En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

1

Commentaire

Réagir

Fiscalité

La valeur locative des pièces mansardées doit-elle être calculée selon la surface entre murs ?

Publié le • Par • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles finances

1

Commentaire

Réagir
 

Comme la réglementation fiscale le prévoit (article 324 M de l’annexe III au code général des impôts – CGI), la surface à indiquer sur les déclarations décrivant la consistance des locaux d’habitation (déclarations modèle H1 pour les maisons individuelles et modèle H2 pour les appartements situés en habitat collectif) est la surface mesurée au sol ou plancher entre murs ou séparations.

Cette surface ne tient donc pas compte de la spécificité des pièces mansardées. Ainsi la surface cadastrale retenue, au sens de la législation fiscale actuelle, est différente de la surface au plancher définie par le code de l’urbanisme (surface « Carrez »), qui est égale à la somme des surfaces de plancher closes et couvertes, sous une hauteur de plafond supérieure à 1,80 mètre. La surface des pièces mansardées est donc prise en compte pour la totalité, sans appliquer les règles utilisées en urbanisme. Il est toutefois précisé que la valeur locative cadastrale d’un local, servant de base aux impôts locaux, est déterminée par comparaison avec celle des locaux de référence choisis dans la commune pour chaque catégorie de locaux.

Dans l’hypothèse où des différences existeraient entre le local à évaluer et le local de référence ayant servi à la comparaison, l’administration fiscale pourrait ajuster la valeur locative calculée. La particularité des pièces mansardées a vocation à être prise en compte dans ce cadre.

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. gab 02/05/2016, 09h52

    Pour rappel : la surface de plancher utilisée depuis 2012 pour les autorisations d'urbanisme n'a rien à voir avec la loi Carrez qui ne concerne que le calcul des parties privatives des copropriétés (loi de décembre 1996)

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.