Environnement

Conférence environnementale : bilan mitigé pour les territoires

| Mis à jour le 02/05/2016
Par
une-segolene-royal

Assemblée nationale

La 4e conférence environnementale organisée par le gouvernement a été clôturée mardi 26 avril. Si celui-ci s’est voulu rassurant, les associations environnementales sont quant à elles plus mitigées sur le bilan à tirer des annonces faites par les décideurs.

«Dans l’ensemble, nous sommes assez déçus des mesures annoncées. Celles-ci s’axent avant tout sur le porter à connaissance, ou sur l’accompagnement de dispositifs existants […] mais il y a très peu de mesures structurelles pour les territoires », juge Charlotte Izard, responsable climat et territoires au réseau Action Climat. Pour les acteurs environnementaux, le rendez-vous s’avère plutôt manqué.

Les lundi et mardi 25 et 26 avril 2016, le gouvernement a tenu sa quatrième conférence environnementale depuis le début du mandat de François Hollande. Un rendez-vous particulièrement important, puisque c’était le premier organisé après la signature lors de la COP 21, de l’Accord de Paris.

Des vœux pieux, mais peu de nouveautés

Le but de ces deux journées était de faire le point sur les mesures mises en place en faveur de l’environnement, mais aussi de donner les grandes lignes pour les politiques à venir en faveur de la transition écologique. Les enjeux touchant à la loi de transition énergétique, à la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), à la loi sur la biodiversité, ou encore à la fiscalité écologique, ont été au cœur des débats.

« Sur les grands chantiers de la transition énergétique, nous sommes encore dans l’attente […] rien n’est conclu », commente Denis Voisin, porte-parole de la fondation Nicolas Hulot. « Tant que nous n’avons pas la feuille de route du gouvernement, il est difficile de juger de l’implication de ces mesures, ce qui ne devrait pas avoir lieu avant le mois de juin », détaille le porte-parole de la fondation.

Des obligations « vertes » pour favoriser l’investissement

De ce rendez-vous mitigé, quelques nouveautés restent toutefois à souligner. Ainsi, pour pallier au manque d’investissements dans les territoires, le chef de l’Etat a notamment annoncé que la France va développer le marché des obligations environnementales.
« L’Etat demandera aux banques publiques, comme la Banque publique d’investissement, de lancer des obligations vertes dédiées à des projets environnementaux », a précisé François Hollande.

Ces obligations ne sont pas nouvelles : certaines ont déjà été utilisées par quelques collectivités pour financer des projets de transition énergétique, dont la ville de Paris.
L’idée du gouvernement est de les généraliser, même si l’avis sur leur utilité pour les territoires est encore incomplet. « Tout ce que je peux dire, c’est que c’est une des quelques nouveautés qui ont pu émerger de la conférence. Globalement, cela va dans le bon sens », résume Denis Voisin.

Plein gaz sur les énergies renouvelables

Autre annonce importante, celle de la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, qui souhaite doubler la part de l’éolien et tripler la part du solaire d’ici 2023. « Pour atteindre à l’horizon 2025 les 50% d’électricité d’origine nucléaire, contre 75% aujourd’hui, […] cela suppose de faire d’abord monter les renouvelables encore plus rapidement », a assuré la ministre.

L’arrêté fixant les objectifs de développement des énergies renouvelables, paru aujourd’hui au journal officiel, conforte ce discours, et précise que l’éolien terrestre doit passer de 10,3 gigawatts aujourd’hui à 15 gigawatts en 2018, et à 18,2 gigawatts en 2023.

Pour les autres énergies, les chiffres sont moins ambitieux. Les textes précisent 53 mégawatts de production géothermique, 327 mégawatts de méthanisation et 790 mégawatts pour le bois-énergie.

La PPE toujours incomplète

Mais concernant la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), le premier ministre a précisé que la totalité de celle-ci sera présentée avant juillet, et vraisemblablement adoptée à l’automne 2016. La partie dévoilée ce mardi ne concerne, elle, que les énergies renouvelables.

France Nature Environnement rappelle à ce titre que « la première période 2016-2018 concernée par la PPE est cependant déjà bien entamée » et que « ce retard compromet la création d’emplois et entache la volonté d’exemplarité de l’Etat qui a accueilli la COP21 ».

Même son de cloche de la part du réseau Action Climat : « Nous attendons encore beaucoup trop de documents […]. Ce qu’a proposé la ministre est loin d’être complet », assure Charlotte Izard.

La mobilité, un enjeu encore trop survolé

En parallèle, le Premier ministre a annoncé une nouvelle loi d’orientation pour les transports et la mobilité. L’introduction de l’indemnité kilométrique vélo dans le projet de loi Finances 2016 a également été abordée.

Mais « les mesures simples et concrètes pour développer les alternatives au mode routier (les transports collectifs, le vélo, les trains) dans le cadre de la stratégie nationale de mobilité propre restent aux abonnées absents », juge le réseau Action Climat.

Encore des réserves

Enfin, concernant les enjeux de biodiversité, Ségolène Royal a également rappelé que le projet de loi sur la biodiversité, actuellement en cours de deuxième lecture au Sénat, sera adopté avant l’été.

Le rôle opérationnel de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) a lui aussi été évoqué en filigrane. Selon François Hollande, l’agence « bénéficiera des moyens indispensables pour son action, en personnel supplémentaire et en crédits d’intervention ».

Mais sur ce point encore, le ton est à la réserve : « Nous sommes encore dans l’attente des éléments de la loi Finances de 2016, qui devrait notamment préciser les modalités de financement de cette structure », tempère Charlotte Izard.

« Mais, si on veut être optimiste, le dispositif devrait permettre d’aller plus loin en termes de planification pour les territoires ,» complète la chargée de mission. Reste à savoir, donc, si les promesses annoncées seront transformées en actes.

 

cet article est en relation avec
Commentaires

2  |  réagir

28/04/2016 04h32 - Chérel Paul

Il me semble qu’il manque à tout ce ramdam de transition énergétique, une étude économique SERIEUSE avant même d’envisager un quelconque projet d’infrastructure. Il ne suffit pas d’avoir une idée, il faut prouver qu’elle est bonne avec des chiffres. Pour le moment, on bâtit tout sur du rêve. Paul Chérel

Signaler un abus
28/04/2016 04h16 - sirius

Sans vouloir dresser un bilan analytique -à l’évidence décevant- de cette nième conférence il suffit , pour comprendre la vision gouvernementale de l’écologie de relever que le mot « nature » n’apparaît jamais dans le discours .

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Conversion des « Intercités » en TER : la pompe s’amorce du côté des régions

    Après la Normandie en avril, Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté il y a dix jours, c'est au tour de Nouvelle Aquitaine d'accepter de prendre sous son aile des lignes de « Trains d'équilibre du territoire » (TET) pour en faire des TER. La feuille de route de ...

  • L’Essonne met le tri sur la place publique

    Le syndicat intercommunal pour le recyclage et l'énergie par les déchets et les ordures ménagères (Siredom), qui regroupe 140 communes d'Essonne (818000 hab.), déploie des plateformes de proximité, à l’esthétique et aux services soignés, qui collectent les ...

  • Dix conseils pour… donner un coup de jeune à la collecte

    Conversion à la tarification incitative ou au tri à la source des biodéchets, fin de contrat de délégation ou nécessité d’harmoniser un service impacté par la réforme territoriale, les occasions ne manquent pas pour revoir son dispositif de ramassage de ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP