En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

 

Réagir

Santé

Déserts médicaux :  le problème n’est plus seulement rural

Publié le • Par • dans : France

0

Commentaire

Réagir

Pôle santé de Carpentras © Marianne Casamance _Wikimedia Commons

La parution du décret sur les groupements hospitaliers de territoire a mis en émoi beaucoup d’élus locaux, écartés des décisions par les agences régionales de santé. Dans la lutte contre la désertification médicale, les collectivités locales privilégient désormais le soutien aux maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP), dont le nombre devrait atteindre 1 000 l’année prochaine.

Voir le sommaire

Cet article fait partie du dossier

Déserts médicaux, démographie médicale : les politiques publiques impuissantes

 

Chiffres-clés

  •  70 % des communes ayant répondu à l’enquête de l’Association des petites villes de France disent avoir connu des difficultés à remplacer les médecins libéraux, généralistes ou spécialistes installés sur leur territoire

Les médecins généralistes partent à la retraite. Massivement. Partout, l’on manque de kinésithérapeutes, d’orthophonistes, d’infirmières. Dans les campagnes surtout, mais les villes petites et moyennes sont aussi touchées, comme les banlieues et même certains quartiers de grandes villes. Selon l’« Atlas de la démographie » 2015 de l’ordre des médecins, la France devrait compter 54 179 généralistes en 2020 contre 64 778 en 2007. Freiner l’hémorragie est devenu un enjeu majeur des politiques locales. Et l’arrivée d’un jeune médecin, le graal.

Les collectivités s’investissent (et investissent !) dans les maisons de santé pluriprofessionnelles. Mais l’offre de soins, c’est aussi l’hôpital. Selon une enquête de l’Association des petites villes de France, les fermetures de services hospitaliers ont un effet ciseau : elles touchent « en premier lieu des territoires où l’offre de soins était déjà très fragilisée ». La loi réformant notre système de santé n’est pas venue rassurer les élus. Les groupements hospitaliers de territoire, qui succéderont aux communautés hospitalières de territoire, se feront sans eux.

Haut de page

Cet article est en relation avec

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Collectivités territorialesEtablissement de santéSanté

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.