagir

Fotolia_25326856_M©_Studio_DER_-_Fotolia_com © Lydie Besançon/Studio DER

Le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) a publié ses derniers chiffres, quelques jours après la Conférence nationale du handicap.

 

« 5,17 % en moyenne dans la fonction publique, cela peut paraître peu, mais représente 222 000 personnes handicapées en emploi. Ce qui témoigne d’une volonté de la société de ne laisser personne au bord du chemin », s’est réjoui André Montané, président du Comité national du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP).

Mardi 24 mai 2016, le FIPHFP publiait ses derniers chiffres concernant l’emploi des personnes en situation de handicap. Issus des déclarations de 2015, ils marquent, pour la première fois depuis la création du fonds, un taux d’emploi dépassant les 5 %. « La fonction publique territoriale, avec un taux record de 6,22 %, est un grand succès », s’est félicité le directeur Marc Desjardins. La fonction publique d’Etat, y compris l’Education nationale, est en deçà (4,18 %) et la fonction publique hospitalière reste à 5,41 %.

25 000 recrutements

Des résultats encourageants, qui sont moins liés aux maintiens dans l’emploi, stables « en raison de l’efficacité des politiques de prévention », qu’à l’ampleur des recrutements, puisque 25 000 nouvelles personnes ont été recrutées. Un tel volume n’avait jamais atteint auparavant. « L’accès à l’emploi est le critère central des 380 conventions signées avec les employeurs, particulièrement mobilisés ». C’est notamment le cas d’Amiens métropole, qui malgré un taux de 6,94 % (1), s’est engagé à recruter 32 nouvelles personnes, dont plus de la moitié en apprentissage, par an.

« Ce contrat constitue en effet un bon moyen d’entrer en entreprise et de s’y faire apprécier pour ses compétences», se réjouit le directeur, qui décompte 1 000 jeunes apprentis principalement dans la FPT. Le fonds prend en charge la totalité des coûts de formation et 80 % de la rémunération : « C’est l’une des mesures les plus attractives pour les employeurs ».

La rançon du succès

Signature de conventions avec les employeurs (71 millions d’euros), aides ponctuelles (20 millions d’euros), aides à l’accessibilité (14 millions d’euros), partenariats (50 millions d’euros)… Les dépenses sont conséquentes, mais elles ne représentent cette année que 160 millions d’euros. Soit une baisse de 12 %. La raison ? Principalement, « la volonté du FIPHFP de mieux réguler ses dépenses dans un contexte de tension budgétaire ». L’heure est aux économies : il y a moins de signatures de conventions employeurs (58 contre 98 l’an passé) et le programme « accessibilité » privilégie les équipements dits « raisonnables ».

Car, c’est la rançon du succès : plus le taux d’emploi augmente, moins le FIPHFP perçoit de contributions, ce qui l’oblige à puiser dans ses réserves financières. « Sans doute le législateur, en 2005, a-t-il pensé le fonds comme un dispositif d’amorçage et espéré que les employeurs n’en aient plus besoin rapidement. Mais les demandes continuent à affluer, notamment pour le handicap psychique », explique André Montané. Une réflexion est en cours avec les ministères de tutelle et avec l’homologue du FIPHFP dans le privé, l’Agefiph, mais rien n’est encore décidé. « Nous ne pourrons tenir guère plus de deux ans », prédit le directeur…

Haut de page

Cet article est en relation avec

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publiqueHandicap

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.