En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

 

Réagir

Edito

Cher, très cher Euro 2016

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : Billets finances

0

Commentaire

Réagir

Match_de_football_Bordeaux_Liverpool_le_17_septembre_2015_02 © CC Fantafluflu

Construction des stades, organisation et sécurisation de la compétition et maintenant un bras de fer sur la taxe de séjour : l'Euro 2016 coûte cher aux villes organisatrices et à leurs contribuables !

 

Chiffres-clés

L'Euro 2016 de football se tiendra du 10 juin au 10 juillet 2016 dans dix villes françaises : Bordeaux, Lens, Lille, Lyon, Marseille, Nice, Paris, Saint-Denis, Saint-Etienne, Toulouse.

Entre le financement de la construction et de l’exploitation des nouveaux stades, le coût de l’organisation et de la sécurisation des « fans zones » et les exonérations d’impôts, la facture de l’Euro 2016 de football promettait déjà d’être salée pour les contribuables des dix villes organisatrices, mais une nouvelle charge pourrait encore alourdir la note.

En effet, face au nombre exponentiel de particuliers proposant des locations touristiques de courte durée via des sites internet – dont l’un a même conclu avec l’UEFA un partenariat officiel -, l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie a décidé de consigner, pendant toute la durée de la compétition, les recettes de la taxe de séjour dans les villes concernées. Concrètement, les hôteliers collecteront la taxe « mais la consigneront en attendant que tous les acteurs du tourisme, conformément à la loi, la collectent, eux aussi, et la reversent aux collectivités ».

Pris entre le marteau et l’enclume

Pour justifier cette méthode plus que contestable, le syndicat rappelle, à juste titre, que « 95 % de la taxe de séjour est actuellement collectée par l’hôtellerie qui n’héberge que 50 % des touristes ». De leur côté, les élus des territoires touristiques, qui évaluent le manque à gagner à 7,5 millions d’euros, dénoncent un « boycott » tandis que le club des villes organisatrices a entamé un bras de fer avec AirBnB et ses concurrents pour leur imposer la collecte de la taxe de séjour. Ces derniers alternent entre mauvaise foi, obstacles techniques et législations floues pour retarder leurs obligations.

Il faut dire que les élus locaux se retrouvent, dans ce dossier, pris entre le marteau des nouveaux acteurs et des nouvelles pratiques de l’internet et l’enclume d’une législation tardive et pas appliquée. Bercy vient de mettre en ligne un moteur de recherche récapitulatif des délibérations de chaque commune. Tous les taux devraient y être disponibles au 1er juin 2016. L’Etat fait un geste de bonne volonté, il reste aux plates-formes internet à faire de même

Pour l’heure, la situation rappelle celle du conflit entre chauffeurs de véhicules de tourisme et taxis… qui menacent, eux aussi, d’entraver le bon déroulement de l’Euro 2016 à grands coups d’opérations escargot !

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Equipements sportifsFinances localesSport

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. manava22 05/05/2016, 11h59

    toujours plus de taxes pour financer des événements tels que l'euro alors que sur internet des pratiques pour se faire de l'argent et éviter de payer les taxes dues apparaissent pour justement financer le pouvoir d'achat attaqué par un taux des prélèvement fiscaux en France qui frise l'indécence et décourage toute initiative de création d'activités ; c'est le chat qui se mord la queue...

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.