En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X
Déposez votre CV Fournisseurs du secteur public

Logo Gazette.fr

34

Commentaires

Réagir

Accueil de la petite enfance

Des assistantes maternelles dénoncent les “abus de pouvoir” de la PMI

Publié le • Par • dans : France

34

Commentaires

Réagir

Nourrice jouant avec enfant © Phovoir

Chargés d’agréer ou de renouveler l’agrément des assistantes maternelles, les départements n’appliquent pas tous de la même manière le référentiel national d’agrément. Deux assistantes maternelles du Var viennent de lancer une pétition pour dénoncer des exigences qu’elles estiment abusives.

 

Deux assistantes maternelles du Var sont très en colère et le font savoir à Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes. En une semaine, leur pétition en ligne a recueilli plus de deux mille signatures, preuve d’un véritable malaise dans la profession. La cause de leur mécontentement ? Le non respect par les services de protection maternelle et infantile (PMI) du département du Var du « référentiel national fixant les critères de l’agrément des assistants maternels par le président du conseil général ». Ce référentiel a fait l’objet d’un décret le 15 mars 2012 et s’applique à toute demande d’agrément, de modification et de renouvellement.

Il a justement été élaboré pour mettre au diapason les conseils départementaux, responsables de l’agrément et du suivi des assistants maternels. « Un premier référentiel, qui n’était pas opposable, avait été élaboré en 2009. Dans ce guide, il était stipulé que le président du conseil général pouvait adapter les critères d’agrément selon les situations rencontrées dans son département. Dans le référentiel de 2012, cette possibilité a été retirée. Le président du conseil départemental ne peut donc pas imposer des critères plus restrictifs que ceux qui figurent dans le référentiel national. Or dans les faits, presque tous les départements le font ! »,  se désole Sandra Onyszko, responsable communication à l’Union fédérative nationale des associations de familles d’accueil et d’assistantes maternelles (Ufnafaam).

Positions de principe

Fabienne Amorsi, à l’origine de la pétition, en témoigne. Agréée le 1er janvier 2014 dans le Var pour accueillir un enfant, elle s’est vue retirer son agrément parce qu’elle refusait d’enfermer ses chats durant l’accueil : « la puéricultrice de mon secteur a voulu m’imposer de mettre mes chats dehors ou de les enfermer dans la salle de bain durant toute la durée d’accueil de l’enfant, soit près de 13 heures par jour. Elle refusait également que les chats séjournent dans les pièces où j’accueille l’enfant en dehors des temps d’accueil, pour des questions d’hygiène. Une position qu’elle a justifié par un arrêté départemental qui interdit la présence d’animaux au domicile des assistantes maternelles », explique-t-elle. Or le référentiel national n’interdit pas les animaux. Il se contente de préciser que l’enfant ne doit jamais être laissé seul avec un animal. C’est à l’assistante maternelle de s’assurer de l’harmonie entre la présence des animaux et l’accueil des enfants. Fabienne Amorsi dénonce également des inégalités de traitement : « selon la puéricultrice, les assistantes maternelles ont le droit d’avoir leur chat dans leur salon, quand d’autres sont priées de donner leurs animaux ! »

Pour Sandra Onyszko, il est normal que l’animal ne soit pas en contact avec l’enfant, mais il lui paraît disproportionné de devoir l’enfermer toute la journée. « Si c’est une position de principe, alors cette décision est excessive. Elle doit être étayée par des faits », confirme Pierre Suesser, président du syndicat national des médecins de PMI (SNPMI). Fabienne Amorsi a déposé un recours auprès du tribunal administratif il y a cinq mois et espère un jugement d’ici à la fin de l’année. En attendant, elle ne peut plus exercer à son domicile.

Maris interdits

Ces disparités de traitements n’étonnent pas Sandra Onyszko :

Il n’y a pas un département qui applique les mêmes règles ! Ce qui pose soucis, c’est quand les puéricultrices s’appuient sur leur ressenti, ou des habitudes, sans se référer aux textes de loi. Les départements doivent appliquer la loi et étayer leur jugement pour que l’usager puisse se défendre. Or dans bien des cas, les décisions ne sont pas circonstanciées. Sous couvert de préciser les choses, les départements apportent des exigences plus fortes que le référentiel national.

