En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Petite enfance

Pour Laurence Rossignol, les collectivités n’en font pas assez sur l’ouverture de places en crèche

Publié le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

crèche © Flickr CC by mediathequequimperle

La ministre des Familles, Laurence Rossignol, était entendue par la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale. Elle est notamment revenue sur le manque de moyens mobilisés par les collectivités territoriales pour l’accueil des jeunes enfants.

 

Devant la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, le 17 mai, Laurence Rossignol est venue faire le bilan de son action d’abord comme secrétaire d’Etat à la Famille puis ministre des Familles. La politique familiale est une « politique qui fait la force de la France et dont nous pouvons être fiers », a-t-elle souligné, rappelant la forte natalité dans l’Hexagone et le taux d’activité élevé et croissant des femmes.

Cette situation enviable est le résultat de deux leviers, a indiqué la ministre : les prestations familiales et les services aux familles (modes d’accueil, accueil de loisirs, aide à la parentalité…).
Elle s’est donc félicitée des modifications apportées par le gouvernement concernant la modulation des allocations familiales. La ministre a défendu devant les députés cette politique familiale « juste socialement et responsable budgétairement ».

Seulement 54 000 places en quatre ans

Concernant les services aux familles, Laurence Rossignol a reconnu que « les résultats sont aujourd’hui en deçà des objectifs » d’ouverture de places en crèche. En début de quinquennat, le gouvernement avait en effet annoncé la création de 100.000 places supplémentaires en cinq ans.

En quatre ans, 54.000 nouvelles places seulement ont été créées. Un chiffre « insuffisant au regard des actions que nous avons entreprises », selon la ministre qui a rappelé l’aide supplémentaire de 2000 € par ouverture de place mise en place en 2015 et prolongée en 2016 pour les quartiers prioritaires.

 Responsabilité des collectivités

Pour expliquer le manque, la ministre pointe le doigt vers les territoires. « Les collectivités locales ne semblent pas s’être pleinement saisies de ces moyens mis à leur disposition, alors même que ces solutions d’accueil collectif sont les plus demandées par les parents et qu’elles participent au dynamisme et à l’attractivité d’un territoire. »

Les collectivités sont gestionnaires d’environ 70% de places en accueil collectif. Les incitations financières du gouvernement n’ont donc pas suffi à les pousser à créer de nouvelles crèches.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Enfance et famillePetite enfance

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.