En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

1

Commentaire

Réagir

Sécurité publique

Euro 2016 : les fans zones en quête d’agents de sécurité

Publié le • Par • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France

1

Commentaire

Réagir

agent de sécurité © Phovoir

La sécurisation des fans zones prévues pour l'Euro 2016 se heurte à un grave problème de recrutement d'agents de sécurité privée. Les grandes sociétés de sécurité désertent le marché, jugeant le contexte trop risqué. Pour sa part, le ministre des sports, Patrick Kanner, annonce une rallonge de 12 millions d'euros pour la sécurité de ces fans-zones prévues dans les dix villes hôtes.

 

A un peu plus d’un mois du coup d’envoi de l’Euro 2016, la question de la sécurisation des fan zones n’en finit pas d’inquiéter. En dépit de la menace terroriste, le principe même de leur installation avait été, bon gré mal gré, validé par les ministères de l’Intérieur et des sports ainsi que le Club des sites et des villes d’accueil, qui y simulent des attentats pour améliorer la coordination entre les différents services.

Suite à une ultime rallonge de douze millions d’euros, le financement de leur sécurisation était, pour sa part, quasi-bouclé. Enfin, le gouvernement avait même déposé un projet de loi afin de prolonger l’état d’urgence jusqu’à la fin de cette compétition de football.

Toutefois, d’après la radio Europe 1, cet effort de sécurisation se heurterait à une problème majeur de mains d’oeuvre. Et ce, alors même que le recrutement des agents de sécurité privée devrait, théoriquement, être clos très prochainement.

Recrutements à la dernière minute

Et pour cause : les différents appels d’offres passés par les collectivités territoriales pour déléguer la sécurisation des fan zones auraient été majoritairement remportés par des PME. Certaines de ses sociétés « devront doubler leurs effectifs » à la dernière minute, tant elles ne disposent pas aujourd’hui des effectifs suffisants pour assurer une mission aussi complexe.

Qu’il s’agisse de la formation des amateurs désireux de devenir agents de sécurité – finalement raccourcie – ou des vérifications préfectorales en ce qui concerne leurs personnalités, leurs entourages et leurs casiers judiciaires, la durée pour se faire habiliter et se voir accorder une carte professionnelle serait en moyenne d’un mois.

Autant dire que pour être fin prêt le 10 juin 2016, la date-butoir de recrutement devrait être fixée autour du 10 mai au plus tard. Et ce malgré la nouvelle procédure prévue par le gouvernement – création d’une carte professionnelle spécifique – pour faciliter leur embauche.

Problème : les prestataires retenus à Bordeaux, Marseille ou encore Toulouse, se seraient tout récemment lancés « dans une course à l’intérim et à la sous-traitance », d’après Europe 1.

Craintes des grandes entreprises de sécurité privée

Cette situation fait notamment suite au fait qu’un certain nombre de grosses entreprises de sécurité, telles le leader du marché, Sécuritas, n’aient pas postulé à ce marché public. D’après Europe 1, assurer la sécurité des dizaines de milliers de personnes qui se recueilleraient sur l’espace public pour voir les matchs serait, selon elles, « trop risqué. »

Une position qui rejoint celle de plusieurs parlementaires estimant que les fans zones représentent une prise de risque inconsidérée à l’heure où la menace terroriste n’a jamais été aussi élevée en France.
D’autres acteurs, à l’instar de Frédéric Gil, conseiller d’Alain Juppé et des villes hôtes, y voient justement une opportunité inouïe en matière de sécurisation globale de l’évènement.

Les acteurs locaux comptent sur les services de l’Etat pour ne pas bâcler les contrôles préalables et s’assurer que les profils des agents de sécurité privée sont compatibles avec la mission, pour éviter tout risque de dérives.

Rallonge de 12 millions d’euros

Par ailleurs, le ministre des sports, Patrick Kanner, a annoncé une rallonge de 12 millions d’euros pour sécuriser les fan zones dans les 10 villes hôtes. Alors que le budget initial pour la sécurisation des fan-zones était de « 10 à 12 millions d’euros », « nous avons relevé le niveau de sécurité à 24 millions d’euros », a déclaré le ministre le 25 avril à l’Assemblée nationale. Une rallonge déjà évoquée le 20 avril par le Club des villes hôtes dans un entretien au Club prévention sécurité.
L’annonce de Patrick Kanner faisait suite à la réunion à Paris d’un Comité de pilotage de l’Euro, en présence du ministre, d’Alain Juppé, de Jacques Lambert, le président du comité d’organisation de la compétition (10 juin – 10 juillet) et de représentants de l’UEFA.

L’État, qui avait déjà annoncé son accord pour la prise en charge de 80% de l’enveloppe liée aux caméras de vidéo-surveillance, va financer le surcoût à hauteur de 8 millions d’euros. Les 4 millions restants seront à la charge de l’UEFA.
L’UEFA qui doit formellement entériner cette décision lors de son congrès, le 3 mai à Budapest, selon le comité des villes hôtes.

 

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. manava22 29/04/2016, 22h46

    c'est cher ces fans zones tout cela pour voir 22 acteurs gagnant des sommes énormes par mois ; quel gaspillage de fonds publics ; donc, pas un sou ne devrait être dépensé par l'Etat et les Collectivités locales mais à la charge exclusive de l'UEFA qui a les moyens selon moi de financer tout cela ; ils augmentent le prix des places dans les stades pour les financer ou alors pas de ces fans zones dont le coût va sûrement encore augmenté.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.