Ainsi, certains départements exigent que deux systèmes de sécurité d’accès aux piscines soient mis en place, alors que le référentiel national n’en impose qu’un seul à choisir parmi trois. A Paris, témoigne Sandra Onyszko, les assistantes maternelles n’ont pas le droit d’utiliser de tables à langer. On les agrée systématiquement pour un seul enfant, le deuxième agrément n’étant accordé qu’au bout d’une « période d’essai ». Dans d’autres départements, on n’accorde jamais d’agrément pour quatre enfants. « Une position de principe, alors que cette décision devrait à chaque fois être étayée par des faits », dénonce Sandra Onyszko.

Les deux auteurs de la pétition, dénoncent également les pressions exercées sur la vie de famille. « Les puéricultrices peuvent interdire à votre mari de rentrer à la maison tant que l’accueil n’est pas terminé ! On a l’impression que les PMI nient le caractère familial de l’accueil individuel. De plus en plus, on nous demande un cadre aseptisé. Lits, canapé, cheminée, rideaux… il faudrait tout normaliser », regrette Fabienne Amorsi. Rares sont les assistantes maternelles à se défendre. « S’il y en a une cinquantaine qui saisissent le tribunal administratif chaque année, c’est le bout du monde, confirme Sandra Onyszko. Il faut vraiment qu’elles n’aient plus rien à perdre. »

Manque de suivi

Malheureusement, il n’existe aucune visibilité nationale sur ces disparités de traitement. « On ne peut pas exclure les disparités, mais il est très difficile de les caractériser. Cela fait d’ailleurs partie des questions soulevées par la plateforme « assurer l’avenir de la PMI » : qu’il puisse y avoir des échanges et débats autour du travail de l’agrément et du suivi des assistants maternels pour homogénéiser les pratiques », admet Pierre Suesser. Pour lui, il faut prendre les choses avec nuance. « Cette pétition fait le constat d’une pratique généralisée de « répression » du travail des assistantes maternelles. Peut-être y a-t-il des cas où des situations ont été mal vécues ou abusives, mais je ne crois pas à des abus de pouvoirs généralisés, alors que les services de PMI ont largement accompagné la professionnalisation des assistantes maternelles », affirme-t-il.

Pour Pierre Suesser, ce sont les conditions de suivi des assistantes maternelles qui génèrent cette tension. « Pour créer un climat de confiance, et que l’assistante maternelle n’ait pas l’impression de ne voir le service de PMI que pour les contrôles, il faudrait assurer un suivi tous les trimestres. L’équilibre entre contrôle et accompagnement ne va pas de soi. Tous les départements ne mettent pas forcément l’accent sur le suivi, avec l’organisation de réunions de travail par exemple. Le contrôle, pour être accepté, doit prendre du sens par rapport à des pratiques professionnelles. C’est la qualité du dialogue entre les puéricultrices et les assistantes maternelles qui est à travailler. »

Impliquer les élus

Pour Sandra Onyszko, les élus départementaux devraient davantage s’impliquer. « Ils délèguent le processus d’agrément à la PMI sans vraiment savoir ce qu’il en retourne. Pourtant ce sont eux qui ont le plus à perdre si on freine l’emploi sur leur territoire. On pourrait par exemple mettre en place un numéro vert pour les assistantes maternelles », suggère-t-elle. Une chose est sûre, la profession d’assistante maternelle est en crise. En 2015, pour la première fois, on enregistre davantage de sorties que d’entrées dans la profession. Si les difficultés d’agrément ou de renouvellement d’agrément n’expliquent pas tout, elles peuvent en tout cas être une source de découragement pour des professionnelles qui se sentent très peu valorisées.

 

Haut de page

34

Commentaires

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Enfance et famillePetite enfanceSocial

34 Commentaires

Ajouter un commentaire
  1. 1. so22 21/11/2016, 13h30

    Je lis vos messages avec attention et je retrouve dans vos histoires ma propre mésaventure avec les services de la PMI;
    Je suis une éducatrice de jeunes enfants dégoutée des crèches traditionnelles (rendement...), je souhaite monter une MAM et donc demander mon agrément d'assistante maternelle à ce moment-là avec une collègue car nous ne pouvons pas exercer en tant qu'assistantes maternelles à domicile. (le mien n'est pas adapté et le conjoint de ma collègue travaille en horaires décalés et leur habitation est petite pour accueillir des enfants chez eux)...
    Nous avons monté notre projet de MAM en faisant une étude poussée des besoins sur une commune où nous voudrions travailler...
    La PMI admet que notre projet est super mais comme nous n'avaons pas exercer la profession d'assistantes maternelles pendant 3 ans à notre domicile, nous ne pouvons donc pas prétendre à ouvrir une MAM;
    La pmi me répond que notre experience auprès des jeunes enfants ( pour moi 13 années passées en poste d'encadrement d'équipes de drèches et sur le terrain avec les enfants) n'est pas prise en compte... que bien sur nous sommes dispensées des 120 heures de formation mais que tout notre dossier n'est pas valable car nous n'avons jamais travaillé chez nous auparavant.
    Le référentiel de mars 2016 nous autorise pourtant à ouvrir une MAM mais la PMI nous refuse cela.
    Nous avons saisi un avocat qui s'est chargé d'un courrier au président du conseil général afin d'attirer son attention à ce sujet.
    S'il le faut nous irons au tribunal faire valoir nos droits. Nous ne nous laisserons pas faire. Les lois ne sont pas valables que lorsque cela intéresse les services de PMI qui ne sont pas tout puissants.

