Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Politiques publiques

Living Labs : l’innovation par l’usage

Publié le 12/05/2016 • Par Aude Raux • dans : Dossiers d'actualité, France

innovation
Flick CC by Missy Schmidt
Dans les laboratoires vivants, le citoyen est à la fois co-créateur de valeurs et testeur de solutions pour demain. Pour les collectivités territoriales, les Living Labs sont de véritables accélérateurs d’innovation locale. Ces espaces d’innovation ouverte sont nés un peu partout dans le monde sous des appellations diverses et avec des objectifs à chaque fois distincts. Au tournant du siècle, ils étaient, comme le soulignait William J. Mitchell en 2010, « dans l’air du temps ».

Cet article fait partie du dossier

Smart city : les clés de la ville intelligente

« L’usager est au cœur des Living Labs», explique Laura Garcia Vitoria, directrice scientifique de la Fondation des Territoires de Demain et présidente d’honneur du Réseau français des espaces d’innovation ouverte (RELAI) et du réseau des Living Labs d’Amérique Latine et des Caraïbes (LEILAC).
Et de préciser : « Un laboratoire d’usages regroupe des acteurs publics, des chercheurs, des entreprises, des associations et des citoyens… dans l’objectif de tester des services, des outils ou des usages nouveaux. Il s’agit de sortir la recherche des laboratoires pour la faire descendre dans la vie de tous les jours, en ayant une vue stratégique sur les usages potentiels de ces technologies, de favoriser l’innovation ouverte, de partager les réseaux et d’impliquer les utilisateurs dès le début de la conception. Ces différents laboratoires d’usage développent et adaptent leur propre méthodologie de fonctionnement selon les particularités du contexte et des thématiques abordées ».

Les usagers, experts de leur vie quotidienne

Ses paroles font écho à celles de Brigitte Trousse, chercheur en Intelligence Artificielle à l’Institut national de recherche dédié aux sciences numériques (Inria) et présidente de l’association France Living Labs : « Il ne peut y avoir de smart city sans smart citizen, c’est pourquoi, dans un projet en mode Living Lab, les citoyens sont parties prenantes de la conception des produits et services de demain. Selon cette méthodologie, leur rôle ne se limite pas à celui d’utilisateur final, tel des cobayes. Ce sont des co-créateurs, comme tous les usagers qui interviennent, tout le long de la chaîne de valeurs, en tant qu’experts de leur vie quotidienne ».

Lire aussi :

10 pistes d’actions pour reproduire les innovations locales à grande échelle

Un écosystème ouvert porté par les usagers

Pour André Jean Marc Loechel, président de la Fondation des Territoires de Demain, « ces nouveaux lieux créatifs s’appuient sur des logiques territoriales et émergent en milieu ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

Cet article fait partie du Dossier

Smart city : les clés de la ville intelligente

Sommaire du dossier

  1. Les intelligences de la smart city
  2. Data city : duel public-privé autour de la donnée locale
  3. Data city : A l’heure des data, « l’ubérisation » de l’intérêt général menace
  4. Data city : équipes, outils, budget…, à chaque collectivité son organisation
  5. Les grands moyens pour redynamiser une ville sur le déclin
  6. Data city : « Une nouvelle structure de confiance pour superviser le traitement des données »
  7. La smart city, à quel prix ?
  8. Les promesses à double tranchant de la ville intelligente
  9. Avec son contrat multiservice, Dijon dessine la ville d’après-demain
  10. Les collectivités locales méconnaissent les métiers du numérique
  11. « Permettre aux collectivités d’avoir accès à des données collectées par des acteurs privés »
  12. Les collectivités désarmées face à Uber et Airbnb
  13. A la recherche du citoyen intelligent
  14. La ville intelligente, une big mother en puissance ?
  15. Une smart city de 10 000 habitants, c’est possible et rapidement rentable
  16. La ville numérique : progrès social ou empilement technologique ?
  17. La smart city, ce n’est pas que pour les grandes villes !
  18. « Il faut rendre la smart city humaine »
  19. « Il faut créer un statut pour les données d’intérêt territorial » – Luc Belot
  20. La Smart city à la recherche de modèles économiques
  21. « La smart city doit être construite avec le citoyen » – Gaël Musquet
  22. La smart city, un concept qui a du mal à éclore
  23. Retour sur investissement : la smart city est-elle une bonne affaire ?
  24. Google, fournisseur officiel de services publics
  25. « Smart water » : comment le partenariat entre Veolia et IBM préfigure l’évolution des services urbains
  26. Maîtriser la donnée, un enjeu central pour la ville intelligente
  27. L’innovation ouverte, un concept au cœur de la ville intelligente
  28. Living Labs : l’innovation par l’usage
  29. Éclairage public : vous avez dit smart ?
  30. Les objets connectés, mais de quoi parle-t-on ?
  31. Objets connectés : de l’optimisation de coûts aux services de demain (1/4)
  32. L’entrepôt de données publiques-privées, prochain graal ou nouvelle usine à gaz ?
  33. Objets connectés : « C’est à chaque collectivité de définir les solutions qui lui semblent pertinentes » (4/4)
  34. Smart city, smart passoire potentielle
  35. Pense-bête pour sécuriser sa ville intelligente
  36. Objets connectés : le regroupement des données aide à mieux œuvrer pour le bien commun (2/4)
  37. Smart city : un portage politique fort pour monter des projets transversaux
  38. Objets connectés : un développement tous azimuts exige des démarches cohérentes (3/4)
  39. Smart city : la formation des agents, un passage obligé pourtant négligé
  40. Smart city : « Réfléchir avec attention, de façon collective et sciemment » aux objectifs assignés à la technologie
  41. La communauté urbaine de Lyon met les données au coeur de sa stratégie smart city
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Living Labs : l’innovation par l’usage

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X