En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

 

Réagir

Terrorisme

L’état d’urgence prolongé jusqu’au 26 juillet

Publié le • Par • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité

0

Commentaire

Réagir

Brassard de Police © Fotolia

Le Parlement a adopté le 19 mai un nouveau prolongement de l'état d'urgence pour deux mois. Objectif : assurer la sécurité de l'Euro 2016 et du Tour de France.

 

Sénateurs et députés ont adopté le 19 mai la prolongation de deux mois de l’état d’urgence.

L’état d’urgence, décidé à la suite des attentats du 13 novembre 2015, est donc maintenu jusqu’à la fin du mois de juillet, pour assurer la sécurité de l’Euro 2016 et du Tour de France cycliste. Il avait déjà été prorogé de trois mois par le Parlement en novembre 2015, puis encore en février.

Cette prorogation est sans doute la dernière, le Parlement devant donner son feu vert au projet de loi renforçant la grande criminalité et son arsenal anti-terroriste.

« La menace terroriste demeure à un niveau élevé et la France représente comme l’UE une cible », a justifié le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve au cours des débats parlementaires.

Nouveau type de menaces - Auditionné le 10 mai par la commission de défense nationale et des forces armées, le directeur général de la sécurité intérieure, Patrick Calvar, dont la parole est rare, déclarait : « Nous savons que Daech [acronyme arabe de l’EI] planifie de nouvelles attaques, en utilisant des combattants sur zone, en empruntant les routes qui facilitent l’accès à notre territoire, et que la France est clairement visée. Daech se trouve dans une situation qui l’amènera à essayer de frapper le plus rapidement possible et le plus fort possible : l’organisation rencontre des difficultés militaires sur le terrain et va donc vouloir faire diversion et se venger des frappes de la coalition. »

Selon le patron du renseignement français, si les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis ont été perpétrés « par des kamikazes et des gens armés de kalachnikov », le pays pourrait à l’avenir être confronté à « une nouvelle forme d’attaque : une campagne terroriste caractérisée par le dépôt d’engins explosifs dans des lieux où est rassemblée une foule importante, ce type d’action étant multiplié pour créer un climat de panique. »

En dépit de ces menaces, Manuel Valls a réaffirmé le 19 mai sur RTL qu’il n’était pas question de «renoncer» à l’organisation de l’Euro 2016 en France (10 juin-10 juillet) et a assuré que «toutes les conditions ont été réunies» pour la sécurité des fan-zones.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Police municipaleSécurité civileSécurité publique

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.