  2. 2. liliboy 06/07/2016, 09h07

    lors de mon activité sur le contrat je stipulais que j'avais tel ou tel animal chez moi et les parents signaient donc autorisaient la presence de mon animal et jamais eu de soucis pff quand a interdir le mari pourquoi pas mettre aussi le port d'un bracelet electronique ,s'il franchit la porte allez oust en prison et passe pas par la case départ non mais où on va là???

  3. 3. Flo Cr 06/07/2016, 08h43

    Certains Conseils Départementaux donnent ces textes qu'ils ont élaborés, d'autres pas. En Vendée la PMI a rédigé un texte en Juin 2014, quand on (l'association à laquelle j'adhérais) a voulu l'obtenir, on a nous a répondu que c'était un texte interne à usage des travailleurs sociaux. En Juin j'ai justement reçue la visite de la puer Et de l'ass. sociale, ensemble le même jour, suite à ma demande d'extension d'agrément à 4. Elles ont fait le tour de ma maison avec ce référentiel en main, j'ai dû prendre des notes car elles m'ont dit qu'elles ne pouvaient pas me donner ce document, ni m'en donner une photocopie, car on leur "taperait sur les doigts" ! A la fin de l'entretien elles m'ont dit que non seulement je n'aurai pas le 4ème agrément, mais qu'en plus je risquais de perdre les 3 que j'avais ! Au final, 1 an après je passais en CCPD. J'ai pliée sur certains points car je ne voulais pas perdre mes agréments, et je n'aie pas eu de retrait. Lors de mon passage j'étais accompagnée d'une maman, j'avais préparée un discours étayé de photos, et nous avons été entendues. Je vais redemander un 4ème agrément, alors "affaire" à suivre ...

  4. 4. vero83 31/05/2016, 13h21

    Pour rebondir suite à vos recommandations et vous remercier de votre soutien, j'aimerais savoir svp de quel "règlement départemental" vous parlez et élaboré par qui ? Car il me semble que les grands points sécuritaires du décret national donc de la loi ne peuvent être adaptés à chaque département: la sécurité, l'hygiène ou notre bienveillance éducative étant "nationale" puisqu'elles incombent à toute Assistante Maternelle Agréée!
    Ex dans certains départements d'abus de pouvoir:
    Pas de lit parapluie dans les chambres, pas de parc, chaise haute et transat avec 5 points d'attache, pas d'enfant qui marche aux côtés de la poussette malgré l'éducation sécuritaire des consignes et notre vigilance de tout instant, pas de petites courses au marché ni à la boulangerie,pas de regroupements associatifs dans le but d'éveil collectif et sur normes sécuritaires ABUSIVES comme par exemple: non accès aux piscines : clôtures de murs en béton + portillon double sécurité plus valable...il faut rajouter alarme ou dernière clôture à la mode qui "coute un bras" et dans les plus brefs délais etc etc...Sinon passage en CCPD et retrait d'agrément! Telle est la mode du moment!.Où sont les textes de loi de ces nouvelles normes???
    Nous les réclamons mais en vain alors les dénonçons , à la PMI ,au Conseil Départemental, aux syndicats qui nous représentent,aux Parents et à la Nation toute entière pour que l'on reconnaisse enfin notre belle profession qui malheureusement devient de plus en plus bafouée d'inepties ! Il y a urgence!!!!

  5. 5. Spammb 21/05/2016, 18h25

    Messieurs et Mesdames les assistantes maternelles ,

    Je connais bien et le fonctionnement des services des Département, et la PMI, et, s'il est vrai que certaines ass mat ne sont pas à la hauteur de ce que leur profession exige, la majorité est d'une grand qualité .Je vois bien de quoi vous pouvez être "victimes"et, en tant que professionnelle dans un domaine proche du votre , cela me choque au plus au point
    .
    Lorsque vous êtes "embetés" par un professionnel de la PMI qui vous semble abusif, demandez lui de vous remettre le texte du "Reglement Départemental "qui justifie leur exigence .Chaque Département doit en avoir un, c'est obligatoire . Dedans, ils doivent mentionner "la maniere avec laquelle le département met en œuvre ses missions" , et donc détailler ce qui est prévu par la loi ,adapté à son Département .

