Biodiversité

Eau potable : une facture assaisonnée aux néonicotinoïdes

| Mis à jour le 24/05/2016
Par
pesticides - humanite-biodiversite.fr

humznite-biodiversite.fr

Nouveau round de débats sur les néonicotinoïdes : le Sénat, qui entame l’examen en seconde lecture du projet de loi sur la biodiversité, s’apprête à supprimer l’interdiction de ces insecticides neurotoxiques, votée par les députés. Préjudiciables à la santé et à l’environnement, ces néo-pesticides puissance XXL risquent aussi de faire flamber le coût du traitement de l’eau.

Les députés l’ont votée de justesse (30 pour et 28 contre), le 17 mars 2016. C’est désormais au tour des sénateurs de se prononcer, du 10 au 12 mai, sur l’interdiction des néonicotinoïdes, lors de l’examen, en seconde lecture, du projet de loi relatif à la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages. Le rapporteur du texte au Sénat a défendu, en vain, un maintien du bannissement de ces produits, dont l’entrée en vigueur aurait été reportée de 2018 à 2022. Mais la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable a adopté le 4 mai, contre l’avis de Jérôme Bignon (LR, Somme), un amendement suspendant l’interdiction. Un vote qui a rallié l’unanimité des membres du groupe Socialiste et Républicain et du groupe Les Républicains. Le débat en séance publique s’annonce donc animé, avec une probabilité réduite de retour à la rédaction de l’Assemblée nationale.

 Des coûts de potabilisation croissants

Sur le bassin Rhin-Meuse, 72 % des habitants attribuent aux pesticides la dégradation de l’eau des rivières, selon une récente étude d’opinion menée par Harris Interactive pour l’agence de ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
cet article est en relation avec
Commentaires

4  |  réagir

10/05/2016 12h02 - leflaow1

Colchique dans les près fleurissent fleurissent
Colchique dans les près c’est la fin de l’été
Nos bons sénateurs s’empifrent s’empifrent
Nos bons sénateurs aux intérêts particuliers

Moi je veux dire franchement c’est quoi plus important ?
retrouver ton siège à l’Assemblée avec chauffeur, retraite et mondanités
Ou préserver les abeilles, l’eau, la terre, les enfants et les conditions de vie des générations futures.

C’est pas la forêt qui va payer son geuletons
alors moi c’est tout vu je suis pour la protection de l’environnement, contre le cancer…mais entre nous, et ne le répétez pas trop soyons pragmatique je veux juste être réélu, et oui j’ai MES électeurs et MON siège et Mon cabinet moi Monsieur.
Vive le République et vive la France !

Signaler un abus
10/05/2016 09h15 - leflaow1

Hallucinant
Encore une preuve de l’extrême sagacité et de l’incorruptibilité de nos vieux politiciens bourgeois pleins de soupe a la solde des industriels au mépris de la vie

Signaler un abus
10/05/2016 08h40 - pov citoyen

Pas étonnant, nous avons vu récemment dans « cash investigations » des sénateurs dinant joyeusement (et coquettement dans un restaurant huppé) avec le lobby des pesticides…

Signaler un abus
10/05/2016 08h33 - ratonus

Il faudrait peut-être penser à  » interdire aussi l’usage des sénateurs « . Ce sont les seuls qui restent convaincus que les pesticides n’ont pas d’effets sur la santé … ou alors ils subissent les pressions du monde agricole!

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP