En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

1

Commentaire

Réagir

[BILLET] Contrat de partenariat

La reconnaissance de l’accord autonome

Publié le • Par • dans : Billets juridiques, France

1

Commentaire

Réagir

Conseil d'Etat © Fotolia

Le Conseil d’Etat a profité de deux recours contre le contrat de partenariat concernant le nouveau stade de Bordeaux pour confirmer la validité de l’accord autonome attaché à ce contrat.

 

Le 11 mai dernier, le Conseil d’Etat a annulé (1) une délibération du conseil municipal de Bordeaux du 24 octobre 2011 autorisant la signature d’un contrat de partenariat public-privé par lequel la commune girondine avait confié aux groupes de BTP Vinci et Fayat la construction, la maintenance et, éventuellement, l’exploitation d’un nouveau stade. Le fameux « Matmut Atlantique ».

L’information donnée aux conseillers municipaux préalablement à la décision de recourir à ce contrat de partenariat a été jugée insuffisante par la haute juridiction : « Le calcul du coût prévisionnel global du contrat doit inclure toutes les sommes que la personne publique sera amenée à verser au titulaire du contrat durant toute la période de son exécution, ainsi que toutes les recettes qui seront procurées par le contrat au titulaire. »

Légalité

Dans le même temps, le Conseil d’Etat a validé une autre délibération du conseil municipal de Bordeaux du 24 octobre 2011, par laquelle le conseil municipal a notamment autorisé le maire de Bordeaux à signer l’accord autonome inhérent à l’exécution du contrat de partenariat litigieux.

Le Conseil d’Etat a défini cet accord autonome comme « une convention tripartite, conclue par la personne publique, le titulaire du contrat de partenariat et les établissements bancaires ». Il a pour objet « de garantir la continuité du financement du projet, objet du contrat de partenariat, en cas de recours des tiers contre ce contrat ou l’un de ses actes détachables et d’annulation ou de déclaration ou de constatation de nullité du contrat de partenariat par le juge ». En l’espèce, le but était entre autres de garantir la continuité de réalisation du nouveau stade dans des délais compatibles avec l’Euro 2016.

Obligations indépendantes

Les conseillers d’Etat ont ainsi considéré que l’accord autonome constitue un accessoire du contrat de partenariat conclu entre la commune de Bordeaux et la société Stade Bordeaux Atlantique. Ils estiment que « cette convention met à la charge des parties signataires des obligations indépendantes de celles nées du contrat de partenariat et ne constitue pas, par suite, en elle-même, un contrat de la commande publique soumis au respect des principes de liberté d’accès à la commande publique, d’égalité de traitement des candidats et de transparence des procédures ».

Si cette notion avait déjà été exposée en première instance (2) et en appel (3), c’est la première fois que le Conseil d’Etat la mentionne (et la valide !). Ce type de convention n’est d’ailleurs prévu par aucun texte. Elle n’est pas même évoquée dans l’ordonnance n° 2004-559 du 17 juin 2004 sur les contrats de partenariat ou dans l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015 relative aux marchés publics, qui a transformé ces contrats de partenariat public-privé en marchés de partenariat.

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. juriste territorial 26/05/2016, 09h50

    Annulation de la délibération autorisant la signature du contrat de partenariat avec injonction faite à la commune de résilier ledit contrat : quelle audace !

    Mais validation simultanée de l'accord autonome dont l'effet est de faire supporter à la seule commune les conséquences de la décision juridictionnelle précitée : les bonnes habitudes ne se perdent pas (le contribuable paiera) !
    Félicitations à l'avocat, ancien conseiller d'Etat, d'avoir su convaincre...le Conseil d'Etat !

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.