    1/je suis sure qu'il y a des Départements qui n'ont pas de Règlement ,alors que c'est obligatoire. Dans ce cas, signalez le au Président du Conseil Départemental,

    2/ S'il existe, je parie qu'il n'y a pas 1 puer sur 10 qui le connaît .Dans ce cas, signalez le au Directeur de la PMI

    En cas de probleme important avec ces professionnels (directeurs de PMI et/ou Puer ) , faites un courrier au Président du Conseil Départemental, et non pas à la PMI.

    Bon travail avec les enfants ! ;-)

  6. 6. TITINE1962 17/05/2016, 18h42

    J'ai été assmat pendant 10 mois, juste le temps de me rendre compte du pouvoir qu'ont ces femmes et d'avoir la peur de ma vie quand j'ai vu le compte-rendu d'une puéricultrice venue à mon domicile. Elle a inventé des choses que je n'avais pas faites... au début j'ai cru naïvement qu'elle s'était trompée de personne. J' ai écrit au médecin de la PMI de mon département qui n'a rien voulu entendre et a cru sur parole ce que lui a dit cette femme. Je ne pouvais pas prouver le contraire et ça m'a fait une peur bleue.
    En fait je crois qu'elle a voulu se venger car je lui avais refusé l'entrée de ma maison un mercredi matin de juillet à 8h45 alors que mes enfants dormaient que je n'avais pas encore commencé à travailler puisque mon contrat ne commençait qu'en septembre...
    J'arrivais en fin de contrat avec la famille de la petite que je gardais et n'en ai pas pris d'autre. Mon choix a été vite fait et quel sentiment de liberté j'ai ressenti!!!... Quand j'entends ce que me racontent les copines qui exercent encore, je suis très contente d'avoir arrêté.

  7. 7. HenrI34 13/05/2016, 18h33

    vous voulez des abus de puéricultrices... j'en ai 4 pages !

    Il faudrait faire comprendre aux pmi que les enfants ne sont pas des numéros de dossier, je sont des êtres vivants, pensants.

    Et un conseil, si des parents ont envies d'écrire des lettres aux pmi pour dire tout le bien qu'ils pensent de leur assmat, qu'ils ne le fassent pas. Les pmi DETESTENT que l'on disent du bien des assmats de leur secteur.
    J'ai testé...

  8. 8. vero83 11/05/2016, 10h25

    Pour information, le décret précise bien le choix le mieux adapté à la situation de l'Ass.Mat par le "ou" et non le "et", ce qui change tout à fait l'interprétation du texte! De même ,il est écrit pendant l'accueil et non en dehors (heureusement pour nos animaux) le problème de l'hygiène étant sous la responsabilité de l'Ass.Mat qui y veille quotidiennement! Ce choix de mode de garde FAMILIAL plébiscité par de nombreux parents ne peut être contraint aux exigences des structures collectives: pas de lit en toile,1 chambre par enfant, chaise haute à 5 points (qui empèche l'enfant d'apprendre à manger en autonomie car bloque ses épaules...) pas de graviers dans nos jardins, pas d'animaux etc et c'est cela qui est dénoncé!! Nous sommes des professionnelles agréées toujours en quête de bien être pour les enfants et de nouvelles formations à thème: langage,activités pédagogiques,éveil musical ou moteur etc même sans CAP petite enfance ou diplôme en VAE ! Et pour la télé, excusez nous d'en avoir une dans notre salon, elle fait partie de notre logement et ne pouvons l'enlever quotidiennement mais rassurez vous, n'est pas pour autant utilisée pour les enfants! Encore un vieux cliché qui malheureusement confirme le dénigrement de nos responsables PMI quant à notre capacité professionnelle! C'est navrant :(

  9. 9. pascalou 11/05/2016, 08h13

    beaucoup de théories ces personnes aiment les enfants mais brassent que du papier, font la pluie et le beau temps, et nous faisons tout pour assurer le meilleur: sécurité affection etc... oui harcèlement c'est clair, abus de pouvoirs, oui c'est clair, je fais ce beau métier depuis 1992 et j'en ai assez de tout ça, pour 1 péri scolaire 1 fois par semaine, il ne faut pas réveiller un enfant pour 11h30............., et quand il faut l'amener à la PMI c'est autorisé..........................lol

  10. 10. DMC 10/05/2016, 12h02

    Pour information, l'article qui cite l'assistante maternelle est erronné,

    le décret précise bien : "la capacité de l'assistant maternel à comprendre les risques encourus par l'enfant et les mesures prises pour organiser une cohabitation sans danger ou isoler le ou les animaux dans un lieu à distance pendant l'accueil", donc pas de chat c'est légal.

