[Opinion] Développement économique

La fin des aides à la filière bio serait une erreur stratégique majeure

| Mis à jour le 09/05/2016
Par • Club : Club Techni.Cités

jeveuxmonbacbio.org

Si le bio tend à progresser en surfaces agricoles et est en croissance sur le marché français, les bugdets des régions pour l'aide à la conversion et au maintien de l'agriculture biologique restent encore insuffisants.

Stéphanie Pageot,

présidente de la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB), seule organisation nationale représentative des agriculteurs bio, qui fédère 10 000 exploitants.

 

Sur fond de crise agricole, un nombre croissant de paysans souhaite passer à l’agriculture biologique (AB). En 2015, les surfaces en première année de conversion étaient ainsi trois fois plus importantes qu’en 2014. Ce mouvement est porté par une forte demande citoyenne pour des produits sains, de qualité et respectueux de l’environnement, qui se manifeste par un taux de croissance de 10 % par an du marché des produits bio.

Pénurie d’aides aux agriculteurs

Pourtant, cette dynamique positive pourrait connaître un brusque et regrettable coup d’arrêt. Les budgets 2015-2020 programmés par les régions pour l’aide à la conversion et au maintien en AB sont en effet insuffisants. Dans plusieurs d’entre elles, comme dans le Centre ou en Midi-Pyrénées, les crédits sont déjà épuisés !

Outre les conséquences dramatiques pour les paysans ayant investi pour passer ou se maintenir en bio et qui, sans aides, se retrouvent en grave difficulté, renoncer à soutenir l’AB serait une grave erreur stratégique.

Moins de surface, plus de main d’oeuvre

Aujourd’hui, 29 000 fermes certifiées bio font la preuve qu’une agriculture sans pesticides et sans engrais chimiques de synthèse est possible. Elles occupent moins de 5% de la surface agricole française mais sont déjà responsables de 10 % de l’emploi du secteur !

Car la bio génère en moyenne 60 % de main d’œuvre de plus que l’agriculture conventionnelle. Tout cela en préservant les paysages et la biodiversité, qui font la beauté et la spécificité des terroirs. Mais aussi en permettant de réaliser d’importantes économies. Le traitement des pollutions des eaux dues aux intrants chimiques utilisés en agriculture conventionnelle engendre, par exemple, un surcoût de 7 à 12 % sur les factures des usagers , qu’un passage en AB permettrait d’éviter.

Face aux défis environnementaux et économiques, l’agriculture bio propose des perspectives aux paysans, aux citoyens, aux consommateurs, aux territoires ruraux. Nos élus portent la responsabilité de faire les bons choix pour l’avenir.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Une nouvelle étude confirme l’amélioration de la qualité de l’air en France

    Pour la journée nationale de la qualité de l’air qui se tient le 20 septembre 2017, des chercheurs ont cartographié avec une précision sans précédent l’évolution des niveaux de pollution en France depuis 2000. L'occasion de pouvoir mesurer les efforts ...

  • Se déplacer en centre-ville, un concept à réinventer

    Face à la concurrence des zones commerciales en périphéries, les communes rivalisent d'inventivité en matière de stationnement pour attirer les usagers dans leurs centres villes. Emplacements gratuits, tarifs avantageux, coupons de réductions... et si la clé du ...

  • Référé précontractuel : jusqu’où le juge peut-il aller ?

    Le Conseil d’État réaffirme le principe selon lequel l’office du juge des référés précontractuels doit se limiter au contrôle du respect des règles de publicité et de concurrence. Il ne peut porter une appréciation sur la valeur d’une offre ou les ...

  • 10 conseils pour limiter les attaques des bio-agresseurs

    Il ne s’agit pas d’éradiquer les ravageurs mais de maintenir leur nombre sous le seuil de nuisibilité. Les méthodes non chimiques doivent être privilégiées et combinées. En cas d’échec, le recours aux produits de biocontrôles est recommandé. ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X