Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Management

A Alès, ce sont les agents qui proposent des solutions pour faire des économies !

Publié le 17/05/2016 • Par Solange Fréminville • dans : Actu experts finances, Régions, Toute l'actu RH

dette-surendettement-argent-UNE
AlexanderStein / Pixabay CC
Alès (Gard) s’est lancée dans une démarche de mobilisation de ses agents. Objectif : les inciter à proposer des solutions, puis étudier ensemble leur faisabilité.

Comment mobiliser les agents autour du défi que constitue la diminution du budget des collectivités, conséquence de la baisse des dotations de l’Etat ? La communauté d’agglomération (CA) et la ville d’Alès, dont les services sont mutualisés depuis 2003, ont cherché à susciter une dynamique participative, pilotée par la direction générale des services.

Réflexion collective

Première étape, en mai 2015 : un questionnaire anonyme est diffusé à l’ensemble des agents, y compris à ceux du centre communal d’action sociale (CCAS), accompagné d’un exposé sur la situation budgétaire. Chacun d’entre eux était invité à donner son avis sur six « pistes de réponses », « revoir l’offre de services », « trouver de nouvelles ressources financières », « réaliser des investissements qui rapportent », « mieux gérer l’exercice de nos compétences », « optimiser la gestion des ressources humaines », « améliorer la richesse fiscale de notre collectivité ». Les agents étaient, en outre, sollicités afin de participer à un travail collectif de réflexion. Plus de 50 % de l’effectif a répondu. L’analyse des résultats a été largement diffusée.

Deuxième étape : la réunion des 130 encadrants en juin et juillet 2015 pour construire le processus de mobilisation des personnels. Cette troisième étape a été mise en œuvre dès l’automne 2015, consistant en un appel à émettre des propositions d’économies. La cellule « web » du service de la communication a ainsi créé une fiche numérique sur l’intranet. L’agent y ...

Article réservé aux abonnés Gazette & Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

Régions

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

A Alès, ce sont les agents qui proposent des solutions pour faire des économies !

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

18/05/2016 09h31

Escellent.
Les ressources des personnels sont immenses. On le savait déjà, nous, personnel !
Par contre, elles ont des limites.
La situation : En ce qui concerne les difficultés économiques des collectivités, il faut bien prendre conscience que l’on part dans l’inconnu : on ne sait rien de l’avenir. Pendant combien d’années les collectivités devront faire face à des baisses de dotations, à des baisses de leurs revenus propres ? Pendant combien d’années la France va être en récession ? Madame Soleil le sait peut-être ? Attali ?
La vraie question est là.
La France s’appauvrit chaque jour un peu plus. Même si « ça va mieux » !!!
À quoi est due cette situation et de quoi dépend-elle ?
Le constat : l’Etat a de moins en moins de revenus, sachant que nous sommes en concurrence avec tous les pays du monde dont, beaucoup, ont des niveaux de vie inférieurs aux nôtres et proposent des coûts de travail bien moindres que les nôtres.
Ce qui entraîne des pertes de revenus pour l’Etat quand beaucoup d’entreprises françaises font faillite, ne pouvant résister à cette concurrence (déloyale) ou bien elles se délocalisent pour aller, ailleurs, profiter de coûts de main d’oeuvre bien inférieurs.
Ça semble inéluctable : nous ne pouvons pas nous y opposer et nous n’avons pas les moyens de lutter à armes égales…
Quels sont les moyens d’action : Les personnels des collectivités vont devoir fournir beaucoup d’idées géniales pour économiser les ressources, indéfiniment. Bon courage !
Il faudra envisager des baisses de salaires, des départs en retraites non remplacés, des allégements d’effectifs, des abandons de services, des ventes de biens immobiliers, etc…
Ce sera une course sans fin vers le retour à des « années glorieuses »…
Je vois l’image d’un homme courant après un train qu’il a manqué et qui cherche à le rattraper… Le train s’éloigne. L’homme abandonne sa valise, tout ce qui pourrait entraver sa course, mais rien n’y fait : il se laisse distancer… Même si le train ralentit (on peut rêver) il sera distancé.
On pourrait croire que je suis pessimiste…
Les raisons de tout cela : c’est écrit…
La suppression des Services publics est inscrite dans les projets de l’Union européenne; et c’est elle qui décide à notre place, pour TOUT ce qui concerne NOTRE économie.
L’Etat doit se retirer de la vie économique et laisser sa place au privé.
Conclusion : on se moque des agents en leur laissant croire qu’ils y peuvent quelque chose. Ils auront beau accepter de se saigner aux quatre veines, rien n’y fera….
Et en attendant, en s’impliquant, ils se persuaderont qu’ils ont une part de responsabilité dans ce qui nous arrive…
Vous savez comment on fait accepter l’inacceptable aux gens ? En les culpabilisant ! En leur laissant croire qu’ils ont une part de responsabilité !
Je dis ça…

Romain H.

19/05/2016 09h52

@Henri Tanson : votre commentaire est criant de pragmatisme mais indéniablement vrai. Vous n’êtes pas pessimiste au fond, vous évoquez à bien des égards les problématiques complexes, protéiformes et multiscalaires qui s’imposent à tout à chacun.

Votre métaphore ferroviaire brille par son réalisme et rend bien compte, au final, que c’est une course sans fin dans laquelle nous sommes tous contraints à y participer.

Enfin, j’accorde beaucoup de crédits à ce que vous dites à la fin de votre commentaire, à savoir que la culpabilité (donc les émotions individuelles) est une des parades employée par les institutions politiques et médiatiques afin de décourager toute opposition ou remise en question du système dominant.

Il s’avère, comme il semble être le cas à Alès, qu’une prise de conscience collective « par le bas » apparaît comme une solution – certes temporaire – pour engager la voie vers le changement.

vallere

20/05/2016 02h40

Voilà une initiative bien trop rare car les économies à tous les niveaux sont les bien venues et ne sont pas qu’une affaire de spécialiste !

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X