  11. 11. DMC 10/05/2016, 11h56

    Il est normal que les PMI possèdent des critères différents non pas par département mais par assistante maternelle. Les assistantes maternelles n'ont pas la même maison, les mêmes dangers, ni les mêmes capacités éducatives... heureusement que la PMI n'accorde pas 4 agréments à toutes les assistantes maternelles ! Notamment celles qui chaque matin, 2 fois le midi et le soir font des allers-retours dans les écoles, sans respecter le rythme du sommeil des bébés qu'elles accueillent. L'argument d'"aseptiser" l'accueil est mauvais, les structures collectives sont propres, n'ont pas de télé ni de chats...et sont plébiscitées par les parents. Des assistantes maternelles qui ne veulent pas renfermer leur chat peuvent choisir un autre emploi (pension pour animaux). De nombreuses assistantes maternelles travaillent de façon professionnelle, font des formations continues, passent la CAP Petite Enfance ou des diplômes par VAE et perçoivent la PMI comme un partenaire. Les autres continuent à regarder chez la voisine ce qu'a dit la PMI, qu'elles perçoivent comme un contrôle uniquement, ces dernières sont souvent des pratiques professionnelles "perfectibles"...

  12. 12. Sonia77 04/05/2016, 22h33

    Bonjour,
    Ma mère est assmat depuis 3-4ans je crois, et la puéricultrice l'a clairement pris en grippe à cha que renouvèlement de fausses accusation et des dossiers mis en place contre ma mère.
    Pour finalement réussir à faire passer ma mère en commission et labas les femmes en face d'elle lui fesait clairement un procès et non un entretien pour comprendre les problèmes. Elles lui on retire totalement son agrément.
    Ma mère est désemparé mais compte ce battre pour faire connaître tout cela.
    Alors s'il vous plaît si vous êtes dans le même cas (secteur Emerainville champs sur marne de préférence mais sinon peut importe) contacter moi à cet adresse mail pour vous mettre en relation avec ma mère, chaque témoignages compte, si tout le monde s'unit et ce révolte face à ces injustices peut être cela changera...

    Adresse mail : bb-soniah @ live.fr

    Cordialement mesdames .

  13. 13. vero83 03/05/2016, 14h11

    Oui, il faut que cela change! C'est vital pour continuer à exercer dans les meilleurs conditions l'accueil des tout petits qui nous sont confiés! "Trop de sécurité tue la sécurité": à force de nous faire tout barricader et aseptiser ,nous mettons en danger toute une génération d'enfants! Pour se construire, il faut leur donner certes de l'amour,des repères mais aussi des limites expliquées et répétées "comme avant" et non pas enfermer donc interdire matériellement sans dialogue ni même confiance dans nos capacités professionnelles! Mesdames et messieurs responsables Petite Enfance, personnel de la PMI, des commissions, vous exercez dans l'administratif derrière vos bureaux mais nous nous travaillons "dans l'humain" et quotidiennement sur le terrain ! Alors remettez vous en question vous aussi !!!

  14. 14. mina domi mdo suivi 717 30/04/2016, 10h39

    suis sur nice meme genre de problemes c est a la tete du client...d une puericultrice a l autre ca change de discours si vous voulez me faire part de vos temoignages je saurais quoi en faire et les faire remonter merci domilasolredo@wanadoo.fr

  15. 15. Axgama 30/04/2016, 00h42

    Je suis assmat à Lyon depuis plus de 15 ans. Chaque renouvellement est source d anguoise alors que j ai choisi cette profession par passion ! Même si j exerce ce métier avec professionnalisme et bienveillance, que les loulous qui passent chez moi sont épanouis ( leurs parents aussi) , j ai du mal a être sereine lors des renouvellements . Je me sent à la merci des humeurs de la puéricultrice qui a le pouvoir de modifier mon agrément. Et pourtant je n ai jamais eu de problème à ce niveau. J en arrive à me demander si il ne serait pas utile d avoir un témoin , voire un avocat lors de ces visites tant les puer jugent à la tête du client !!! Je suis parfois dégoûtée par les recits de collègues qui subissent du harcèlement vis à vis de la pmi et bien souvent pour des motifs injustifiés ! Je ne suis même pas sûre que l'harmonisation du référentiel a un niveau national change la donne. Je me suis syndiquée cette année au cas où ! Mais je reconnais que ç est une profession ou l on est à la merci d ´ une personne qui a le droit de vie ou de mort de notre agrément selon son humeur !!!!

  16. 16. Marie69 30/04/2016, 00h22

    Bon courage!!! J'étais nounou agréé dans les années 82 à 94,,un petit bassin devant la maison ,des oies des poules 7 chats et 2 chiens mon mari a partir de 13 heure et mes 4 enfants nés entre 82 et 88 tout se passait très bien, jamais eu aucun soucis .Les parents qui avaient parfois une petite appréhension étaient souvent ravis de voir leur loulous fiers de leur dire qu'ils avaient ramassé les oeufs ,donner à manger aux poussins ,voir naitre les bons chats ....enfin avec certains avec qui je suis encore en contact que de bons souvenirs!

  17. 17. Nicolexe 29/04/2016, 09h36

    Je suis tout à fait d'accord : j'ai fait construire et en plein mois de janvier, on m'a obligé à clôturer, en aout j'ai acheté un chien : il fallait l'enfermer dans le garage ou le mettre dans un enclos toute la journée, même en pleine chaleur! On m'a demandé si mes 3 enfants allaient à la cantine, et elle m'a répondu que ce serait mieux, voire même conseillé ! Pareil pour mon mari, en horaires décalés ! Résultat : je n'ai pas renouvelé mon agrément !

  18. 18. mary 28/04/2016, 23h34

    dégoutée !!! moi aussi je fais ce metier depuis 25 ans .harcelée avec le service pmi durand 2 ans , j'ai finie par craquer en juin dernier !!! et voilà la fin d'un travail que jaimais!!! passé devant medecin ,et assistante social ,celà a duré 2h15 !!!! un vrai tribunal !! personne pour nous comprendre et nous soutenir . j'ai toujours bcp de mal à en parler , elle m'ont "flingué" par contre très soutenue par tous les parents , mais ce n'est pas prit en compte !! je penses que je vais essayer de m'orienter vers autre chose , mais à 56 ans c'est pas simple !! mais recommencer dans ce contexte ,pour moi c'est IMPOSSIBLE . bon courage à vous toutes

  19. 19. 1972NAT 28/04/2016, 21h49

    c est clair qu il ya de l abus dune pueri a une autre ce n e st pas le meme son de cloche lorsqu on voit qu on vous demande un par feu a 130 euros et que l on voit que dans la ville située a 6km de chez vous un simple par feu est autorisé on s e demande le pourquoi comment!!idem pour les poignets de fenetres chez nous il faut qu elle puissent être sécurisées et fermer a clef .par la force des choses les assmats sont découragées

  20. 20. Christelle 28/04/2016, 18h50

    Pour ma part elle m'a dit ouvertement que les enfants doivent m'appeler christelle mais en aucun cas nounou ou tata ! Hors je pense que c'est au parents de choisir entre les 3 si nous même n'avons pas de préférence.

  21. 21. elyne 28/04/2016, 18h02

    je rejoins tout a fait cette circulaire, j'habite en vendée et j'ai eu affaire aussi a ce genre de choses inadmissible

  22. 22. cleopatre 28/04/2016, 16h08

    bonjour
    je suis assistante maternelle depuis 2009 et plus pour longtemps! En effet, lors d'un contrôle effectué fin juillet 2015 (1 semaine avant mes vacance d'été) mon référent CG a été très désagréable et limite agressif voire grossier aussi bien dans son comportement que dans le ton et les mots utilisés et ceci à peine arrivé!.

    Lors de son inspection, certaines remontrances étaient justifiées dans le fond mais pas dans le ton ni dans la forme employée. Malgré tout ce monsieur a été systématiquement dans le négatif et il est incapable de reconnaître ses torts. Malgrés mais explications, ce monsieur ne m'a pas cru et il a dû le constaté par lui même! et il est passé à autre chose comme si de rien n'était. J'ai aussi eu droit à « ces merdes de vélo » en présence d'un enfant de 2 ans et demi. Il s'agissait des vélos de mes enfants débâchés quelques jours avant par de grosses rafales.

    Son plus grand plaisir est d’enfoncé les personnes les plus faibles. Il a exigeé l'utilisation du contrat du Conseil Général et si par malheur vous ne l'utilisez pas, il vous engueule et exige qu'à sa prochaine visite, cette « erreur » soit réparée.

    Après son départ (vers 10h), mon employeur est arrivé et m'a trouvée en pleine crise de nerf. J'ai donc dû lui expliquer pourquoi. elle a été choqué par ce comportement.

    Durant mes vacances, j'ai aussi fait un début de dépression nerveuse. Mon médecin m'a mis sous cachet le temps que ce monsieur repasse (à ce jour toujours pas passé!)

    Ce monsieur a fait de gros dégâts sur mon mental par son comportement mais aussi par ces sous-entendus à tel point que j'ai décidé d'arréter afin de me consacrer à mes enfants (dont je ne pouvais plus m'occuper à cause de ces exigences !) et à mon mari qui suite à ces exigences excessives et de grosses responsabilités (dans son travail) est lui aussi extrêmement fatigués.

    oui un grand ménages au seins de leur service me semble indispensable pour que des personnes comme celui là rentre dans les rangs et ne triate pas les gens comme de la m****!.

  23. 23. tatounette 28/04/2016, 14h53

    je suis assistante maternelle depuis 15 ans dans la même maison et l'année dernière lors de mon renouvellement on m'a suspendu quatre mois pour changer une rambarde d'escalier qui ne plaisait plus acheté un pare feu pour un insert fermé et existant depuis toujours pare feu qu'il a fallut faire fabriquer car dans la taille de ma cheminée cela n'existait pas changer les lits parapluies pour des lits en bois j'ai du prendre un avocat pour me défendre et récupérer mon agrément tout cela m'a couté la somme de 2500€ je n'ai pas eu de salaire pendant tout ce laps de temps et quand on s'est présenté à la commission pour se défendre avec la maman du petit que je gardais qui été enceinte de 7 mois on a eu le droit a se faire dire de se la fermer par Mr coursault président de la commission. A la fin vous êtes obligés d'arrêter faute de moyens pour vous défendre.

  24. 24. Elie 28/04/2016, 14h48

    Les bonnes femmes des PMI ne sont pour la plupart que des aigries hautaines et impolies !!
    Une de mes amies s'est vu tout simplement refusé sa demande d'agrément, car elle n'a pas encore d'enfant ! Alors qu'elle avait (sur les recommandations de cette même PMI ! ) déjà acheté tout le matériel pour accueillir des petits (lits, vêtements de rechange au cas où, matériel de sécurité comme les bloque tiroirs, barrières de sécurité pour 200€, poussette, table à langer etc etc...) ! On lui avait dit qu'elle devait avoir déjà acheté ce qu'il fallait avant même de démarrer sa formation.

    Du grand n'importe quoi !! Elle était écoeurée, et il y a de quoi !

    Comment çà se passe alors pour une femme stérile ?!??
    Quand je vois comment certaines femmes élèvent leurs enfants, on se fiche du monde ! Pourtant à elles, on ne dira rien sous prétexte qu'elles ont de l'expérience!

    Que les PMI fassent du ménage dans leur personnel, voilà une démarche qui ne pourrait qu'améliorer les conditions d'accueil pour tout le monde !

  25. 25. audrey79 28/04/2016, 14h27

    Bonjour,
    Je suis assistante maternelle agréée depuis 2014 et effectivement d'une puéricultrice a une autre nous avons jamais le même son de cloches. Exemple : Une va nous autoriser la chaise haute réglable et une autre va nous dire qu'elle est interdite. Alors comment voulez vous que nous faisions notre travail correctement, si chez toutes les puéricultrices, il n'y a pas les même réponse. Il devrait y avoir un cahier des charges avec tous ce qu'une assistante maternelle a droit et peut avoir a son domicile et tous ce qu'elle ne peut pas et ne doit pas avoir a son domicile. Il serait surtout plus simple pour nous assistante maternelle de savoir sur quoi réellement on nous juge, nous serions tous évaluer sur les mêmes bases. Car même dans un même village lorsque nous discutons entre nous assistantes maternelles, nous arrivons à trouver que les puéricultrices on refuser tel ou tel chose à une et accepter chez d'autre. Donc il y a vraiment un malaise.
    Il faut réellement que cela change et si nous voulons continuer notre métiers sereinement il faut absolument qu'il y est quelques chose qui soit mis en place.

  26. 26. sysy 28/04/2016, 14h05

    Je suis tout à fait d'accord avec l'article!! assistante maternelle pdt 6 ans je viens d’arrêter mon métier ! la PMI a en effet abusé !! Je suis dans l'oise vers compiègne et Madame DEPOTTER sandrine de la PMI devrait changer de métier !! honteux !!

  27. 27. deluze 28/04/2016, 13h41

    je fais ce metier depuis 25 ans et je suis contente de ne plus avoir beaucoup d'année à faire car je trouve qu'on nous impose de plus en plus de chose et trop d'interdictions, meme plus le droit d'avoir telle plante dans son jardin, il faut tout barricader, je plains les nouvelles assistantes maternelles

  28. 28. Stef 28/04/2016, 13h24

    Elles abusent de leur position, au dernier renouvellement, elle m'a demandé les revenus TRES détaillés...Comme on entrait en opposition, je me suis syndiquée... elle m'a laissé tranquille sur le sujet, mais elle tente d'autres sujets... entretien avec le mari, niveau scolaire des enfants... et on cède pour garder notre emploi...

  29. 29. Morineau Maurice 28/04/2016, 11h52

    Non au projet de LOI Travail. Un grand service public de la petite enfance. Le SMIC à 1700 euro net. Les 32 H hebdomadaires sans perte de salaire. La construction de crèches publiques et gratuites. Les allocations familiales attribuées dès le 1er enfant et sans condition.La taxation du capital.La CGT retraité 50 000 ST-LO.

  30. 30. Aurélie 28/04/2016, 11h02

    On nous demande d'avoir 1 pièce par enfant pour les faire dormir. Or en crèche, halte de garderie ou même à l'école ils dorment dans des dortoirs. J'ai eu la visite de la puéricultrice pour mon nouveau logement, elle avait mis peinture en cours ( un coup de blanc pour mettre hors poussière). L'assistante sociale est repassé 1 mois 1.5 et demi après car j'avais appelé pour avoir plus de renseignements. Et là, question fatidique : Est ce que vous tenez a votre canapé? car il prend de la place !!" Donc oui elles font en fonction de la tête de l'AM et a leur bon vouloir.
    Désolé du pavé mais ca ne m'étonne pas que beaucoup d'entre nous arrêtent.

  31. 31. edwige 28/04/2016, 10h32

    Merci pour votre courage concernant les non dits mais qui bouffent notre professionnalisme.
    Pour moi, je suis en contacte avec une personne qui me parle comme "un chien" ,me considère comme une incapable, car elle est puéricultrice et moi simple ASSMAT. Et quand je vois des anciens louloups qui rentrent du lycee me sautant au coup devant leur camarade, je peuts vous dire que je suis fière de faire se beau métier, qui est très complexe et tres diversifiés, nous touchons à tous pour les idées de créations, psychologie envers une difficulté d'un comportement d'un enfant, les lois, les aliments, l'hygiènes. et oui car moi on m'a imposé un produit d'entretien avec pleins de produits chimiques a un coup très onéreux, alors que mon sol peut être lavés jusqu'à plus de 3 fois dans la journée selon les activités et l'age des enfants, les catastrophes d'un vomi ou dhiarée non formaté dans nos journées car une journée schématisée n'existe pas dans notre quotidien. Et je vous parle pas des impositions de grillages qui peut ressembler à un poulailler au lieu d'un espace de jeux et de liberté pour un enfant et que cela reste jolie pour notre habitation et notre village.
    breff en 15 ans on en voit des belles abérations, et maintenant à chaque visite de la pué, j'ai le référentiel posé sur la table.
    ne baisser pas les bras, nous avons cette force de nous remettre en question régulièrement pour toute situation ambigu, restons forte ou fort.

  32. 32. PEROCHON 28/04/2016, 10h26

    Le problème est que les services de pmi cachent aussi leur prise de décision sous de faux prétextes. Il est facile de mettre la pression à une assistante maternelle qui a un chat tout à fait inoffensif et qui ne gênait pas lors du 1er agrément et de lui dire que l'on va demander au conseil un refus à la demande car vous n'êtes pas assez dans le dialogue.

  33. 33. temara 28/04/2016, 10h20

    je pense qu'ils nous prennent pour des crèches. moi il m'ont interdit les lits parapluie. ils sont de plus en plus exigeants ils nous découragent

  34. 34. Marcilha 28/04/2016, 08h53

    Les abus de pouvoir ici dénoncés se retrouvent dans la façon dont la PMI gère des établissements d'accueil de jeunes enfants : ce service est constamment en train d'élaborer de nouvelles normes, alors même que les textes le prohibent : ainsi, dans les Hauts de Seine, la PMI exige une surface de 6 mètres carrés par enfant ... ce qui est totalement illégal.
    Personne n'ose leur résister, faute, le plus souvent, de connaissances juridiques et ... de culot.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.